L'État alloue 10 millions d'euros pour le numérique à l'école en 2013

Sans compter l'effort des communes 37

L’Assemblée nationale poursuit les discussions autour du projet de loi de finances pour 2013. Dans le rapport parlementaire présenté au nom de la Commission de l’éducation, on connait maintenant le montant affecté pour le numérique à l’école.


« Le numérique concerne non seulement les équipements des salles de classe, l’architecture des établissements scolaires, mais également la formation des enseignants ainsi que la recherche et la production de ressources pédagogiques ». Pour 2013, le gouvernement a proposé que 10 millions soient inscrits au projet de loi de finances pour 2013, « contre 3,6 millions d’euros en 2012. »

Selon Vincent Peillon, ministre de l'Education, s'en félicite : «la dotation du numérique augmente considérablement, passant de 3,6 millions d’euros à 10 millions d’euros. Notre volonté est de développer l’enseignement numérique et de favoriser la création de logiciels pédagogiques français. Nous devons être capables de constituer une filière française de production de logiciels. Au-delà, nous aurons à débattre, dans la loi d’orientation et de programmation, des ressources numériques et de la formation des professeurs au numérique.»

Selon les premières informations, précise le rapport parlementaire,ces sommes iront abonder « la production de ressources numériques à forte plus-value technologique », les manuels numériques, « des environnements virtuels d’apprentissage » et l’enseignement à distance. Plus globalement, « ces ressources, associées à de nouvelles pédagogies, seront notamment destinées à faciliter la mise en œuvre d’une aide personnalisée en faveur des élèves ou à assurer des enseignements « rares », en langues par exemple ».

Du Plan Écoles Numérique Rurales...

Le précédent gouvernement avait abandonné l’idée d’un second plan d’Écoles Numériques Rurales. Ce projet, initié en 2009, avait équipé 6 700 écoles rurales en ordinateurs portables, tableaux blancs interactifs et « ressources numériques reconnues de qualité pédagogique ». Le budget était alors de 67 millions d’euros pour la seule année 2009, versés en subvention aux communes qui devaient s’engager dans le même temps à prendre en charge 20% de l'investissement et d'autres dépenses de fonctionnement (abonnement internet, etc.).  


En 2011, le gouvernement annonçait aux parlementaires que ce plan exceptionnel ne serait pas reconduit. Et pour cause, conformément à l’article L212-4 du Code de l’Éducation, « la commune a la charge des écoles publiques ». Propriétaire des locaux, elle en assure notamment « l'équipement et le fonctionnement ». Le ministère de l’Éducation rappelait qu’il n’a « pas vocation à se substituer durablement » aux collectivités locales ».  

... au Plan numérique à l'école

Ajoutons cependant qu’ « un plan numérique à l’école » était également lancé en novembre 2010. La formule consistait notamment en l’allocation de chèques ressources permettant « à chaque élève, à chaque enseignant, de bénéficier des effets du numérique, en facilitant l'accès aux ressources numériques de qualité, en accompagnant et formant les enseignants et en donnant à chaque élève les clés pour devenir un citoyen de la société numérique ». Montant de ces aides ? Entre 500 et 2500 euros avec 8 M€ la première année, 15 M€ la seconde et 23 M€ la troisième.

Seulement ce plan n’a finalement compté que deux phases et son avenir est plus qu’incertain à lire le récent rapport de suivi cosigné par l’Inspection générale de l’éducation nationale.

On soulignera que le lancement d’un portail « Internet responsable » est un des autres volets de ce plan. Son objectif ? Sensibiliser les élèves à la question de la vie privée, du droit d’auteur (Hadopi), etc. Mais le rapport de l’IGEN doute de l’efficacité du dispositif : « le défaut majeur du site est sans doute qu’il reste destiné, dans sa forme, son organisation et ses objectifs, aux cadres de l’éducation, aux juristes et aux enseignants. Il ne touche pas directement le public des élèves et des parents. Il n’est pas sûr à cet égard qu’un seul et même site puisse répondre aux attentes de deux publics très différents. »

Publiée le 07/11/2012 à 10:48 - Source : Merci @btabaka !
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...