Cloudwatt s'intègre à Orange Business Services, l'entreprise disparaît

Retour à la case départ, recevez quelques millions 21
image dediée
Crédits : fishbones/iStock/Thinkstock
Services

Cloudwatt, monté il y a plus de trois ans pour créer un géant européen du « cloud souverain », est totalement revenu entre les mains d'Orange. Il est englouti par Orange Business Services, qui maintient la marque et ses services, mais clôt la société.

Ce n'est qu'un au revoir. Dans un communiqué publié hier, Cloudwatt annonce fusionner avec la branche « cloud » d'Orange Business Services, la division professionnelle du groupe. La société disparaitra au profit de la maison-mère, mais la marque et les services en eux-mêmes perdureront, promet le groupe. Cette fusion avec Orange Cloud for Business SAS suit le rachat de l'entreprise par Orange en mars.

« Le site web, les interfaces client, les blogs Cloudwatt restent inchangés. Les utilisateurs pourront continuer de consommer sur notre plate-forme comme ils l’ont fait jusque-là. Les différentes équipes - commerciale, support et technique - restent les mêmes. Les clients de Cloudwatt poursuivront leurs relations avec leurs interlocuteurs habituels » affirme l'entreprise. Didier Renard, le patron de Cloudwatt, devient pour l'occasion le directeur général adjoint d'Orange Cloud for Business SAS.

Plus de trois ans d'existence, pour un résultat mitigé

Pour rappel, Cloudwatt a été fondé en 2012 par Orange, Thales et la Caisse des dépôts. L'objectif : un partenariat public-privé qui permette de créer un géant européen du cloud public « souverain », à destination notamment des administrations françaises. L'entreprise a été fondée en même temps que Numergy, son équivalent mené par SFR et Bull. La Caisse des dépôts était actionnaire à hauteur de 33 % des deux sociétés, avec 150 millions d'euros de financement au total. Les deux initiatives avaient été accueillies froidement par les acteurs en place, qui évoquaient une concurrence déloyale (voir notre dossier). Selon Les Échos, l'État s'en serait désengagé en mars, en ayant versé moins de la moitié des sommes prévues.

Il faut dire que les résultats ont été très décevants. Les deux entreprises ont peiné à lancer leurs offres définitives rapidement, alors qu'elles devaient générer des centaines de millions d'euros de chiffre d'affaires en quelques années. Las, les résultats se comptent plutôt en millions d'euros, sans rentabilité. Cloudwatt a notamment mis beaucoup de temps à monter sa plateforme de cloud OpenStack, en se lançant dans des projets sans lendemain, comme Cloudwatt Box, un concurrent de Dropbox.

Le cloud public de l'État maintenu par Orange

Au-delà de la structure juridique, Cloudwatt est bien une émanation technique d'Orange. Les premiers serveurs du « cloud souverain » étaient hébergés dès le début dans le centre de données « Normandie » du groupe, à Val-de-Reuil. C'est d'ailleurs les infrastructures de Cloudwatt qui hébergeront le cloud public de l'État, comme annoncé en juillet. C'était déjà Orange qui publiait la nouvelle à l'époque.

Ce cloud public permet donc à l'État d'externaliser une partie de ses besoins informatiques, notamment en matière d'open data et de big data. Il est ouvert aux ministères et à certains établissements publics. Il est aussi connecté au réseau interministériel d'État (RIE), son nouveau socle technique. Une partie du RIE est d'ores-et-déjà gérée par Orange Business Services.

Publiée le 05/01/2016 à 11:00
Guénaël Pépin

Journaliste jamais sans sa fibre, spécialiste du marché des télécoms, dénicheurs d'initiatives et de replays innovants.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...