Google Music rajoute 5,5 millions de titres à son catalogue européen

Le tout premier accord pan-européen du genre 7

Disponible depuis peu en France et dans certains pays européens, le service Google Music vient de gagner 5,5 millions de titres d'un seul coup. Une performance réalisée non pas en signant avec une major en particulier, mais avec Armonia. Cette dernière est une initiative pan-européenne comptant notamment dans ses rangs la SACEM et Universal Music Publishing International. Elle gère les droits dans 35 pays différents.

Google Music

Une initiative franco-hispano-italienne

Négocier des droits, notamment musicaux, est généralement une action très fastidieuse pour les sociétés souhaitant lancer un service en ligne. Toutes sont passées par ces douze travaux d'Hercules consistants à négocier pays par pays et/ou label par label, afin de proposer un catalogue digne de ce nom aux internautes. Face à cette situation complexe, longue et fastidieuse, les représentants des ayants droit ont commencé à simplifier la procédure, afin de faire gagner du temps et de l'argent à toutes les parties.

Armonia représente ainsi parfaitement cette idée de simplification. Ce groupe très récent comprend notamment la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), la Sociedad General de Autores y Editores (SGAE), la Società Italiana degli Autori ed Editori (SIAE), et Universal Music Publishing Group. D'autres entreprises et sociétés d'auteurs sont conviés à les rejoindre afin d'accroître leur catalogue et le nombre de pays gérés. Armonia disposerait déjà du plus grand catalogue du monde grâce à ces alliances.

Mettre fin aux fastidieuses négociations individuelles 

« Armonia est une évolution bienvenue dans la réforme en cours de la licence multi-territoriale en Europe, car elle contribue à simplifier et à accélérer le processus d'obtention de licences musicales, ce qui est crucial pour favoriser l'innovation rapide actuelle par les prestataires de services musicaux numériques », résume Sami Valkonen, responsable des licences musicales chez Google.

Grâce à cet accord entre Armonia et Google, non seulement son service Music Play en profitera (en Europe et même ailleurs), mais aussi de ses services Locker et VoD. Aucun détail concernant ces derniers points n'a cependant été dévoilé.

Universal connait le sujet

Pour Andrew Jenkins, vice-président exécutif chez Universal, sa société est « fière de faire partie du premier hub conjoint rassemblant éditeurs et sociétés en Europe. Pendant que d'autres accordent des licences pour des répertoires individuels d'éditeurs ou de sociétés sur une base multiterritoriale dans l'espace numérique, Armonia est le seul hub opérationnel significatif de licences numériques multirépertoires en Europe, et une extension naturelle du pôle de licences bi-répertoires de la SACEM et d'Universel, DEAL. »

Rappelons en effet qu'en janvier 2009, la SACEM et Universal Music Publishing Group (UMPG) ont lancé un modèle de licence pan-européen nommé D.E.A.L, pour Direct European Administration and Licensing. Un modèle qui a permis à Amazon, Spotify et Nokia de proposer plus aisément le catalogue d'Universal dans un grand nombre de pays. Armonia est donc la suite logique de D.E.A.L, avec un catalogue plus développé et un nombre de pays concernés plus vaste encore.

Publiée le 20/11/2012 à 16:16 - Source : Armonia
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...