S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Vol de drone à la Tour Eiffel : il écope de 1 000 € d’amende, dont 500 € ferme

Game of drone

Un homme a écopé hier d’une amende de 1 000 euros, dont 500 avec sursis, pour avoir fait voler son drone au niveau du premier étage de la Tour Eiffel. Son appareil a également été confisqué. 

tour eiffel

 

Mardi soir, vers 23 heures, un légionnaire en permission de 22 ans a eu la bonne idée de vouloir faire voler son drone, un engin d’une cinquantaine de centimètres d’envergure, au dessous de la Tour Eiffel. Mais, très rapidement, l’homme a été surpris puis interpellé par la police. S’en est alors suivi une garde à vue. C’est en tout cas ce que rapporte Europe 1, qui explique que le militaire a été présenté hier à un magistrat du parquet de Paris dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (ou procédure de « plaider coupable »).

 

Pour rappel, cette procédure permet aux procureurs de la République de proposer une ou plusieurs peines à un individu reconnaissant les faits lui étant reprochés, sans qu’il n’y ait besoin d’aller jusqu’au procès. Ce serait donc sur cette base que le légionnaire a écopé hier d’une amende de 1 000 euros, dont 500 avec sursis. Son drone a par ailleurs été confisqué. Toujours selon les informations de nos confrères, le prévenu a été condamné pour « conduite d’aéronef non conforme aux règles de sécurité ». Au sens de l'article L 6232-4 du Code des transports, cette infraction est passible d’une peine maximale d’un an de prison et 75 000 euros d’amende.

 

Cette condamnation intervient alors que plusieurs personnes comparaîtront dans les mois prochains mois devant la justice pour des faits similaires. Si nous avons évoqué la semaine dernière le cas du lycéen de 18 ans ayant filmé la ville de Nancy à l’aide de son drone, la Gendarmerie nationale a annoncé hier qu’un individu ayant lui aussi réalisé des vidéos aériennes, mais cette fois du quartier de La Défense, à Paris, devra bientôt répondre de ses actes.

 

En attendant, la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) tente de multiplier les opérations de communication afin de sensibiliser la population et d'informer sur les règles en vigueur (voir ici), qui peuvent néanmoins paraître bien nébuleuses à certains.

Publiée le 21/02/2014 à 08:40

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 197 commentaires

Avatar de kubiak INpactien
kubiak Le vendredi 21 février 2014 à 08:44:43
Inscrit le jeudi 4 mai 06 - 582 commentaires
Je sens que ce n'est pas le dernier touriste / djeunz qui va se faire avoir en faisant voler un drone.
Et on ne parle même pas des possibilités d'utiliser un drone pour transporter des charges plus explosives qu'une caméra

Edité par kubiak le vendredi 21 février 2014 à 08:45
Avatar de Tim-timmy INpactien
Tim-timmy Le vendredi 21 février 2014 à 08:48:49
Inscrit le mardi 26 avril 05 - 4899 commentaires
il a bien choisi son coin en tout cas, le parvis c'est quand même l'endroit où tu as le plus de chance de tuer un touriste en simulant une panne
Avatar de Spidard INpactien
Spidard Le vendredi 21 février 2014 à 08:48:53
Inscrit le vendredi 6 juillet 07 - 2150 commentaires
Question con, mais pourquoi dans ce cas la procédure est immédiate, sans procès donc, et que la même procédure n'a pas été appliquée pour le lycéen de Nancy ?
Avatar de cid_Dileezer_geek INpactien
cid_Dileezer_geek Le vendredi 21 février 2014 à 08:50:31
Inscrit le lundi 16 mars 09 - 11703 commentaires
C'est parti, tout les types avec un drone qui "n'ont pas entendu parler du lycéen de Nancy" vont s'y mettre...

A propos du lycéen de Nancy, il paraît qu'il a été approché par le maire sortant pour une utilisation de certaines de ses images, avec un message sous entendu à la justice, d'être clément pour ne pas décourager toute envie d'entreprendre.
Les candidats(au moins deux) à la mairie de Nancy, l'auraient eux aussi approché en accusant le maire sortant de récupération politique
Avatar de cyrilleberger INpactien
cyrilleberger Le vendredi 21 février 2014 à 08:51:59
Inscrit le lundi 4 février 13 - 415 commentaires
Question con, mais pourquoi dans ce cas la procédure est immédiate, sans procès donc, et que la même procédure n'a pas été appliquée pour le lycéen de Nancy ?


Peut-être que le lycéen de Nancy a refusé.

Il y a 197 commentaires

;