S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

NosDéputés: Alain Vidalies souhaite un pôle de réflexion sur la transparence

Interview du ministre en charge des relations avec le Parlement

Le ministre délégué en charge des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a dénoncé ce week-end les effets « dangereux voire pernicieux » de l’initiative NosDéputés sur l'activité parlementaire. Pour rappel, ce site constitué de données publiques établit depuis trois ans un travail de veille, d’archivage et de classement des députés en pointant leur activité parlementaire et donc leur assiduité dans l’hémicycle. Le ministre a accordé une interview à PC INpact.

vidalies

Alain Vidalies

Ce week-end, vous avez évoqué les effets « dangereux voire pernicieux » du site NosDéputés.fr. Pourquoi une telle critique ?

J’ai souhaité porter le débat, de manière décidée et volontariste, sur la mesure de l’activité parlementaire. Le site en question a mis en place un système de compteur. Député de longue date et désormais Ministre chargé des Relations avec le Parlement, j’ai pu constater qu’avec ses modalités actuelles, ce compteur ne reflétait pas fidèlement la réalité de l’activité parlementaire. Je souhaite donc que nous puissions discuter de ses paramètres.

 

En effet, la création d’un tel compteur a abouti à modifier le comportement de certains parlementaires, qui agissent désormais au regard de l’existence même de ce compteur. C’est cette situation, que tout le monde connaît mais dont personne ne parle, que j’ai décidé de porter dans le débat public.

 

Afin de rendre plus efficiente encore la transparence promue par ce site, je souhaite ainsi mettre en place une sorte de pôle de réflexion sur cette question, qui pourrait avoir lieu en début d’année prochaine, de manière à ce qu’un dialogue puisse exister avec cette initiative citoyenne dans le cadre d’un objectif commun : refléter le plus justement possible le travail parlementaire.

Quels problèmes avez-vous observé avant d’en arriver à cette réflexion ?

Je vais vous donner un exemple précis : plus le site prenait de l’importance et était utilisé dans le débat public, plus le nombre d’interventions des parlementaires, notamment en commission, s’est démultiplié. Autrement dit, le fait qu’un site internet produise des statistiques a eu une incidence directe sur les conditions du débat parlementaire.

 

Où est le mal me direz-vous ? Le problème est que ces comportements induits sont contre-productifs. Le fait que certaines interventions, de plus en plus nombreuses, soient uniquement destinées à alimenter le compteur est une vraie difficulté aujourd’hui. Les débats sont ralentis par ces interventions répétitives, parasitant la bonne marche du débat démocratique. Le temps parlementaire, déjà limité, se trouve alors raccourci : plus le débat est pollué, moins il reste de temps pour travailler sur d’autres textes.

 

Autre exemple, les questions écrites. Des parlementaires posent des milliers de questions écrites, ce qui semble démontrer une forte activité. Or les questions écrites sont généralement écrites de manière très rapide par des collaborateurs ! Il n’est donc pas pertinent de placer tous les paramètres dans un même registre.

 

Dernier exemple : qui peut deviner que la comptabilisation des interventions des députés dans l’hémicycle, notamment celles qui ne sont pas prévues à l’avance, dépend en partie de la place qu’ils occupent ? En effet, il est plus facile d’être entendu et comptabilisé lorsque l’on siège dans les premiers rangs de l’hémicycle que lorsque l’on est placé tout en haut !

 

À l’inverse, à l’heure actuelle, certains travaux qui sont faits ne sont pas mis en évidence. Lorsqu’un parlementaire est rapporteur d’un texte de loi, c’est souvent un travail absolument considérable. Or le nombre d’interventions qu’il va faire ensuite ne traduit pas tout ce travail.

 

Les statistiques publiées par ce site jouent désormais un rôle important dans les campagnes électorales. Toutefois, alors qu’elles visent à rendre compte de l’activité des députés, elles sont parfois réutilisées sans la précaution nécessaire. Tout le monde doit en être conscient, puisque l’objectif est de rendre compte du travail parlementaire et non pas simplement d’avoir un compteur manipulable. C’est une question qui est majeure et je pense que cela peut être partagé avec les concepteurs du site.

 

nosdéputés

La télévision a pu elle aussi être pointée du doigt pour ses effets vis-à-vis de l’activité parlementaire, et l’opposition use régulièrement de différentes tactiques d’obstruction législative. Pensez-vous que l’internet joue également un rôle ?

