BlackBerry publie une lettre ouverte pour rassurer ses clients

Difficile d'apaiser autant de craintes 38

BlackBerry, face à une situation financière complexe et à une érosion de la confiance que pourraient lui accorder les entreprises, a décidé de communiquer pour aborder la situation. Dans une lettre ouverte, le constructeur canadien donne sa version des faits et tente de restaurer la confiance des clients.

BlackBerry Z30

Le BlackBerry Z30

Une période « délicate »

BlackBerry va mal : l’entreprise a perdu une grande partie de sa capitalisation boursière et se retire désormais du marché grand public. Les smartphones BlackBerry 10 se sont moins vendus que prévus et les stocks de Z10 non écoulés ont contraint la firme à provisionner pas loin d’un milliard de dollars, pesant ainsi sur les résultats du troisième trimestre. La firme est en outre en pleine restructuration, et tandis que 4 500 employés doivent prochainement quitter l’entreprise, une bataille se dessine pour son rachat.

Dans sa lettre ouverte, BlackBerry indique être consciente que les différentes actualités dans la presse ont contribué à noircir le tableau. Mais l’entreprise aborde rapidement la question des finances : non seulement la trésorerie est « substantielle », mais surtout il n’y a actuellement aucune dette. En outre, « la restructuration que nous avons initiée a pour but de diminuer nos dépenses de 50 % afin de pouvoir gérer notre entreprise de manière plus efficace ».

BlackBerry reconnaît que la période actuelle est « délicate » : « nous ne sous-estimons ni l’ampleur de la tâche, ni les difficultés auxquelles nous sommes confrontés ». Mais l’entreprise réaffirme surtout son engagement envers ses clients et, à ce titre, elle souhaite « rétablir la vérité » sur plusieurs points.

Le « meilleur » dans plusieurs domaines 

BlackBerry estime qu’elle propose le meilleur outil de productivité. Elle met ainsi en avant sa gamme BB10 composé de quatre modèles, deux entièrement tactiles, et deux intégrant le célèbre clavier physique. La communication est particulièrement axée vers l’entreprise, la firme parlant de faire « avancer votre business » et de « réalisation de projets ». Elle affirme également qu’elle propose la meilleure sécurité, qui est au « cœur » de son « ADN », en précisant qu’elle a la confiance de « gouvernements du monde entier » et « d’entreprises internationales ».

Le Canadien n’hésite pas non plus à indiquer qu’elle propose le meilleur outil de gestion de mobilité d’entreprise. Ce dernier a d’ailleurs été adapté pour refléter l’évolution du marché : « compte-tenu de la présence des terminaux Android et iOS dans l’univers professionnel, nous avons intégré la gestion du BYOD dans notre infrastructure pour permettre aux entreprises de gérer de multiples plateformes en toute sécurité ». elle rappelle également que le nombre de serveurs BlackBerry Enterprise Service 10 installés est passé de 19 000 à 25 000 en seulement trois mois (juillet à septembre).

Enfin, le Canadien rappelle qu’avec le lancement de son Messenger sur iOS et Android, « nous mettrons à disposition du plus grand nombre la plateforme de messagerie mobile la plus dynamique ». BlackBerry précise d’ailleurs que plus de six millions de personnes se sont enregistrées pour être averties de la sortie de l’application.

« BlackBerry n’est pas destiné à tout le monde » 

Mais il faut attendre la fin de la lettre pour que la firme glisse un message particulièrement significatif : « certes, la concurrence est rude et nous savons que BlackBerry n’est pas destiné à tout le monde. C’est un fait, BlackBerry est différent ». Une manière de rappeler que la firme ne participe plus à la course au grand public, face à des titans comme Apple et Samsung. Une façon également d’indiquer que BlackBerry joue désormais dans une autre cour et se tournait vers sa spécialisation de longue date : l’entreprise.

Le fait est qu’en dépit d’une communication conçue pour rassurer, BlackBerry ne peut pas grand-chose contre l’inquiétude et les doutes qui règnent sur tout ce qui concerne son avenir. On se rappelle que le cabinet Gartner recommandait voilà peu aux entreprises de chercher une solution de remplacement aux BlackBerry durant les six prochains mois, justement parce que l’avenir de la firme était incertain.

Publiée le 15/10/2013 à 13:13
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...