PRISM : Snowden révèle que la NSA s'est introduite dans les routeurs chinois

Le FBI ouvre une enquête criminelle 148

Edward Snowden, l’homme par qui le scandale du programme PRISM est arrivé, est toujours caché à Hong-Kong. C’est de sa chambre d’hôtel qu’il a accordé une nouvelle interview, lâchant de nouvelles informations sur une surveillance active des communications chinoises par les États-Unis. Mais c’est désormais officiel, il est sous le coup d’une enquête criminelle du FBI.

 

Dans une interview accordée au South China Morning Post, Edward Snowden a livré de nouvelles informations. Il a indiqué être en possession d’un certain nombre de documents qui n’ont pas encore été révélés, des données sensibles aptes à prolonger, voire amplifier, le scandale actuel. Cet ancien technicien de la CIA est en effet celui qui a propulsé le programme secret PRISM de la NSA sur le devant de la scène, depuis confirmé par le gouvernement américain qui a insisté sur sa légalité bâtie sur la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act).

 

Dans cette interview, Snowden a ainsi déclaré que les agences américaines de renseignement s’introduisaient dans les grands axes chinois de communication « tels que les routeurs Internet, qui donnent accès aux communications de centaines de milliers d’ordinateurs sans avoir besoin d’en pirater un seul ». Il a en outre indiqué que plus de 61 000 opérations avaient été jusqu’ici engagées par la NSA (National Security Agency).

 

Le Washington Post en profite lui pour rappeler que les États-Unis et la Chine s’accusent depuis longtemps de piratage mutuel. Le problème désormais est que les informations révélées par Edward Snowden sont propres à appuyer les déclarations faites par la Chine à ce sujet. On rappellera que l’ex-agent estimait que l’un de ses destins possibles serait d’être récupéré par les forces chinoises en vue d’être exploité et de fournir des renseignements.

 

Côté FBI, la pression augmente. Le domicile des parents Snowden a ainsi été visité par deux agents dans la semaine. En outre, on a appris que le FBI le cherchait déjà depuis plusieurs semaines avant son apparition à Hong-Kong. En effet, nouvellement employé chez Booz Allen Hamilton, il n’était pas resté longtemps au travail avant de disparaître. Son employeur l’a évidemment licencié, parlant d’une rupture de « son code d’éthique et de la politique de l’entreprise ».

 

Le FBI a officialisé aujourd’hui l’enquête criminelle dirigée contre Edward Snowden.

Publiée le 13/06/2013 à 18:08
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...