S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

[Édito] L'écriture manuscrite tire-t-elle sa révérence ?

Ça se rapproche

Depuis quelques années, la question se pose sérieusement, notamment dans les pays anglophones : faut-il arrêter l'enseignement de l'écriture manuscrite ? Dans de nombreux États américains, l'apprentissage de l'écriture cursive pourrait même totalement disparaître, s'intéressant donc uniquement à l'écriture en lettres capitales et à l'ordinateur. Certaines écoles ont même déjà sauté le pas depuis un moment. Mais à terme, c'est bien l'écriture manuscrite qui pourrait passer l'arme à gauche.

Ordinateur taper clavier Morguefile

©Morguefile.

 

Dans notre édito d'avril 2010, nous abordions déjà la mort du stylo, par référence directe à la fin de l'écriture manuelle. À cette époque pas si lointaine, nous faisions déjà remarquer l'utilité quasi nulle d'écrire à la main aujourd'hui. Que ce soit pour travailler, faire des démarches administratives, postuler pour un emploi, etc. les occasions d'écrire à la main se raréfient. Au point que l'exercice devient très vite douloureux pour le poignet pour ceux ayant perdu l'habitude et que notre écriture est loin d'être toujours de toute beauté.

 

Aujourd'hui, les écrans sont partout et de nombreuses écoles à travers le monde proposent déjà des ordinateurs ou des tablettes tactiles à chacun de leurs élèves. De quoi pousser d'autant plus à tuer l'écriture manuscrite. Deux philosophies rentrent alors en scène. 

Un apprentissage inutile, une perte de temps 

D'un côté, il y a donc ceux qui estiment que l'écriture à la main est aujourd'hui totalement inutile. En effet, tous les jeunes savent utiliser un clavier d'ordinateur, ils tapent pour beaucoup sans même le regarder et leur vitesse à écrire des SMS prouve que le critère de la vélocité n'en est pas un. Qui plus est, son apprentissage est long et fastidieux. Il s'agit même d'une perte du temps dès lors que plus le temps avance dans la scolarité puis dans la vie professionnelle, moins l'utilité de l'écriture manuelle est évidente. Et si à l'époque, les enfants n'apprenaient que l'écriture manuscrite, aujourd'hui, ils ont aussi dans leur programme l'apprentissage de la saisie au clavier, tout du moins dans certains pays. Deux apprentissages. Un de trop ?

 

En somme, l'écriture manuscrite n'a plus aucun sens et appartient d'ores et déjà au passé si l'on suit ces arguments. Une idée qui semble trouver un succès croissant dans certains pays développés et qui pourrait, à court ou moyen terme, mener à l'abandon total de l'écriture à la main et pousser à la mort du stylo. Tout au plus, il suffirait d'apprendre aux enfants la lecture des lettres attachées, mais l'apprentissage de son écriture est une perte de temps.

Le problème de la compréhension

Mais à ces arguments, qui se tiennent pour la plupart, d'autres voix existent. Certains font ainsi remarquer judicieusement que les enfants qui n'apprennent pas l'écriture cursive ont déjà du mal à lire ce style d'écriture, les coupant ainsi d'une partie des informations et donc du savoir.

 

Sans transcription en lettres d'imprimerie, ils ne comprennent donc pas ou tout du moins très difficilement ceux qui l'utilisent. Or l'apprentissage de la lecture des lettres attachées sans l'apprentissage de l'écriture semble particulièrement complexe, tant les deux sont liées avancent certains professeurs. Ce n'est toutefois pas le seul argument en faveur de son apprentissage.

Un manque de « caractère »

Pour certains, écrire en lettres d'imprimerie voire uniquement sur ordinateur va pousser tout le monde à écrire de la même façon. Or l'écriture cursive « fait partie de l'identité et de l'estime de soi » estime Eldra Avery, professeur de langage et de composition dans un établissement californien. « Il y a quelque chose d'unique et de personnel dans une lettre en cursive. »

 

Jacques Gilbert, maître de conférences en littérature à l'université de Nantes, est sur la même longueur d'onde. « Dans l’écriture manuelle, le corps s’exprime, on voit si le scripteur était en colère, heureux, pressé. Le lecteur peut imaginer la personne et reconnaître dans sa graphie manuscrite dans quel contexte émotionnel elle a été produite. L’écriture sur écran renvoie une image distante. »

 

Globalement, les défenseurs de l'écriture cursive et de l'écriture manuelle en général considèrent que cela permet de mieux développer le cerveau et que cela contribue à améliorer la motricité et la coordination. Qui plus est, pour certaines personnes, même habituées à l'environnement informatique, écrire sur papier aide à mieux organiser ses idées, ses projets. De plus, mais l'argument est ici plus anecdotique, cela permet aussi d'avoir une signature propre, personnalisée, identifiée.

 

Quand bien même plus tard, dans la vie active, cette écriture ne serait quasi plus utilisée (ce qui est une réalité pour bon nombre d'entre nous déjà aujourd'hui), l'avoir apprise dans notre jeunesse aurait donc façonné notre façon d'aborder l'écriture bien sûr, mais aussi notre personnalité.

