Un concours Seagate vire au drame, des dizaines de portables torturés

Belle mise en scène en tout cas 64

Seagate avait récemment demandé à ses clients qui disposaient d'un ordinateur portable d'une lenteur affligeante de leur envoyer une vidéo mettant en scène celui-ci. Le résultat n'a visiblement pas été celui escompté puisque le fabricant se dit consterné et, pour appuyer ses dires, nous propose un tour d'horizon des pires moyens de torturer son portable.

seagate ordinateur portable lentseagate ordinateur portable lentseagate ordinateur portable lent

Afin d'assurer la promotion de ses disques durs Momentus, qui embarque un petit SSD faisant office de cache, Seagate avait tenté d'organiser un concours vidéo avec ses utilisateurs. Le principe était simple : mettre en scène la lenteur de sa machine... mais « l'opération » a rapidement dérapé. Bien évidemment, il s'agit d'une campagne publicitaire organisée par le fabricant en personne.

Le constructeur nous propose une vidéo regroupant près d'une quarantaine de manières différentes de se venger de son ordinateur portable. Si le début commence calmement, la situation va ensuite échapper à tout contrôle et les portables vont subir toutes sorties de sévices et de tortures.

À ce sujet, le fabricant rappelle quelques règles de bases : il ne faut pas verser d'essence sur son portable, s'en servir pour nourrir des animaux, le jeter dans la mer, le bruler, le tronçonner, l'écraser, lui donner des coups de pieds ou bien le balancer d'une voiture en marche... Soit exactement tout le contraire de ce qui se passe dans la vidéo. Via son compte Twitter, Seagate se veut rassurant et précise que « nous vous assurons qu'aucun ordinateur portable n'a été mutilé lors du tournage de cette vidéo »... avant d'ajouter « quoique » :



Publiée le 09/02/2013 à 13:37
Sébastien Gavois

Journaliste, jamais bien loin d'une connexion internet. Spécialiste du stockage sous toutes ses formes et du décryptage de PDF des opérateurs de téléphonie mobile.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...