Le dernier opus de Muse en streaming légal avant sa commercialisation

Si ça amuse... 99

Alors que le nouvel album de Muse, « The 2nd Law », ne doit sortir que lundi prochain dans les bacs, le groupe a décidé de mettre à disposition gratuitement sur Internet l’intégralité de ses nouveaux titres en streaming.

muse law

 

Tandis que toutes les plateformes de téléchargement ou de streaming légal doivent encore patienter quelques jours avant de pouvoir commercialiser les treize nouvelles chansons du dernier opus de Muse, certains médias ont été sélectionnés par le groupe anglais pour diffuser en exclusivité ces titres. En France, c’est Le Parisien qui propose depuis cette semaine les titres de « The 2nd Law » via un lecteur dédié. À l’étranger, cette diffusion a par exemple été confiée au Guardian (Royaume-Uni), à El Pais (Espagne), à Noize (Japon), ou à iTunes pour les États-Unis, le Canada et le Brésil.

 

 

muse streamingAlors qu’il n’est d’habitude pas coutume de diffuser l’ensemble des titres d’un album avant sa sortie, Muse semble avoir parié sur l’effet d’exposition que pourrait constituer cette opération. De récentes études ont effectivement démontré qu’une mise à disposition d’albums avant leur commercialisation pouvait avoir un effet positif sur les ventes. Selon les conclusions rendues par un chercheur américain en mai dernier, un disque diffusé (même illégalement) sur les réseaux P2P un mois avant sa sortie vendrait 60 unités supplémentaires. Un chiffre qui peut sembler dérisoire, mais qui est en réalité lourd de sens : il signifie notamment que le partage de musique a un effet bénéfique sur les ventes d’albums.

 

L’auteur de cette étude notait par ailleurs que ce bénéfice profitait avant tout aux « artistes populaires » appartenant à la culture « mainstream ». En revanche, il remarquait que les effets étaient moindres pour les artistes « nouveaux et plus petits ». Autrement dit, des caractéristiques qui correspondent relativement bien à la situation de Muse.

 

En outre, il apparait que d'une manière plus générale, l’offre gratuite de streaming légal « a un impact positif sur l’achat de musique en ligne et la fréquentation des concerts », comme l’indiquaient un groupe de chercheurs du M@rsouin (Môle armoricain de recherche sur la société de l'information et les usages d'Internet) dans une étude publiée le 30 mars 2012. Cette opération inhabituelle pourrait en ce sens s'avérer une fois de plus avantageuse pour le groupe britannique, d'autant plus que ceci contribue à son exposition médiatique...

Publiée le 28/09/2012 à 17:16
Publicité


chargement
Chargement des commentaires...