Patrick Drahi investit 10 millions d'euros dans les MOOC via Mines-Télécom

Zobi la mooc 77
image dediée
Société

Sitôt le rachat de SFR officiellement en route, Patrick Drahi, le patron d'Altice/Numericable, continue son opération de charme. Après avoir promis au gouvernement que le fruit de la fusion sera bien coté à la bourse de Paris, tout comme Altice (aussi présent aux Pays-Bas), le milliardaire a annoncé qu'il payera de sa propre poche 10 millions d'euros aux écoles de l'Institut Mines-Télécom et à sa fondation.

 

Les dirigeants du secteur télécom s'intéressent décidément de près à l'éducation et à la formation. Après Xavier Niel et son école 42, voilà que Patrick Drahi compte ouvrir son portefeuille en misant dix millions d'euros sur l'institut Mines-Télécom. Créé il y a près de 20 ans suite à la perte du monopole de France Télécom, l'Institut Télécom est, comme son nom l'indique, spécialisé dans la télécommunication. Suite au rattachement des écoles des Mines il y a deux ans, l'établissement public d’enseignement supérieur et de recherche a changé de nom en Mines-Télécom.

Sous sa forme actuelle, l'institut regroupe une quinzaine d'établissements à travers la France, dont cinq dédiés au secteur télécom. On retrouve ainsi trois écoles dans la région parisienne (Telecom ParisTech, Telecom SudParis et Telecom l'École de Management) ainsi que Télécom Bretagne et Télécom Lille, ces dernières disposant elles-mêmes d'établissements situés dans plusieurs villes différentes. Rajoutons les différentes Mines du pays qui abordent aussi les sujets des nouvelles technologies et divers autres partenariats avec d'autres écoles, comme Télécom Saint-Etienne et Télécom Physique Strasbourg.

Les cours en ligne dans le viseur

Selon le communiqué officiel de l'Institut, le soutien de Patrick Drahi vise « à la création d’une offre complète de MOOC (Massive Online Open Courses) ». En plein essor à travers le monde depuis plusieurs années, les MOOC sont traduits en français en « cours en ligne ouvert et massif ». Leur objectif est donc de permettre au plus grand nombre d'accéder à des cours de grande qualité en passant par internet. Alors que les amphithéâtres dans les universités ne peuvent accueillir que quelques centaines d'étudiants, parfois qu'une poignée de milliers pour les plus grands amphis, les MOOC peuvent aisément attirer des dizaines de milliers d'étudiants simultanément, et certains ont déjà atteint plusieurs centaines de milliers d'internautes.

« En décidant de donner 10 millions d’euros à la Fondation Télécom de l’Institut Mines-Télécom pour le développement de ce projet d’avenir, Patrick Drahi devient le premier sponsor privé des écoles Télécom » indique l'institut. De nombreux cours seront accessibles sur une plateforme ouverte, « qui pourront être suivis par des apprenants, en formation initiale et continue, dans le monde entier. (...) Les MOOC proposés mettront en avant les domaines où la France dispose d’une expertise internationalement reconnue, comme la cybersécurité, la réalité augmentée et l’innovation numérique. » Les MOOC de l'Institut Mines-Télécom aborderont aussi d'autres sujets, tels que les mathématiques, l’électronique, l’informatique, les réseaux, le traitement du signal et les sciences économiques et sociales.

« Mon engagement a pour objectif d’aider ces écoles à rester pionnières » 

« Par le travail et le mérite, j’ai eu la chance de suivre les enseignements d’excellence de l’école Télécom ParisTech, tout comme d’ailleurs ceux de l’École Polytechnique explique Patrick Drahi. Mon engagement a pour objectif d’aider ces écoles de la République à rester pionnières au plan international dans leur domaine de légitimité, comme le numérique et l’innovation pour Télécom ParisTech. » Il faut toutefois préciser que le choix de l'Institut Mines-Télécom n'est pas dû au hasard. Drahi finance en réalité depuis plusieurs années déjà des bourses pour faire venir des jeunes étudiants étrangers, ceci à hauteur de quelques centaines de milliers d'euros.

Institut Mines Telecom

L'argent sera reversé à la Fondation Télécom. Une fondation qui a récemment vu arriver Michel Combes, le PDG d'Alcatel-Lucent, ceci dans le but de présider sa nouvelle campagne de levée de fonds. Là encore, il n'y a ni hasard ni coïncidences. Michel Combes, tout comme Patrick Drahi, est aussi passé par Télécom ParisTech et l’École Polytechnique. Notez que depuis 2012, la fondation a lancé une campagne nommée « Ambition 2020 » et qui avait et a toujours pour objectif de lever au total 75 millions d'euros d'ici cette date afin de financer ses différents projets. Entre 2008 et 2012, la fondation n'avait levé que 20 millions d'euros. L'ambition est donc grande. Il n'est donc guère étonnant que cet apport de Patrick Drahi dispose d'une mise en avant médiatique importante.

Pour le patron d'Altice, qui vit en Suisse depuis de très nombreuses années, le but est aussi d'améliorer son image et de montrer patte blanche. Il faut dire que les critiques ont été nombreuses ces derniers mois sur sa personne ainsi que sur certaines de ses sociétés parfois établies et cotées à l'étranger (Luxembourg, Pays-Bas, etc.).

Publiée le 14/04/2014 à 18:00 - Source : Mines Telecom
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...