Seulement un million de DVD d'Intouchables vendus ? La faute au piratage

Impayables 265

Pauline Grimaldi, présidente du SEVN (et directrice générale d’Universal, Pictures Vidéo France et Benelux, et directrice générale d’Universal StudioCanal Vidéo) a expliqué devant la mission Lescure que si seulement un million de DVD du film Intouchables avaient été vendus, c’était à cause du piratage.

« C’est quand même extraordinaire Intouchables, c’est le plus piraté, c’est la plus grosse entrée sur les dernières années, c’est le plus consommé, c’est film phare en ce moment avec des pages entières de promo pour Canal et ce sera la même chose en clair » s’est extasié Pierre Lescure (49’ sur le flux audio).


« À la limite [Intouchables] c’est le plus consommé en DVD avec 1 million d’unités vendues » répond Pauline Grimaldi avant de relativiser, « c’est 700 000 unités de moins que les Ch'tis quelques années avant et 2,5 millions d’unités de moins que Titanic dix ans avant. Oui, toute proportion gardée, il est toujours très consommé, mais VOD+DVD d’Intouchables ne fait pas le résultat des Ch'tis. »

Pierre Lescure se demande à quoi peut-on attribuer ces 1 et 2,5 millions qui manquent par rapport aux Ch'tis. Réponse de Pauline Grimaldi : « A la piraterie, essentiellement. » Celui à la tête de la mission sur l’Acte 2 en déduit cependant que les différentes sources d’approvisionnement ne se cannibalisent pas, ce qu'a reconnu le SEVN.


Plus tôt dans les échanges, le SEVN a exposé ses souhaits en terme de régulation. Le syndicat réclame ainsi une petite armada de mesures pour lutter contre la diffusion en direct download ou streaming. Des mesures en plus « des avertissements et des actions pédagogiques » de la Hadopi, tient à souligner Jean Yves Mirsky.

Responsabiliser plus directement les régies et les établissements financiers

Le délégué général l’assure en effet, « il faut conserver une sanction dissuasive et appropriée et proportionnée et ne pas relâcher l’effort sur cette antipiraterie. Pour nous il n’y a pas de petite piraterie, chaque acte de contrefaçon numérique est une négation de la valeur d’une œuvre. On ne peut pas laisser s’installer cette idée que la propriété intellectuelle n’existe pas ou que les droits de tous ceux qui contribuent à la création peuvent être bafoués. »

Concrètement ? D’une part, le syndicat souligne qu’il « est très important de bloquer l’accès aux sites qui font commerce du piratage ». Il rappelle qu’une action – Allostreaming – dans laquelle le SEVN est partie, est actuellement en cours devant le TGI de Paris. L’enjeu est d’obtenir le blocage et le déréférencement de quatre sites, mais également de mettre en place des mesures automatisées pour notifier, sans intervention du juge, les intermédiaires de la réapparition des sites clones.


Le SEVN veut également « empêcher les régies publicitaires de financer les sites pirates. (…) Il est absolument anormal que des régies publicitaires financent ces sites illégaux ! ». Pour le syndicat, l’une des pistes serait « d’étudier les modalités qui donneraient les moyens aux annonceurs de contrôler leur publicité sur internet et de les responsabiliser sur leur choix de sites internet. »

Le groupement retrouve ainsi les revendications de l’APC, l’association des producteurs de cinéma quand il dit nécessaire d’« empêcher les régies de vendre de l’espace sur ces sites internet qui sont illicites ». Ce n’est pas tout : « il est important de demander aux intermédiaires financiers de bloquer les flux monétaires. Ces sites qui proposent des contenus vidéo en violation du droit de la propriété intellectuelle vivent également des abonnements qu’ils perçoivent ou de facturations ponctuelles. » Le SEVN milite aussi pour « une régulation des flux financiers au niveau des grandes sociétés de paiement en ligne. »

Publiée le 14/11/2012 à 15:52
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...