Chromium pourrait devenir le navigateur par défaut dans Ubuntu

En dépit des apparences, il y a de nombreuses difficultés 39

Les développeurs d’Ubuntu réfléchissent sérieusement à remplacer Firefox par Chromium en tant que navigateur par défaut. Bien qu’il puisse sembler s’agir d’une décision simple, elle recouvre plusieurs aspects et rien n’est encore sûr.

ubuntu

 

Les prochaines versions de la distribution Linux Ubuntu pourraient donc embarquer Chromium comme navigateur par défaut. C’est assez rarement le cas, souvent en raison de la proximité du projet avec Google. Un problème accentué par la décision de la firme de ne plus utiliser Webkit, mais un fork maison baptisé Blink. Mais pour Ubuntu, si une telle migration aurait effectivement du sens, elle ne serait pas sans poser plusieurs problèmes.

 

L’idée de cette migration vient des aménagements prévus dans le futur. Selon le développeur Chad Miller, Chromium sera la fondation d’une bonne partie du code d’Ubuntu Touch. Évidemment, ne garder que ce navigateur serait logique. À ceci près qu’une telle opération entraînera mathématiquement des problèmes pour les utilisateurs. Par exemple, Chrome et Firefox contiennent bien une liseuse PDF intégrée, mais ce n’est pas le cas du projet open source Chromium. Il s’agit donc d’une fonctionnalité en moins.

 

La valse des soucis continue, notamment du côté de la migration. Chad Miller indique notamment que le processus de transfert des données devrait être proéminent, afin que l’utilisateur ne puisse pas le rater. En outre, et c’est plus grave, la migration des extensions est impossible, et l’utilisateur serait probablement invité à les réinstaller manuellement. En outre, Chromium n’est pas disponible sur toutes les architectures, notamment Power PC. Enfin, les performances de Chromium sont jugées inférieures quand la mémoire vive est limitée.

Publiée le 31/05/2013 à 12:05 - Source : Ubuntu
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...