Ubuntu pourrait transiter vers un cycle de développement de deux ans

Des « rolling releases » pour marquer le tempo 67

Ubuntu réfléchit à changer complètement son rythme de développement. Alors que les utilisateurs peuvent actuellement profiter d’une nouvelle version tous les six mois, l’éditeur Canonical souhaiterait passer sur un cycle de deux ans entrecoupé de « rolling releases ». Un changement qui nécessitera du travail et qui n’aura pas forcément que des avantages.

ubuntu

Le rythme actuel : une version tous les six mois 

Actuellement, le rythme de parution des versions d’Ubuntu est d’une tous les six mois. Un cycle parfaitement chronométré et qui définit le numéro de version : le premier chiffre définit l’année, le second le mois. Ainsi, la dernière mouture, estampillée 12.10, indique tout simplement qu’elle est sortie en octobre 2012.

Tous les deux ans, en avril, Canonical publie en outre une version particulière nommée LTS, pour Long Term Support. Contrairement aux versions habituelles qui ne sont supportées que 18 mois, et qui reçoivent donc notamment des mises à jour de sécurité que pendant cette période, une LTS bénéficie d’un support de trois ans pour le client, et même de cinq ans pour le serveur. Actuellement, la LTS en cours est la 12.04, sortie donc en avril de l’année dernière. La prochaine sera la 14.04.

Le rythme envisagé : une version tous les deux ans

Ces explications sont données pour mieux appréhender le changement qui s’annonce. Selon les plans de Canonical, Ubuntu passerait sur un cycle de deux ans. La numérotation ne changerait pas forcément, mais les habitudes des utilisateurs en seraient profondément affectées. En effet, plutôt que d’avoir une nouvelle mouture du système tous les six mois, et donc de nouvelles fonctionnalités, ils n’en auraient plus qu’une tous les deux ans.

Dans l’esprit de Canonical, ce changement doit apporter prioritairement la possibilité de proposer  de réelles nouveautés et un vrai plan de bataille pour chaque version. Toute nouvelle mouture du système aurait donc une orientation claire et pourrait donc potentiellement être très différente de la précédente. Pour faire le lien entre deux versions, Canonical publierait une « rolling release », c’est-à-dire une version identique à la précédente, mais dont les composants ont été mis à jour.

La « rolling release », point d'ancrage pour ne pas tout remettre à jour

Ce point est particulièrement important, et voici le résumé de ce qu’il faut en retenir :

  • Une version majeure d’Ubuntu tous les deux, toujours LTS et apportant de nombreuses nouveautés
  • Une « rolling release » un an après chaque version majeure pour mettre à jour cette dernière

Mais attention : publier une « rolling release » ne signifie pas que le système ne sera pas mis à jour. Ce sera évidemment le cas, mais elle est conçue de manière à publier une image ISO contenant déjà toutes les mises à jour sorties pendant un an. On pourrait comparer ceci à un Windows 7 intégrant directement le Service Pack 1 par exemple.

Les problématiques restent nombreuses

Mais Leann Ogasawara, la responsable chez Canonical de l’équipe kernel, avertit toutefois que les travaux seront nombreux avant de passer à un tel rythme. Premièrement, rien n’a encore été arrêté et l’éditeur tâte plutôt le terrain pour peser le pour et le contre.

Deuxièmement, l’impact sur le fonctionnement de l’entreprise n’est pas à négliger, pas plus que celui sur le travail des développeurs tiers qui participent au projet. Le fait de repousser le point de sortie de 18 mois modifiera profondément les objectifs et la manière de travailler, la journée devenant davantage le maillon d’une longue chaine de production dans un projet de plus grande envergure.

Troisièmement, la société se pose la question de la réaction des utilisateurs. Puisqu’ils sont habitués à avoir des nouveautés tous les six mois, ils n’apprécieront peut-être pas le passage à un cycle de deux ans, au risque d’ailleurs d’entrainer des modifications pouvant casser profondément les habitudes. Il est intéressant de constater que partout ailleurs, on se dirige vers un cycle plus court. Par exemple, OS X est visiblement sur les rails d’une version par an, vendue du coup à un tarif peu élevé (15,99 euros pour Mountain Lion). Les rumeurs côté Windows parlent de Blue, qui jetterait les bases d’une évolution annuelle, là encore vendue à un faible prix.

Enfin, Leann Ogasawara aborde la question de la qualité. Il existe en effet un certain paradoxe dans les « rolling release » : elles peuvent être moins stables que les versions classiques. Pourquoi ? Parce que même si les composants et applications sont mis à jour, corrigent des bugs et colmatent des brèches de sécurité, l’ensemble n’est pas forcément aussi bien testé. Par analogie, on pourrait construire une maison dont les parpaings seraient très solides mais qui seraient mal ajustés. Pour Ogasawara, l’équipe QA (Quality Assurance) est déjà sur la bonne route avec des remontées et des tests effectués sur une base quotidienne.

Pour l’instant, la décision n’a pas encore été prise de manière formelle. Si vous êtes utilisateur d’Ubuntu ou d’une autre distribution Linux, n’hésitez pas à réagir dans nos commentaires pour nous indiquer comment vous vivriez cet important changement.

Publiée le 23/01/2013 à 10:22 - Source : Ars Technica
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...