YouTube compte exclure d'ici quelques jours plusieurs artistes indépendants

Signe ou crève 134
image dediée
Streaming

Opposé aux labels indépendants depuis plusieurs semaines, YouTube compte bien mettre ses menaces à exécution. Les clips des artistes liés aux labels indépendants, tels Adele, Radiohead, Moby et Artic Monkeys, seront ainsi bloqués sur YouTube d'ici quelques jours a annoncé au Financial Times Robert Kyncl, qui s'occupe des contenus de la plateforme.

L'escalade continue

À moins qu'un accord soit par miracle trouvé lors des prochains jours, le rapport de force entre YouTube et les labels indépendants va bien grimper d'un cran. Début juin, face aux rémunérations proposées par la plateforme qu'ils estiment ridicules, les « indés » avaient décidé de saisir la Commission européenne, alors que YouTube les menaçait déjà d'un boycott. Helen Smith, la présidente de l'Independant Music Compagnies Association (IMPALA), expliquait ainsi que « YouTube se comporte comme un dinosaure, en essayant de censurer ce qu'il n'aime pas. Ceci est totalement déconnecté de l'Europe où la Commission européenne a systématiquement insisté pour que les citoyens européens soient en mesure d'accéder à la diversité culturelle. » La présidente de l'association a même estimé qu'après Google et ses pratiques anticoncurrentielles, Bruxelles devait s'occuper du cas YouTube.

Mais auparavant, le conflit entre la plateforme de vidéo et les indépendants n'avait pas encore de conséquences concrètes. La première se contentait de menacer d'exclure les seconds s'ils ne signaient pas l'accord financier proposé pour sa future offre par abonnement et sans publicité. Un accord que les indépendants trouvent anormalement défavorable, surtout par rapport à celui proposé aux grandes majors, plus rémunérateur, ou même vis-à-vis des contrats offerts par les autres plateformes de streaming audio. Les petits labels se sentent donc à la fois insultés et sous-estimés, sachant qu'ils représentent tout de même près d'un tiers du marché musical, même si cette part est répartie sur des centaines de studios différents.

Fort de son statut de plateforme incontournable, YouTube va donc appliquer ses menaces. Selon Robert Kyncl, d'ici quelques jours, les vidéos des labels indépendants seront bloquées. Pour le moment, les représentants des indépendants n'ont pas réagi via leur site internet. L'IMPALA, depuis quelques heures, relaie tout de même sur son compte Twitter de nombreux articles sur le sujet afin de dénoncer les actions de YouTube.

« Déçus par le manque de respect et de compréhension démontré par YouTube »

Alison Wenham, patronne du Worldwide Independant Network (WIN), a pour sa part indiqué à nos confrères de Music Week que YouTube commettait une grave erreur de jugement. « Nous avons essayé et nous allons continuer d'essayer d'aider YouTube à comprendre à quel point la musique indépendante est importante pour un service de streaming et pourquoi elle doit être évaluée en conséquence. Les amateurs de musique veulent un service qui offre un catalogue complet de musique. C'est quelque chose que des entreprises comme Spotify et Deezer font, toutes les deux ont d'excellentes relations avec le secteur de la musique indépendante. »

youtube blocage

Pour la présidente du WIN, en ne donnant pas à ses clients l'accès à la musique indépendante, YouTube se tire tout simplement une balle dans le pied. Et si une minorité de labels indépendants a signé avec la plateforme, la plupart des « indés » souhaitent trouver un autre accord, plus juste financièrement. « La grande majorité des labels indépendants dans le monde sont déçus par le manque de respect et de compréhension démontré par YouTube. Nous demandons encore une fois à YouTube à venir nous parler. »

Une « situation qui s’apparente à un diktat »

La réplique des « indés » ne devrait en tout cas pas tarder. Alors que l'Américain se contentait de simples menaces, l'Union des Producteurs Phonographiques Français Indépendants (UPFI) expliquait qu'une « telle attitude de la part d’un opérateur, qui occupe une position dominante majeure sur les réseaux numériques, est inacceptable. L’UPFI dénonce également avec force cette situation qui s’apparente à un diktat. » L'application de ces menaces ne va donc pas améliorer leurs relations. Contactée par Next INpact, l'UPFI nous a d'ailleurs indiqué qu'une réaction officielle sera bientôt dévoilée.

Rappelons que les conflits entre YouTube et le milieu musical ne sont pas nouveaux. En Allemagne, la GEMA, l'équivalent de la SACEM outre-Rhin, a de telles revendications financières que le site de Google refuse de céder. Résultat, les internautes allemands tombent régulièrement sur des vidéos bloquées spécifiquement pour leur pays. Ailleurs, que ce soit en France ou d'autres pays, les négociations ont parfois été difficiles dans le passé, au point de pousser YouTube à retirer la publicité des clips, coupant ainsi toute rémunération. Depuis plusieurs années toutefois, les relations sont toutefois plus simples et les accords sont généralement renouvelés.

Notez enfin que selon un porte-parole de VEVO, le network spécialisé dans la musique et détenu par certaines majors, ses vidéos ne seront pas concernées par le blocage de YouTube, y compris les titres indépendants qui s'y trouvent. Le compte AdeleVEVO, qui dispose de 25 vidéos et qui cumule plus de 1,3 milliard de vues, ne devrait donc pas être concerné. Cela signifie que le titre Rolling in the Deep, qui dépasse les 500 millions de vues, ne sera pas censuré d'ici quelques jours. Nous pourrons de toute façon faire le constat de nous-mêmes.

Publiée le 18/06/2014 à 15:51
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...