Deezer va perdre son directeur général et fonce vers les États-Unis

Tremble Spotify 10

Après PriceMinister, voilà que le patron de Deezer compte lui aussi voguer vers d'autres cieux. Axel Dauchez, président du site de streaming audio depuis quatre ans, va en effet quitter son poste en septembre prochain. Et si son remplaçant n'est pas encore connu, nous savons par contre que Deezer compte plus que jamais envahir les États-Unis.

Deezer monde

« Une nouvelle activité professionnelle en septembre prochain » pour Dauchez

Concurrent principal du Suédois Spotify, Deezer s'est fortement développé ces dernières années, liant de nombreux partenariats avec des opérateurs en Europe, ainsi qu'avec le réseau social Facebook. Résultat, le service est désormais présent dans près de 200 territoires dans le monde, même s'il lui manque les États-Unis, le Japon, la Chine et l'Inde.

 

Axel Dauchez, qui n'est pas l'un des fondateurs de la start-up parisienne, a grandement participé à sa montée en puissance. Arrivé en janvier 2010, il avait auparavant travaillé pour MoonScoop (audiovisuel), BDDP (publicité) ou encore Cendant Software (jeux vidéo). Mis en place en tant que directeur général par les fondateurs de Deezer - à savoir Jonathan Benassaya et Daniel Marhely - Dauchez, après un peu plus de quatre ans de bons et loyaux services, va donc quitter le navire.

 

« Le site international de streaming musical Deezer annonce que son Directeur Général Axel Dauchez a décidé de quitter ses fonctions pour reprendre une nouvelle activité professionnelle en septembre prochain » indique Deezer via un communiqué de presse. Axel Dauchez va donc encore rester quelques mois à la tête de Deezer. Pourquoi le mois de septembre ? Il est encore difficile de savoir précisément la raison de ce mois, mais le développement outre-Atlantique du site pourrait être une réponse.

Se focaliser « sur le développement aux États-Unis »

Dans son communiqué, la société internationale ne fait qu'insister sur ce point. Tout d'abord, elle nous explique que Tyler Goldman, l'actuel directeur général USA, vient de rejoindre l’équipe de management de Deezer. Il est ensuite précisé que ce dernier, avec le nouveau directeur général - dont le nom sera annoncé plus tard, « poursuivront la stratégie d’accélération de croissance de Deezer en France et à l’International ». Le service de streaming rajoute que « cette évolution s’inscrit dans une stratégie d’internationalisation ».

 

Un peu plus loin, nous pouvons lire qu'à ce jour « l’enjeu consiste à renforcer sa position à l’international en se focalisant sur le développement aux États-Unis », propos qui ne souffrent donc d'aucune ambigüité. Daniel Marhely, co-fondateur de Deezer, rajoute d'ailleurs que désormais, « avec l’équipe de Direction, nous allons poursuivre le développement de Deezer en nous concentrant sur notre renforcement à l’international. » Et par international, il parle bien évidemment des États-Unis.

 

Jamais Deezer ne s'était autant livré sur la question quasi tabou du pays de l'oncle Sam dans un communiqué officiel. Il y a deux ans, alors que le site se tournait vers l'international, il nous avait été expliqué que les États-Unis n'étaient pas une cible, ce territoire étant jugé trop concurrentiel contrairement à d'autres pays avec strictement aucune offre de streaming audio. Cela explique ainsi pourquoi à ce jour, le site de streaming audio est celui qui dispose de la plus forte présence mondiale, ses efforts financiers ayant visé en priorité l'Amérique latine, l'Afrique, et certains pays d'Asie et d'Océanie. Pendant ce temps-là, Spotify a opéré une tactique opposée en ciblant le pays de John Steinbeck, tout en accélérant son expansion internationale, mais de façon bien moins marquée que Deezer.

 

Mais depuis l'an dernier, le vent a tourné. Il faut dire que Deezer a enregistré en 2010 une levée de fonds record de 100 millions d'euros par Access Industries, dont son patron n'est ni plus ni moins que celui de Warner Music. Une telle levée de fonds implique de nouvelles ambitions, et après avoir envahi la quasi-totalité des pays du globe, les États-Unis sont logiquement la cible numéro un désormais.

« 2014 sera pour nous une année américaine »

Deezer a cependant et durant un long moment nié cette ambition. Elle a toutefois été annoncée l'an passé, sans plus de précision. Des rumeurs ont ensuite émergé, pour une arrivée sur le sol américain en janvier 2014, ce qui a rapidement été démenti dans nos colonnes. Mais les détails commencent enfin à voir le jour, preuve que le Français va enjamber l'Atlantique dans quelques mois au plus tard. En novembre dernier, Daniel Marhely a par exemple confirmé au micro de l'AFP vouloir envahir les États-Unis cette année. « A priori c'est un projet pour 2014, la date de lancement n'est pas encore décidée. Mais 2014 sera pour nous une année américaine. »

 

Axel Dauchez, interrogé par nos confrères des Échos il y a quelques semaines, confortait cette nouvelle par les mots suivants : « Nous prévoyons de nous installer aux Etats-Unis en 2014. Nous avons vraiment fait, dès le début, le choix d'être un acteur global. Nous sommes ouvert dans 182 pays. Nous avons entre 12 et 15 millions d'utilisateurs par mois dans le monde et 5 millions d'abonnés payants. Nous avons développé un modèle de croissance par recrutement direct et par des accords avec des partenaires industriels. En ce qui concerne la rumeur de partenariat avec Samsung, nous sommes en relation commerciale quasi constante avec tous les acteurs du secteur, mais rien n'est fait pour l'instant. Et nous continuerons à être accessibles sur tous les autres téléphones et tablettes si un accord avec Samsung aboutissait. »

 

Le départ du président pour le mois de septembre signifierait-il que Deezer se lancera outre-Atlantique d'ici cet été ou au début de l'automne ? La réponse ne tardera de toute façon pas à nous parvenir.

 

Notez enfin qu'Axel Dauchez a été fait chevalier de la Légion d'honneur il y a quelques jours.

Publiée le 30/04/2014 à 08:20
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...