Brevets : Apple s'attaque maintenant aux Galaxy S III et Galaxy Note

Voler c'est copier 212

Les jours se suivent et se ressemblent. Apple vient d’attaquer à nouveau Samsung aux États-Unis pour faire interdire les derniers-nés du géant sud-coréen.

apple plainte brevet galaxy SIII

Dans la lignée de leur guerre mondiale, Cupertino s’est vu déboutée la semaine dernière de sa plainte au Japon contre Samsung. Mais Apple vient d’ouvrir un nouveau front en trainant le sud-coréen devant le tribunal de San José en Californie. Celui-là même qui voilà quinze jours, a condamné Samsung à plus de 1 milliard de dollars.  


Cette nouvelle plainte, révélée par Apple Insider, reprend les mêmes ingrédients : des brevets, une armée d’avocats et des parts de marché. Apple estime désormais qu’au moins 21 nouveaux produits Samsung violent son stock de brevets. Ces produits sont ceux qui ont été commercialisés outre-Atlantique entre août 2011 et août 2012.

En pratique, la plainte permet d’étendre la demande d’interdiction de commercialisation aux derniers comme le Galaxy Note, le Galaxy S III ou le Galaxy note 10.1. « Plutôt que d'innover et développer sa propre technologie (…) Samsung a choisi de copier la technologie Apple, l'interface utilisateur et son style novateur pour son téléphone, son lecteur multimédia, et ses tablettes », affirme Cupertino dans sa plainte (PDF).  


Apple prétend que son concurrent a violé - notamment - le brevet 5 946 647, qui protège un système destiné à agir en fonction des données identifiées dans un document (ex : détection d’une adresse mail dans un document). Ce dernier avait déjà été utilisé pour le bannissement de produits HTC Android aux États-Unis fin 2011. Autre brevet mis en cause : le numéro 8 046 721, qui protège le système de déverrouillage de l’écran tactile. S'y ajoute aussi le brevet 8 074 172 sur le système de correction et de proposition de mots au fil de la frappe.

Publiée le 03/09/2012 à 09:56
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €

Publicité


chargement
Chargement des commentaires...