Une sénatrice demande le retrait d'une publicité pour Free Mobile

Pub à deux balles 298

Une sénatrice vient d’interpeller Benoît Hamon, ministre chargé de la consommation, au sujet d’une publicité de Free mettant en scène une fillette. Selon l’élue, cette publicité est illégale car il est interdit en France de faire de la promotion de l’utilisation d’un téléphone mobile par des enfants de moins de 14 ans.  

free pub

Via Robins des Toits.

 

Dans une question parlementaire publiée hier au Journal Officiel, la sénatrice Marie-Christine Blandin s’alarme des « dérives de la publicité en faveur de la téléphonie mobile ». Dans son viseur, la publicité vantant les mérites de la téléphonie mobile auprès des enfants de moins de 14 ans. L’élue brandit d’ailleurs un exemple bien précis : « une campagne d'affichage de l'opérateur Free met en scène une fillette qui le remercie pour la mise en place d'un forfait de téléphonie mobile ».

 

Problème : selon l’article L. 5231-3 du Code de la santé publique, « Toute publicité, quel qu'en soit le moyen ou le support, ayant pour but direct de promouvoir la vente, la mise à disposition, l'utilisation ou l'usage d'un téléphone mobile par des enfants de moins de quatorze ans est interdite ». Marie-Christine Blandin en déduit qu’en « sous-entendant que ce produit est particulièrement adapté pour les enfants, cette publicité contrevient directement [à cet article] ». La sénatrice réclame ainsi dans un premier temps que cette publicité soit retirée. Elle demande ensuite à Benoît Hamon ce qu’entend faire le gouvernement « afin de s'assurer que les enfants soient effectivement protégés de l'incitation directe ou indirecte à l'usage de la téléphonie mobile ».

 

Sauf que l’affaire n’en est pas à ses débuts. Il y a une semaine et demi, l’association Robin des Toits signalait la publicité litigieuse auprès de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Vendredi dernier, nos confrères de France Info rapportaient que Free affirmait avoir déjà mis un terme à la diffusion de cette publicité, une semaine auparavant.

 

Du côté de l’opérateur, on estime que l’illégalité de cette publicité n'est pas fondée. Pourquoi ? Selon une source interne, Free considère qu'il s’agit de favoriser la vente d’un abonnement mobile et/ou d’une carte SIM, et non pas d’un téléphone mobile, contrairement à ce qu’indique le Code de la santé publique. En outre, « mettre une jeune fille ne veut pas dire que l'on s'adresse aux enfants ». 

Publiée le 22/02/2013 à 09:26
Publicité


chargement
Chargement des commentaires...