S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Quel est le coût des licences propriétaires pour les finances publiques ?

Légal, le coût

Quel est le coût d'achat et d'utilisation des logiciels propriétaires dans les administrations publiques ? C'est en substance la question posée à Bercy par deux députés.

circulaire Ayrault logiciel libre

 

Le 19 septembre 2012, le Premier ministre publiait au Journal officiel une circulaire portant sur les « Orientations pour l'usage des logiciels libres dans l'administration ». Le document présente le libre comme un « choix raisonné » pour les administrations. Choix stratégique, choix économique, choix pérenne : « certains produits d’éditeur ont de moins en moins d’alternatives commerciales crédibles, le leader du marché ayant éliminé la concurrence. Le logiciel libre apporte alors des possibilités alternatives », annonce la circulaire Ayrault.

 

Surtout, plusieurs fois, elle évoque la question des économies réalisées avec le libre. Si elle alerte sur la tentation de multiplier les ajouts de code spécifique au risque de perdre le lien avec la souche communautaire, cette circulaire liste aussi de nombreux avantages du secteur. Par exemple, « le logiciel libre n’est pas gratuit, mais souvent moins cher, et surtout son coût est modulable en fonction de la criticité des systèmes ». De même, « le logiciel libre est piloté par les besoins, minimisant les évolutions superflues. »

 

Deux parlementaires, les députés Gwenegan Bui et Richard Ferrand, viennent justement de rebondir sur le sujet pour interroger Bercy sur le recours aux logiciels propriétaires. Ils constatent que « la plupart des administrations utilisent des logiciels non libres ». Ils demandent ainsi au ministre du Budget de fournir « le coût global approximatif de l'achat et de l'utilisation de logiciels non libres dans l'ensemble des administrations publiques sur une période donnée de cinq ans ».

 

Une question très courte mais aux retombées potentielles lourdes. Si elle est possible, la réponse chiffrée permettra de jauger à la fois des données de la circulaire Ayrault, mais aussi de la part des licences propriétaires dans le budget public. Soit un excellent moyen pour établir une comparaison et orchestrer les choix futurs.

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 29/11/2012 à 08:55

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 157 commentaires

Avatar de madko INpactien
madko Le jeudi 29 novembre 2012 à 08:59:06
Inscrit le mercredi 20 avril 05 - 723 commentaires
Pour les serveurs les logiciels libres sont déjà omniprésents, le gros du travail reste à faire sur les postes bureautiques des administratifs (windows 7 prévu...).
Avatar de GutsBlack INpactien
GutsBlack Le jeudi 29 novembre 2012 à 09:00:06
Inscrit le vendredi 25 novembre 05 - 993 commentaires
Vu la multiplicité des systèmes informatiques administratifs, la quantité de moyens investis pour faire tourner des systèmes relativement incompatible entre eux, la dépense de licence propriétaire, un pays comme la France devrait avoir sa propre distribution Linux depuis longtemps. Où au moins utiliser une distribution existante avec des sous-traitant spécialisé dans l'évolution et la maintenance de ces systèmes.
Avatar de francois-battail INpactien
francois-battail Le jeudi 29 novembre 2012 à 09:03:50
Inscrit le lundi 14 novembre 05 - 1882 commentaires
Ça sera probablement très intéressant de voir le rapport entre le montant des impôts payés en France par un certain éditeur américain et le chiffre d'affaire réalisé avec l'état français ; les paris sont ouverts...
Avatar de skydevil INpactien
skydevil Le jeudi 29 novembre 2012 à 09:04:16
Inscrit le mercredi 31 octobre 07 - 2370 commentaires
Vu la multiplicité des systèmes informatiques administratifs, la quantité de moyens investis pour faire tourner des systèmes relativement incompatible entre eux, la dépense de licence propriétaire, un pays comme la France devrait avoir sa propre distribution Linux depuis longtemps. Où au moins utiliser une distribution existante avec des sous-traitant spécialisé dans l'évolution et la maintenance de ces systèmes.

La dernière fois que j'ai dis ça ici, on m'a rétorqué que le communisme on a vu ce que ça a donné
Avatar de bingo.crepuscule INpactien
bingo.crepuscule Le jeudi 29 novembre 2012 à 09:08:07
Inscrit le vendredi 20 juin 08 - 3049 commentaires

La dernière fois que j'ai dis ça ici, on m'a rétorqué que le communisme on a vu ce que ça a donné


Le capitalisme aussi...

Faudrait peut être que certains comprennent que ces deux systèmes peuvent être complémentaires parfois...

Il y a 157 commentaires

;