Facebook stagne en France avec 26 millions d'utilisateurs actifs

Selon les syndicats ou la police ? 49

Après avoir dévoilé ses chiffres pour le monde en juillet dernier, Facebook vient de publier ceux portant sur la France spécifiquement, ceci pour le mois d'août. Et avec environ 26 millions d'utilisateurs mensuels, le réseau social américain reste de loin le numéro un de son secteur. Néanmoins, un tel nombre avait déjà été affiché il y a plus d'un an.

 Facebook Q2 2013
Dernières données de Facebook pour le monde.

À l'instar des médias traditionnels, les sites internet, et donc les réseaux sociaux, mettent régulièrement en avant leurs chiffres d'audience, en particulier ceux qui les avantagent le plus. Pour internet, les discussions vont bon train sur les statistiques : faut-il mettre en avant le nombre de visiteurs, celui des pages vues, le temps de surf, etc. ? Et pour la plupart des sites, mais plus encore pour les réseaux sociaux, la façon de comptabiliser les visiteurs et utilisateurs fait régulièrement débat, dès lors que certains poussent le vice à compter un internaute pour la moindre action liée de près et surtout de loin avec le service (un +1 ou un J'aime sur un lien par exemple).

Mais faute de plus de détails sur ce sujet épineux, nous devons donc nous contenter des chiffres officiels publiés par chaque société. Concernant Facebook, la société compte selon elle 1,15 milliard d'utilisateurs actifs mensuels dans le monde en juin 2013, dont 819 millions sur mobile et 699 millions quotidiens.

Un nombre d'actifs stable depuis deux ans 

En France, le réseau social de Mark Zuckerberg a dénombré en août dernier environ 26 millions d'utilisateurs actifs, dont 18 millions affichant une activité quotidienne. 17 millions de comptes en France sont actifs chaque mois par mobile, et 11 millions sont dans ce cas chaque jour. Ces données n'ayant pas de grandes valeurs sans comparaison, commençons tout d'abord par vérifier l'évolution de Facebook en France.

En farfouillant dans les archives, nous pouvons nous rendre compte que Facebook comptait 25 millions d'utilisateurs actifs en France fin 2011, et 26 millions l'an passé. La première donnée a pour source Facebook lui-même, tandis que la seconde est tirée d'une étude de Nielsen. Si ces données sont exactes, cela signifie donc que le réseau est désormais en totale stagnation sur ce critère. Une progression est par contre visible du côté des mobinautes. Ils n'étaient ainsi « que » 13 millions à se rendre sur Facebook mi-2012 (source Nielsen), contre 14 millions fin 2012 (source Facebook) et donc 17 millions désormais.

La stagnation de Facebook du côté des utilisateurs actifs globaux n'est pas tant une surprise. 26 millions de personnes, cela représente environ 60 % des internautes français. Sachant que le réseau est « normalement » interdit aux moins de 13 ans et que certains internautes sont réfractaires à Facebook pour des raisons de vie privée ou de goût tout simplement, sa marge de progression semble limitée. Le même phénomène se repère d'ailleurs en Amérique du Nord et d'autres pays d'Europe, où le réseau est en quasi léthargie.

Le nombre ne fait pas la valeur

Depuis un certain temps maintenant, le site tire ainsi l'essentielle de sa croissance en Asie, en Afrique, en Océanie et en Amérique Latine. Néanmoins, si en « quantité » d'utilisateurs, l'Amérique du Nord et l'Europe sont bien inférieurs au reste du monde, d'un point de vue financier, les différences sont encore fortes. Un Nord-Américain rapporte ainsi en moyenne à Facebook 4,32 dollars (par trimestre), contre 1,87 dollar pour un Européen, 0,75 dollar pour un Asiatique et 0,63 dollar pour les habitants des autres territoires du monde. Du fait des dépenses publicitaires largement supérieures sur son territoire, l'Amérique du Nord écrase donc les autres régions du monde, y compris l'Europe. Une régression dans ces « riches » territoires serait donc problématique, ceci malgré une croissance ailleurs.

Enfin, concernant les autres réseaux sociaux en France, Twitter et Google+ compteraient environ 8 millions de membres, contre 7 millions pour Viadeo et 5 millions pour LinkedIn. Reste toutefois à savoir quels sont précisément les niveaux d'activités sur ces sites, ce qui est bien plus flou, en particulier pour l'Hexagone. Nous savons toutefois qu'en terme de notoriété, Google+ est le réseau qui progresse le plus en France, et probablement dans de nombreux pays dans le monde. Mais la notoriété ne fait pas tout et ne se transforme pas forcément en utilisation massive.

Publiée le 07/09/2013 à 10:42
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...