France 2 se dit révoltée par le Pass Prioritaire payant de la Freebox Replay

ASI font, font, font 186

Depuis deux ans, Free propose à ses abonnés fixes de souscrire à un Pass Prioritaire à 0,99 € la soirée ou 3,99 € le mois leur permettant d'accéder en toute tranquillité à la télévision de rattrapage en soirée. Le but de l'opération, outre l'aspect financier, est d'assurer un bon service aux heures de pointe, période difficile pour bien des Freenautes. Une télévision à deux vitesses peu appréciée par les clients, mais aussi par les chaînes.

Freebox Pass Prioritaire Vincent Hermann
Photo prise à 14h15.

Un service lancé il y a plus de 2 ans

Ces dernières années, les Français se sont habitués à la télévision de rattrapage, dit aussi « catch-up TV », un système permettant d'accéder durant sept jours aux contenus des chaînes de télévision. Aujourd'hui, toutes les grandes chaînes proposent ce service, les plus connues étant M6 Replay, Pluzz (France Télévisions) et TF1 Replay. Disponible sur internet, la TV de rattrapage est aussi accessible directement sur sa télévision en passant par les box des FAI. Free propose d'ailleurs le service Freebox Replay, avec les programmes de 33 chaînes.

Mais depuis quelques mois, le chargement de ce contenu TV est parfois difficile, notamment en soirée. Free propose ainsi en option un Pass Prioritaire pour permettre aux abonnés d'accéder à toute heure à la télévision de rattrapage. Ce service, lancé il y a deux ans et demi en réalité, est toutefois proposé bien plus régulièrement ces derniers mois, ce qui explique sa récente mise en avant dans les médias. Pour Free, il s'agit d'un moyen de rendre payant quelque chose de gratuit.

Les interrogations d'Arrêt sur Images

Ce Pass n'est toutefois pas sans créer de problèmes. Du côté des clients, certains ont eu la mésaventure de voir un message les invitant à s'abonner au Pass Prioritaire à des heures étonnantes. Un abonné a ainsi vu s'afficher le message ci-dessus à 10h du matin selon le célèbre Tumblr J'voulais pas pirater. Une heure bien loin de la période de pointe de 19-22h. Nous avons d'ailleurs nous même vu s'afficher il y a moins d'une heure le message ci-dessus.

Concernant les chaînes de télévision, tout n'est pas rose non plus. Arrêt sur Images s'est ainsi intéressé au sujet hier et a notamment interrogé France 2. Cette dernière s'est ainsi dite révoltée. L'ex-émission de France 5 arrivée sur internet suite à son arrêt en 2007 s'est en tout cas interrogée quant aux desseins du FAI français : est-ce « une solution temporaire pour Free en raison d’un trafic trop élevé ou une manière de maximiser ses profits en faisant payer un service censé être gratuit ? »

Un reflet du climat actuel, la neutralité en question

Ce Pass Prioritaire n'a finalement rien d'anodin alors que la plupart des FAI sont en guerre contre les créateurs de contenus, accusés de consommer de la bande-passante sans rien débourser en retour. Free n'a ainsi pas hésité à ne pas afficher la publicité de Google afin de le forcer à négocier, et Orange aurait trouvé un accord avec ce dernier a assuré Stéphane Richard il y a un mois.

Rajoutons que l'UFC-Que Choisir avait vivement taclé en janvier dernier les problèmes d'accès vidéo de Free Mobile, que ce soit sur YouTube, Dailymotion ou le service Pluzz de France Télévisions. Alors qu'Orange, SFR et Bouygues Telecom connaissaient des problèmes de chargement de Pluzz sur mobile de 18 % dans le pire des cas, Free Mobile, lui, accusait un taux de dysfonctionnement de 39 % sur son propre réseau, et de 80 % en itinérance. Sur Mobile, il n'existe toutefois pas de Pass Prioritaire.

À l'heure où la qualité des réseaux, les forfaits segmentés et la neutralité du Net sont sur toutes les lèvres, ce Pass Prioritaire, plutôt discret jusqu'à récemment, ne fait que refléter le climat actuel qui règne dans le monde des télécoms. Selon notre confrère Univers Freebox, Free tenterait de trouver une solution.

Publiée le 13/02/2013 à 15:20
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...