Bouygues Télécom : ses différentes actions pour faire des économies

Tous les moyens sont bons 44

En difficulté depuis l'arrivée de Free Mobile, Bouygues Télécom compte bien faire des économies dans les mois à venir. Si le départ de plusieurs centaines d'employés est une action officielle, d'autres moyens devraient être mis en place.

Bouygues Telecom emploi

Un plan de départs volontaires (rejeté par les syndicats)

Lors de la publication de son dernier bilan financier, le groupe Bouygues a expliqué qu'un « plan d’adaptation et d’économies de 300 millions d’euros concernant la réduction des coûts commerciaux et des coûts d’exploitation de l’activité Mobile est en cours pour un plein effet en 2013 ». Un plan de départs volontaires de 556 collaborateurs a ainsi été présenté et proposé il y a deux mois aux syndicats, ce qui représente environ 5,5 % de l'effectif total de Bouygues Télécom.

La CGT vient d'ailleurs d'annoncer il y a quelques heures à peine qu'elle rejetait cette éventualité. Pour le syndicat, Bouygues va « plutôt bien » avec 15,5 milliards d'euros de chiffre d’affaires, 476 millions d’euros de résultats opérationnels et 278 millions d'euros de résultats net. « Dans le secteur des Télécoms, il est urgent de rediriger les bénéfices vers l’investissement, les emplois, les salaires et une qualité du service rendu aux usagers » conclut la CGT.

Afin de montrer leur désapprobation vis-à-vis de ce plan de départs volontaires, le syndicat appelle les salariés de Bouygues à s’inscrire dans la journée d’action interprofessionnelle du 9 octobre prochain, journée dédiée à la réindustrialisation et au développement de l’emploi dans l'Hexagone.

La CGT précise avoir demandé une rencontre avec Arnaud Montebourg, de manière à lui présenter ses propositions et contrer « la logique financière qui guide les choix actuels des entreprises du secteur des Télécoms ». Le ministre du Redressement productif a cependant fort à faire en ce moment. Il devrait d'ailleurs rencontrer la direction d'Alcatel Lucent aujourd'hui-même suite à l'annonce cet été de 5 000 licenciements dans le monde (nous y reviendrons).

Vendre ses pylônes

Le grand public n'est que rarement mis au courant, mais il arrive que les opérateurs mobiles louent voire vendent leurs pylônes servant à poser leurs antennes. Avant-hier, l'Américain Bloomberg a mis en avant une telle opération en annonçant la future vente de 2 300 pylônes par Bouygues Télécom à Antin Infrastructure Partners, une société d'investissement appartenant à BNP Paribas. Bloomberg indique que 200 millions d'euros sont en jeu, une somme confirmée par l'Agefi, chaque pylône étant négocié à environ 100 000 euros.

Contacté, Bouygues Télécom nous a confirmé l'information. L'opérateur nous précise que les négociations avec la société d'investissement porte sur environ 2 000 pylônes et que la nouvelle a en fait été annoncée fin août lors des résultats trimestriels. Notez que Bouygues compte environ 15 000 points hauts.

L'opérateur remarque de plus que cette « opération à finalité purement financière n’aura aucune incidence sur la qualité du service car nous allons continuer à utiliser ces pylones ». Si vente il y a, Bouygues Télécom louera donc (à tarifs préférentiels ?) ces pylônes.

Enfin, Bouygues rajoute que ce type d'opération n'est pas exceptionnelle. Non seulement l'opérateur loue environ 3000 pylônes à TDF depuis une dizaine d'années, mais qui plus est, Bouygues nous explique que cette méthode est « d’autant plus courante que de très nombreuses opérations de ce genre ont été réalisées par des opérateurs étrangers dans l’année écoulée ».

Nous pourrions de plus ajouter que cette nouvelle va dans le sens des dernières rumeurs annonçant une mutualisation des infrastructures mobiles entre les opérateurs français afin de réduire leurs coûts. Il n'y a pas de petites économies et pour contrer Free Mobile, tous les moyens sont bons.

Réduire les animations 

Pour vendre ses forfaits et ses offres, de nombreux moyens existent pour l'opérateur. Outre ses propres boutiques ou encore son site internet, Bouygues Télécom exploite aussi les points de vente d'autres enseignes. Afin de mieux mettre en avant ses offres et conseiller les clients potentiels, l'opérateur y place des animateurs.

Or selon l'un de nos informateurs, qui travaille pour le compte d'un grand distributeur, « Bouygues met fin au 31 décembre à tous ses contrats d'animation en boutique. Il n'y aura plus d'animateurs Bouygues en points de vente. » Le but recherché est simple : faire des économies et tout faire pour vendre ses offres autrement, notamment en ligne où les coûts sont minimes.

On se souviendra d'ailleurs qu'en mai dernier, Bouygues Télécom renégociait son accord avec Phone House, avec pour risque final de voir l'enseigne ne plus proposer du tout les forfaits de l'opérateur en cas d'échec. Finalement, un accord a été trouvé et Phone House proposera bien les offres de l'opérateur jusqu'à fin 2013. Il ne serait toutefois pas étonnant que les marges de Phone House aient été tirées vers le bas. Le sort des autres partenaires de Bouygues Télécom n'est par contre pas connu.

Publiée le 06/09/2012 à 15:54
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...