The Phone House pourrait aussi perdre son contrat avec Orange en 2014

Vers la fin des forfaits chez TPH 43

Depuis le début de l'année 2013, l'enseigne The Phone House ne propose plus de forfaits Bouygues Telecom suite au non-renouvellement de son contrat avec l'opérateur. Une mésaventure qui pourrait bien arriver de nouveau l'an prochain avec Orange nous dévoile Le Figaro. Et les conséquences pourraient être dramatiques.

The Phone House

Une perte deux fois plus importante que celle de Bouygues Telecom

L'an passé, l'annonce de la perte de Bouygues Telecom, qui représentait 12 % du chiffre d'affaires de The Phone House, était déjà une mini catastrophe pour l'enseigne spécialisée dans le mobile. Cette dernière avait toutefois annoncé auparavant la fermeture de 30 % de ses magasins (soit 79) et la réduction de 19 % de son effectif, soit 246 postes. Cette coupe était en quelque sorte une anticipation et n'avait donc pas été confortée par un autre plan social suite au non-renouvellement du contrat avec Bouygues. Néanmoins, Carine Delarue, déléguée syndicale CGT, interrogée par Le Monde en décembre dernier, ne cachait déjà pas ses craintes : « Si on ne travaille plus qu'avec deux opérateurs, Orange et SFR, ça sera très dur. Nous aurons un autre plan social. »

Or à en croire Le Figaro, ce n'est plus avec deux grands opérateurs que travaillera The Phone House en 2014, mais un seul, tout du moins si SFR continue aussi l'aventure. Et Orange n'est pas Bouygues Télécom. Notre confrère précise ainsi que l'opérateur historique représente 25 % du chiffre d'affaires de The Phone House. Dans ces proportions, ce n'est plus une catastrophe, mais un véritable cataclysme.

L'avenir de The Phone House en jeu ?

Les conséquences d'une telle perte pourraient pousser l'enseigne à revoir totalement son plan d'affaires et ainsi licencier massivement dans les mois à venir. L'avenir même de The Phone House serait en jeu en réalité, croit savoir Le Figaro, qui précise que l'enseigne a même contacté le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie afin de pouvoir trouver une solution. Il faut dire que The Phone House compte 1200 salariés dans 336 boutiques à travers l'Hexagone. C'est plus que Virgin Megastore, mis en vente en ce moment même. 

Pour le moment, une source de Bercy estime qu'il n'y a pour l'instant pas péril en la demeure. « L'évolution du contrat Orange ne signifie pas la fin de The Phone House, qui pourrait trouver un nouveau modèle économique avec la vente de terminaux nus, tablettes et autres matériels numériques. » Qui plus est, l'État étant encore un actionnaire puissant chez France Télécom, il n'est pas impossible que certaines pressions soient excercées pour sauver le soldat The Phone House. Toutefois, Orange a aussi ses propres problèmes à résoudre et la croissance des achats de forfaits et de téléphones via Internet affaiblit ses boutiques. Un départ de The Phone House n'aurait donc rien d'illogique au regard de l'atmosphère actuelle du marché.

À terme, si The Phone House venait à survivre, l'enseigne pourrait se transformer en simple vendeur de téléphones nus, avec en sus d'autres produits (tablettes, accessoires, etc.) et bien sûr les services associés, notamment les si lucratives assurances. Il n'est toutefois pas certain qu'un tel modèle économique suffise pour sauvegarder l'intégralité des boutiques et donc des employés actuels.

Publiée le 22/02/2013 à 14:48
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...