299 ou 449 dollars ? Les analystes s'opposent sur le prix de la PS4

De toute façon ils ne sont jamais d'accord 96

Nos confrères de GamesIndustry ont pu s'entretenir avec deux analystes après la présentation de la PlayStation 4, afin de recueillir leurs impressions, mais surtout connaître leurs avis sur le prix de la console. Billy Pidgeon et le très controversé Michael Patcher se sont prêtés au jeu des pronostics.

logo playstation 4

Lors de l'annonce de SONY concernant la PlayStation 4, nous avons pu prendre connaissance de nombreuses informations au sujet de ses fonctionnalités et de son matériel embarqué. Mais certains éléments ne sont pas encore confirmés, comme le design de la console, ainsi que son prix. Sur ce dernier point, les rumeurs vont bon train et toute une brochette d'analystes s'est empressée de donner leur avis à chaud après la conférence. C'est notamment le cas de Billy Pidgeon et du très controversé, mais médiatique Michael Patcher.

299 dollars : le prix « magique » selon Pidgeon

Billy Pidgeon, analyste chez Inside Network table sur un prix d'attaque à 299 dollars qui serait le seul moyen pour SONY de voir sa console se vendre en grandes quantités dés le départ. « J'aimerais bien voir deux modèles, un sous les 300 dollars et un autre sous les 400 dollars. 299 dollars serait un prix magique. Je pense que la génération actuelle a mis trop de temps à y parvenir. La PlayStation 4 doit sortir sous la barre des 400 dollars, et honnêtement, s'ils peuvent la subventionner davantage, ils marqueraient le coup, et ça leur serait rentable sur le long terme » juge-t-il. En clair : SONY doit afficher sa console avec un tarif agressif pour installer le plus vite possible un parc de machines suffisant. 

« Les ventes pendant la première année devraient être bien plus faibles que les gens ne se l'imaginent. Pour garder une activité viable et dégageant une marge suffisante, ils auront besoin de garder leurs plateformes actuelles en vie, peut-être encore plus longtemps que la dernière fois », ajoute Pidgeon. « Historiquement, nous avons vu des transitions où les ventes de la précédente génération s'effondraient brutalement à la sortie de la console suivante, mais si cela devait encore arriver, cela endommagerait vraiment SONY et Microsoft ». Le discours de Pidgeon semble contradictoire. D'un côté, il faudrait proposer la PlayStation 4 à un prix aggressif, tout en continuant de stimuler les ventes de la PlayStation 3. Mais entre une PS3 à 229 dollars et une PS4 à 299 dollars, difficile d'opter pour l'ancienne. Certes, son catalogue plus complet sera un avantage, mais il ne durera qu'un temps, d'autant que la PlayStation 4 offrira à terme une rétrocompatibilité avec les titres des anciennes générations gràce aux services de Gaikai

Patcher voit la PlayStation 4 autour des 400 dollars

Michael Patcher de Wedbush Securities s'imagine quant à lui un tarif compris entre 399 et 449 dollars. Mais surtout il pense que le peu de changements au niveau des graphismes avec la version précédente ne devrait pas grandement impacter les coûts de développement pour les studios.

« Nous restons confiants sur le fait que la nouvelle console devrait avoir un prix de vente inférieur à celui de la PlayStation 3, qui avait débuté avec une étiquette à 599 dollars, ce qui avait impacté négativement la popularité de la console sur le long terme », analyse-t-il. « Le fossé plus petit concernant les graphismes, couplé à une architecture basée sur celle du PC devrait mener à une hausse très limitée des coûts de développement pour les éditeurs par rapport à ce qu'ils ont pu connaître avec lors des cycles précédents ». 


Patcher soulève également un autre point, celui du taux de rafraîchissement, et son analyse ne va certainement pas calmer la petite guerre entre les joueurs sur PC et leurs confrères sur consoles. « Si la PlayStation 4 semble capable d'afficher les jeux avec une meilleure fluidité, nous pensons que les éditeurs seront réticents à faire progresser significativement ce point qui augmenterait leurs coûts, pour une amélioration que finalement peu de joueurs remarqueront ». Tant que les versions PC des jeux pourront tourner à 60 images par seconde, on ne trouvera rien à y redire.

Publiée le 22/02/2013 à 11:32
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...