 

Harder Better Faster Stronger.

De l'influence de la machine

À ce sujet, citons un passage d'un billet très intéressant rédigé par Nicholas Carr en 2008. Titré « Is Google Making Us Stupid » (Est-ce que Google nous rend stupides), Il aborde en fait un sujet bien plus large que Google et s'intéresse à l'impact de la technologie sur la population humaine. Traduit intégralement par Framablog,  voici le passage qui rejoint notre sujet du jour :

 

En 1882, Friedrich Nietzsche acheta une machine à écrire, une « Malling-Hansen Writing Ball » pour être précis. Sa vue était en train de baisser, et rester concentré longtemps sur une page était devenu exténuant et douloureux, source de maux de tête fréquents et douloureux. Il fut forcé de moins écrire, et il eut peur de bientôt devoir abandonner. La machine à écrire l’a sauvé, au moins pour un temps. Une fois qu’il eut maîtrisé la frappe, il fut capable d’écrire les yeux fermés, utilisant uniquement le bout de ses doigts. Les mots pouvaient de nouveau couler de son esprit à la page.

 

Mais la machine eut un effet plus subtil sur son travail. Un des amis de Nietzsche, un compositeur, remarqua un changement dans son style d’écriture. Sa prose, déjà laconique, devint encore plus concise, plus télégraphique. « Peut-être que, grâce à ce nouvel instrument, tu vas même obtenir un nouveau langage », lui écrivit cet ami dans une lettre, notant que dans son propre travail ses « pensées sur la musique et le langage dépendaient souvent de la qualité de son stylo et du papier ».

 

« Tu as raison », répondit Nietzsche , « nos outils d’écriture participent à l’éclosion de nos pensées ». Sous l’emprise de la machine, écrit le spécialiste allemand des médias Friedrich A. Kittler, la prose de Nietzsche « est passée des arguments aux aphorismes, des pensées aux jeux de mots, de la rhétorique au style télégraphique ».


Ce passage ne prend pas ici partie pour ou contre la machine à écrire et donc par relation au clavier de l'ordinateur. Il tente d'expliquer ici l'impact de la machine sur notre façon d'écrire et même de réfléchir. Cela peut ainsi avoir tout aussi bien des conséquences positives que négatives. Par analogie, il est tout aussi probable qu'il en soit de même pour l'arrêt de l'apprentissage de l'écriture manuelle. Si un jour des politiciens venaient à aborder le sujet, ils devront inévitablement se poser cette question.

Notez enfin que les États-Unis n'est pas le seul pays à réfléchir à ce sujet ces dernières années. Le Canada, au Royaume-Uni et en Allemagne, des constats voire des débats ont déjà plus ou moins commencé, sans que cela n'implique une quelconque décision politique toutefois. En France, comme ailleurs, le constat est aussi évident. Mais pour le moment, personne n'a pensé à abandonner l'écriture sur papier. Une question de temps ?

Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 30/03/2013 à 10:30

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 222 commentaires

Avatar de Horrza INpactien
Horrza Le samedi 30 mars 2013 à 10:37:57
Inscrit le vendredi 18 septembre 09 - 936 commentaires
Le peuple américain est lentement suicidé par sa classe politique, fondée de pouvoir des dirigeants d'entreprises qui se GOINFRENT.
Et nous c'est pareil.
Abandonner la cursive est une folie, mais sert l'intérêt des classes dirigeantes.
Avatar de 2show7 INpactien
2show7 Le samedi 30 mars 2013 à 10:39:05
Inscrit le vendredi 24 juillet 09 - 9724 commentaires
Comme les machines à faire des histoires, pour se faire une collection de droits d'auteurs

Edité par 2show7 le samedi 30 mars 2013 à 10:40
Avatar de iksarfighter INpactien
iksarfighter Le samedi 30 mars 2013 à 10:39:53
Inscrit le samedi 26 août 06 - 734 commentaires
Je ne sais pratiquement plus écrire à la main, pourtant quand j'étais étudiant j'en ai saisi des kilomètres de cours.
Avatar de lol.2.dol INpactien
lol.2.dol Le samedi 30 mars 2013 à 10:40:04
Inscrit le mercredi 27 décembre 06 - 2958 commentaires
J'ai passé un concours le mois dernier : 4 ou 5H d'examen écrit... Au bout d'une heure, je n'arrivais quasiment plus à me lire, au bout de 2H j'ai dû arrêter parce que j'avais trop mal au poignet...
Avatar de trolleur anonyme INpactien
trolleur anonyme Le samedi 30 mars 2013 à 10:39:59
Inscrit le vendredi 12 septembre 08 - 455 commentaires
Je rajoute un des nombreux problèmes qu'il y a à abandonner l'écriture manuelle : les maths au clavier c'est pas encore ça ^^

Il y a 222 commentaires

;