#LPM : « Nous allons essayer de trouver 59 autres parlementaires »

La saisine du Conseil constitutionnel reste possible 33

Le bureau parlementaire de Xavier Bertrand nous a confirmé que l’UMP ne saisira pas le Conseil constitutionnel, souhait de Christian Jacob, chef de file du groupe. Cependant, la porte n’est pas fermée pour une saisine des sages. Un objectif qu'entend poursuivre le parlementaire (voir sa lettre adressée à Christian Jacob).

assemblée nationale députés

Chaque député a le droit de se grouper en effet avec d’autres pour mener à bien cette procédure. « Si nous sommes passés par Christian Jacob initialement, c’est parce que c’est la procédure habituelle » nous indique-t-on.

Malgré le refus du groupe UMP, « nous allons essayer de trouver 59 autres parlementaires ». Pour l’heure, le bureau du député nous assure qu’« une grosse vingtaine a répondu à l’appel. » Seul hic, ce groupe, s’il est constitué, ne profitera pas de la logistique juridique habituelle du groupe politique pour aiguiser ses arguments et taper au plus juste. « Nous n’aurons pas la force de frappe de l’UMP, mais cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de saisine ». Autre chose, « le temps joue contre nous », puisque la promulgation doit intervenir dans les 15 jours. « L’équipe de saisine sera plus restreinte, certes mais nous allons continuer à nous battre, pas de défaitisme ! »

Ces députés UMP pourront ainsi voir du côté de l’UDI voire des Verts qui ont tendu la main à qui voudraient les accompagner dans cette procédure.

De sources sûres, nous avons appris par ailleurs que les réticences de Christian Jacob s’expliquent parce que des députés UMP avaient soutenu le texte lors de son examen en commission (exception faite de Lionel Tardy et Laure de la Raudière). L’idée est donc de rester cohérent : « les membres du Groupe UMP ont largement approuvé la rédaction actuelle de cet article du projet de loi, tant en commission qu’en séance » a soutenu Christian Jacob. D’autres arguments ont pesé dans la balance, notamment que cette saisine enverrait « un mauvais signal aux forces de sécurité et aux services de renseignement. »

Publiée le 12/12/2013 à 15:54
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...