Les jeux vidéo ne rendent pas violent selon une ancienne profileuse du FBI

Mais il s'agirait tout de même d'un catalyseur 70

Une ancienne « profileuse » ayant travaillé pour le FBI a été interviewée lors d'une émission nommée Face The Nation, diffusée sur la chaîne américaine CBS, et son témoignage à propos de la violence dans les jeux vidéo est clair.  En effet, pour elle, la plupart du temps les jeux violents ne sont pas la cause d'un passage à l'acte : ils font plutôt office de catalyseur.

Dishonored Violence

Le débat sur les jeux violents et leurs conséquences sur la criminalité continue de faire couler beaucoup d'encre aux États-Unis. Les récentes déclarations de Mary Ellen O'Toole, une ancienne profileuse ayant travaillé pour le FBI, apportent encore un peu plus d'eau à un moulin qui était déjà loin de s'assécher. Selon elle, les jeux violents ne sont pas la cause d'un passage à l'acte : ils font plutôt office de catalyseur.


« Selon mon expérience, les jeux vidéo ne sont pas la cause de violences. Cependant, c'est l'un des facteurs de risque que nous prenons en compte quand nous évaluons le risque qu'un individu agisse de manière violente », déclare-t-elle. « Il est important de comprendre qu'au FBI nous ne voyons pas les jeux comme étant la cause de violences. Nous les voyons comme les catalyseurs d'un concept déjà existant ». 


Christopher Fergusson, un professeur de psychologie de l'Université du Texas poursuit en arguant que, par le passé, le même type de craintes était formulé par l'opinion publique. « Je crois qu'il faut mettre cette conversation dans une certaine perspective historique. Quand un nouveau média sort, il tend à traverser une période qu'on peut appeler panique morale où il est accusé d'être la source de toutes sortes de maux. Le meilleur exemple nous vient des années 1950 où le Congrès et des psychiatres affirmaient que les comic books étaient responsables non seulement de la délinquance juvénile, mais aussi de l'homosexualité », affirme-t-il.


L'évocation de ces idées vieilles de plus de soixante ans peut faire sourire, mais elles ont réellement existé. Fort heureusement, les mentalités ont un peu évolué et personne ne vient taxer un titre comme Mass Effect d'être la cause de l'homosexualité des jeunes gens, ni de leur amour pour les races aliens. À quand le même constat concernant la violence dans les jeux ?

Publiée le 26/02/2013 à 09:09 - Source : RawStory
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...