S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

[MàJ] VideoLan (VLC) défend son droit de lire devant la Hadopi

Richard, si tu nous lis...

Mise à jour :  Alors que VLC attend les suites de sa saisine sur l’interopérabilité des DRM du Blu Ray, Hadopi programme, via ses labs, un atelier (« workshop »). Intitulé « open-source et sécurité : source du mal et/ou ouverture vers le bien ? », il est décrit de la sorte : « Lorsque l'intelligence logicielle était captive du matériel, la sécurité informatique était une préoccupation très secondaire voire inexistante. La séparation du hardware et du software a donné naissance à la possibilité d'exploiter les failles logicielles. L'open-source a beaucoup facilité cet accès, rendant les failles analysables et exploitables par à peu près n'importe qui. Pour autant, il semble peu réaliste de revenir en arrière pour enfermer à nouveau le software dans du hardware dans le but de le protéger et l'open-source permet finalement de curer le mal qu'il a lui-même contribué à créer, pour peu que tous se donnent la peine d'entretenir, à leur niveau, leur univers logiciel. »

Une logorrhée qui ne convainc pas Frédéric Couchet (April) : « Plutôt que d'organiser des workshop à la con, Hadopi devrait mettre en ligne le mémoire de l’AACS Licensing Administrator sur Blu-Ray/DRM ». Ce fameux mémoire de l'AACS adressé à la Hadopi après la saisine de Videolan (VLC).

Nous avons obtenu les premiers échos de la réunion organisée hier matin rue du Texel. L'objet était de faire le point sur cette saisine, ce qui n'a pas apporté grand-chose à l'éditeur de VLC. Plusieurs faits sont cependant à souligner.

 

La Hadopi avait en main un mémoire de l’AACS Licensing Administrator, l’organisme derrière la DRM du Blu-Ray. Le document n'a toutefois pas été transmis à VideoLan avant cette réunion. L'éditeur de VLC était donc en incapacité de préparer sa réponse.

 

Rappelons que voilà un an, Videolan a contacté la Hadopi pour dénouer une situation ubuesque où consommateurs et développeurs sont pris en otage. Comme exposé dans sa saisine, l’éditeur de VLC voudrait que son lecteur tout terrain et libre puisse lire le Blu-Ray sur toutes les plateformes, dont celles open source. En face, Sony interdit ce droit afin d’empêcher la copie de son support. La firme utilise un sandwich de DRM, ces fameux verrous numériques : l’AACS (Advanced Access Content System) et la machine virtuelle BD+.

 

Les textes du code de la propriété intellectuelle soufflent le chaud et le froid, indiquant d’un côté que « les mesures techniques ne doivent pas avoir pour effet d'empêcher la mise en œuvre effective de l'interopérabilité, dans le respect du droit d'auteur », et de l’autre que le code source et de la documentation technique restent secretes si l’auteur d’un DRM « apporte la preuve que [cette publication] aurait pour effet de porter gravement atteinte à la sécurité et à l'efficacité de ladite mesure. »

 

Pour permettre à VLC de lire le Blu-ray, l'idée d'un plug-in propriétaire a été évoquée lors de la réunion du 5 septembre. Mais ce contournement viendrait en opposition avec la licence du logiciel libre. De même l’AACS LA a poussé l’idée selon laquelle on ne serait pas dans le cadre d’un logiciel, et donc que l’exception de décompilation (art.122-6 IV CPI) serai fermée. Une analyse non partagée par Videloan : si la question se pose pour les clés AACS, elle considère qu’on est bien dans ce cas pour l’implémentation AACS.

 

 « VLC est open source et ne sert pas à contourner les DRM : il doit servir à lire des BluRay sur toutes les plate-formes open-source ! » tambourine Videolan sur son compte Twitter. L’association félicite dans le même temps cette réunion où leurs « questions et interrogations ont été comprises ».

 

Et maintenant ? La Hadopi a promis d'organiser de nouvelles auditions, ce qui va repousser d'autant l'issue attendue. Le 11 septembre prochain, le collège se réunira sans qu'aucun agenda précis n'ait été défini au-delà.

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Google+

Publiée le 11/09/2012 à 14:20

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 181 commentaires

Avatar de TBirdTheYuri INpactien
TBirdTheYuri Le jeudi 6 septembre 2012 à 08:54:23
Inscrit le samedi 23 juin 07 - 8986 commentaires
Mouais... Comme y'a pas un seul gugus compétent dans cette institution, ça va se finir en "Anéfé, il faut faire quelque chose, on va donc créer une commission pour réfléchir à ça, RDV dans 2 ans..."
Avatar de Florent_ATo INpactien
Florent_ATo Le jeudi 6 septembre 2012 à 08:58:36
Inscrit le mercredi 5 juillet 06 - 997 commentaires
En définitive, c'est un problème entre VLC (ou l'open source en général) et l'AACS. Mais ça, on s'y attendais.

Concrètement, que peux la HADOPI dans cette situation ?
Peut-on espérer la présence de représentants de Sony à la prochaine réunion ? :)

VideoLAN pour vos efforts !!
Avatar de petit_louis INpactien
petit_louis Le jeudi 6 septembre 2012 à 09:15:55
Inscrit le mercredi 20 février 08 - 43 commentaires
VidéoLan -a-t-il prévu d'escalder le problème si la réponse ne les satisfait pas ?
Avatar de sum0 INpactien
sum0 Le jeudi 6 septembre 2012 à 09:24:04
Inscrit le vendredi 12 février 10 - 1279 commentaires
[mode Francky] Rejeté[/mode Francky]

Avatar de ZeHiro INpactien
ZeHiro Le jeudi 6 septembre 2012 à 09:28:28
Inscrit le jeudi 18 décembre 08 - 615 commentaires
La Hadopi avait en main un mémoire de l’AACS Licensing Administrator, l’organisme derrière la DRM du Blu-Ray. Le document n'a toutefois pas été transmis à VideoLan avant cette réunion


On perd pas les bonne habitudes :
"Mme Hadopi il faut répondre ça, sinon c'est des millions d'emplois supprimés"

Edité par ZeHiro le jeudi 6 septembre 2012 à 09:31

Il y a 181 commentaires

;