Le rapport Thévenoud veut transformer les taxis en VTC et les VTC en taxis

GENIUS ! 149

Comment harmoniser la concurrence entre taxis et VTC ? Le député PS de Saône-et-Loire Thomas Thévenoud remet aujourd’hui un rapport à Manuel Valls fort d’une trentaine de pistes pour obtenir la paix. Parmi les riches mesures, il s'agira d'interdire aux VTC l'utilisation des applications mobiles. Pas moins.

uber

Les VTC verraient d'abord leurs immatriculations gelées pour trois mois, histoire de ralentir la vague. Le député souhaite leur faire passer un certificat, à l’issu d’une formation obligatoire. Enfin, le contrôle technique sera obligatoire tous les 6 mois.

Le député préconise à l’égard des taxis une couleur unique, à l’instar des taxis new-yorkais. Ce n'est pas tout. Il veut imposer également un lecteur de carte bancaire et permettre le règlement des courses par ce biais sans minimum de prix. Le document, dont les grandes lignes ont été relevées par le Figaro, notamment, réclame encore un tarif fixe pour les courses d’approche (6,86 euros entre la passation de commande et la prise en charge effective), tout en demandant des forfaits pour les courses jusqu’aux aéroports.

Des apps de géolocalisation, mais uniquement pour les taxis

L’une des principales mesures de ce rapport sera d'inciter au développement de la maraude électronique dans les taxis. En clair ? Il s’agira de pousser un vent de modernisme dans les taxis afin que ceux-ci puissent être géolocalisés par application mobile. Cette mesure facilitera logiquement la prise en charge à la volée des clients dans la rue en mal de taxi.

Mais fait notable, le député socialiste veut dans le même temps interdire les applications « qui permettent de voir les VTC qui se trouvent à proximité », a-t-il confié à l’AFP.  Ces pistes viennent remplacer une précédente idée qui fut portée par le précédent gouvernement socialiste. Elle visait à imposer un délai de 15 minutes d'attente obligatoire entre la prise de commande et la prise en charge (voir notre émission montée avec Arrêt sur images).

Il reste que ce rapport vise finalement à forcer les taxis à adopter les technologies des VTC, tout en coupant ceux-ci des applications mobiles. En d'autres termes, on connecte les taxis, on déconnecte les VTC alors que ceux-ci ont justement abandonné la carte MIchelin pour les nouvelles technologies afin de fluidifier leurs offres et répondre au mieux aux besoins des clients. Sans doute une manière très franco-française de soutenir l’innovation.

Dans le Parisien, le député Thomas Thévenoud indique qu’il ne s’agit pas d’interdire les applications. « Le consommateur pourra toujours réserver un VTC depuis son téléphone. Mais je réserve la maraude électronique aux taxis, c’est-à-dire la possibilité de visualiser sur une carte interactive les véhicules qui se trouvent à proximité ». Il reste que cela revient au même : en interdisant la prise en charge du client dans la rue sans réservation, on interdit par contrecoup la géolocalisation et donc ce qui faisait la moelle des applications mobiles des VTC.

La place d'Uber ? « Devant les tribunaux »

Fait notable, le parlementaire s’en prend également à Uber, jugé comme un « faux nez de la multinationale Google qui pratique l’optimisation fiscale ». Cette entreprise met « en relation des clients et des particuliers utilisant leur véhicule personnel contre rémunération. Ce n’est pas du covoiturage, c’est du taxi clandestin. Le taxi étant une profession réglementée, la place d’Uber est devant les tribunaux, le plus rapidement possible ».

Publiée le 24/04/2014 à 11:30
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...