S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Les éditeurs de presse défendent leur « taxe » sur l'indexation

Get up, tax machine

Le Conseil Supérieur de la Propriété littéraire et artistique, conseil juridique du ministère de la Culture, va auditionner les éditeurs de presse dans le cadre de sa commission de référencement.

Selon nos informations, les éditeurs de presse ont été conviés au CSPLA afin d’être auditionnés par sa commission de référencement. Le conseil juridique du ministère a donné rendez-vous le 7 novembre prochain à Denis Bouchez, directeur du SPQN (Syndicat de la presse quotidienne régionale) et Nathalie Collin, présidente de l'IPG (Association de la presse d'information politique et générale)

 

spqn

 

Fin 2011, le CSPLA s’est vu confier une mission sur les moteurs de recherche portant sur « les outils de référencement des œuvres sur l'Internet ». Le détail des travaux pointe expressément sur le surréférencement du licite, mais également la rémunération des ayants droit dont les contenus sont référencés. Au fil des réflexions (en collaboration avec la Hadopi), la Rue de Valois se demande par exemple s’il ne serait pas « raisonnable d’exiger une autorisation préalable au titre de référencement » ou si « les opérations de référencement doivent-elles donner lieu à rémunération des ayants droit ? », avec un préalable : « faut-il identifier le manque à gagner des ayants droit et/ou le bénéfice tiré de l’opération par le « référenceur » ? » ou « comment déterminer le quantum d’une rémunération (par œuvre, par répertoire, par type d’usage réalisé par le moteur, selon la notoriété du contenu par le moteur ou inversement à cette notoriété ? ».

 

L’enjeu de cette audition s’inscrit dans la lignée des revendications de le SPQN : se faire rémunérer par les moteurs pour l’indexation des contenus, alors même que ces acteurs investissent pour optimiser leur classement... Dans leur audition au sein de la mission Lescure (vidéo), le SPQN a soutenu que c’est la presse papier qui finance le développement du numérique. Cependant, le secteur a perdu plus d’un milliard de chiffre d’affaires publicitaire. « Les recettes publicitaires s’assèchent aux profits de moteurs de recherches qui sont au plus haut niveau du degré d’agrégation et qui ont la capacité de faire du ciblage. ». Le SPQN pointe ainsi un déséquilibre économique : « les moteurs améliorent leur qualité d’indexation notamment grâce à l’inventaire et au renouvellement de nos contenus. Cela leur permet d’améliorer le ciblage publicitaire et donc leurs revenus par page ».

Abandonner le droit de refuser l'indexation en échange d'une rémunération

Juridiquement, le SPQN veut abandonner son droit d’autoriser ou refuser l’indexation de leur contenu en échange non d’une taxe, mais d’une rémunération assise sur le droit voisin. « En renonçant à ce droit, l’information sera le plus librement accessible, mais en contrepartie nous souhaitons que soit reconnue la valeur dans cette chaine-là, sous forme de rémunération » indique Nathalie Collin. « Nous souhaitons faire acter que l’indexation de ces contenus améliore la pertinence des réponses des outils technologies en particulier les moteurs, (…) améliore la pertinence de l’adéquation des publicités sur leur page et la qualité ressentie des réponses aux requêtes ». Les éditeurs de presse en appellent ainsi à l’État régulateur pour rééquilibrer les flux. « On a cru qu’on arriverait à trouver un modèle éco avec la monétisation de ce trafic » annonce le SPQN.

 

Côté gouvernement, les tentations sont grandes de transformer le principe de cette rémunération en une taxe. L’idée serait simple : une taxe sur les clics qui permettrait de fiscaliser en France les revenus des gros acteurs basés à l’étranger. Bonus de cette mesure fiscale, elle éviterait la constitution d’une nouvelle société de perception et de répartition et les flux tomberaient directement dans les poches de l’État, non du secteur.

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 09/10/2012 à 09:11

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 40 commentaires

Avatar de tmtisfree INpactienne
tmtisfree Le mardi 9 octobre 2012 à 09:27:35
Inscrite le mercredi 19 avril 06 - 2432 commentaires
De futures usines à gaz bureaucratiques de taxation bien de chez nous en préparation, avec une tripotée de fonctionnaires payés à surveiller le bon fonctionnement de la machine à café du système.

Le dernier § résume bien la mentalité de nos 'dirigeants' : leur intérêt, celui de dépenser un peu plus pour 'asseoir' les futurs votants, passe avant tout. Qui cela étonne encore ?
Avatar de Gromsempai INpactien
Gromsempai Le mardi 9 octobre 2012 à 09:28:34
Inscrit le jeudi 12 mai 05 - 1147 commentaires
La musique ne s'adapte pas, la presse ne s'adapte pas, que faire ?! Taxons bien sur !

Tiens et pis les constructeurs automobiles... subventionnons les aussi !

Tant qu'ils tiendront par la main tous ceux qui ne veulent pas faire d'effort et investir pour évoluer, pourquoi le feraient-ils ?
Avatar de JackBavoir INpactien
JackBavoir Le mardi 9 octobre 2012 à 09:33:57
Inscrit le lundi 3 juillet 06 - 9 commentaires
Ahah j'en connais qui en ont marre de bosser
Avatar de grunk INpactien
grunk Le mardi 9 octobre 2012 à 09:36:04
Inscrit le mercredi 15 décembre 04 - 228 commentaires
Alors que tous le monde est prêt à payer pour être bien référencé. Eux veulent une taxe pour que les moteurs de recherche est l'immense honneur de pouvoir les référencer ...

Je te désindexerai tous ses vieux #!@%* , vite fait bien fait , y auraient tôt fait de venir pleurer.

Edité par grunk le mardi 9 octobre 2012 à 09:38
Avatar de Faith INpactien
Faith Le mardi 9 octobre 2012 à 09:45:37
Inscrit le jeudi 5 juillet 07 - 3389 commentaires
Je te désindexerai tous ses vieux #!@%* , vite fait bien fait , y auraient tôt fait de venir pleurer.

C'est loin d'être aussi simple...
Oui ces journaux ont besoin d'être référencés, mais Google a également besoin de les référencer. S'il les perd (et que ses concurrents les gardent), alors Google verra ses utilisateurs partir petit à petit en France.
Et le risque de faire boule de neige dans les autres pays est important...

Mais c'est un sujet qui devrait se régler entre eux, certainement pas par une loi.

Il y a 40 commentaires

;