Il est certain qu’Internet a une incidence directe en pratique. S’agissant des interventions en commission par exemple, l’effet d’amplification est évident. Lors du travail en commission, les interventions sont normalement faites par les parlementaires qui ont effectivement suivi le texte, qui ont travaillé en amont, qui ont participé aux auditions, et cela qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition. Aujourd’hui, on constate une démultiplication du nombre d’intervention lors de ces réunions de commissions. Il s’agit plus pour les parlementaires en question de voir leurs statistiques augmenter que d’apporter une vraie pierre à un débat sur lequel ils auraient travaillé.

Quels sont vos projets pour limiter ce phénomène ?

Il ne s’agit en aucun cas de limiter l’open data. L’existence de ce site a indéniablement apporté un plus dans la transparence, dont je suis tout à fait conscient. Cette qualité n’exclut toutefois pas le débat ! Il s’agit donc de lever le tabou sur ce sujet afin d’avoir un débat de qualité, auquel tout le monde puisse participer. Je souhaite donc commencer par discuter avec eux afin de voir s’il est possible de différencier leurs paramètres, ainsi que de préciser à l’opinion publique qu’il s’agit d’un compteur et non pas d’un indice qualitatif. Le site ne dit d’ailleurs pas autre chose : c’est un compteur. C’est l’utilisation qui en est faite, que ce soit dans la presse locale ou sur les réseaux sociaux, qui mériterait plus de précaution. Une fois ces données complexes compilées, il importe donc de faire de la pédagogie s’agissant de leur lecture.

 

Ce sont les limites du compteur : il existe un décalage entre ce qui en ressort et la réalité du travail effectué. Nous devons donc débattre de la hiérarchisation des paramètres, car ils n’ont pas tous la même portée. Il faut parfois être averti pour comprendre ce que cela veut dire, connaître la réalité du travail parlementaire pour savoir que cette situation-là existe. C’est ce décalage que je souhaite contribuer à combler, en engageant le dialogue et faisant part de mon expérience.

 

Dans le passé, le site a déjà été amené à modifier ses critères pour distinguer et exclure certaines interventions. Afin d’obtenir une juste appréciation, il existe d’autres paramètres qui pourraient être introduits parce qu’ils sont de mon point de vue plus pertinents, mais qui ne sont pas utilisés à l’heure actuelle car ils sont incompatibles avec un simple compteur. Il s’agirait par exemple de comptabiliser les interventions des parlementaires dans les discussions générales. Ce paramètre-là n’existe pas aujourd’hui, puisque les compteurs ne distinguent pas la nature des interventions, alors que le document initial, lui, existe.

 

Tout cela me parait intéressant, si l’on veut progresser sur la connaissance du travail parlementaire. 

Publiée le 28/08/2012 à 08:57

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 48 commentaires

Avatar de Wiistiti INpactien
Wiistiti Le mardi 28 août 2012 à 09:04:39
Inscrit le dimanche 15 juin 08 - 1218 commentaires
Ca sonne mieux qu'un "pôle de réflexion pour l'opacité"
Avatar de ano_634957445057586285 INpactien
ano_634957445057586285 Le mardi 28 août 2012 à 09:08:42
Inscrit le mardi 22 janvier 08 - 266 commentaires
Quis custodiet ipsos custodes ? ” (Juvénal - ).


Intéressant l'émoi causé dans la représentation national par l'apparition d'un système de notation. Dommage que de telles reflexions ne se soient pas portées plus généralement sur toute les méthodes d'évaluation et autres audits mis en place par les diverses instances gouvernementales. Hélas, comme souvent, il semble que les députés soient d'abord sensible à eux-même bien plus qu'à ceux qui — supposément ou partiellement — les élisent.

Le reste de la population aura-til droit un jour à des évaluations et améliorations significatives des systèmes de mesurage d'activité les plus objectivement viciés ? Ou bien la reflexion salvatrice de notre aristocratie politique se cantonnera-t-elle à son propre pré carré ?

edit: grammaire

Edité par pmanglade le mardi 28 août 2012 à 09:10
Avatar de Arona INpactien
Arona Le mardi 28 août 2012 à 09:09:00
Inscrit le mardi 9 mai 06 - 978 commentaires
Ca sonne mieux qu'un "pôle de réflexion pour l'opacité"


En même temps, cela ne se dirait pas justement
Avatar de adrieng INpactien
adrieng Le mardi 28 août 2012 à 09:13:06
Inscrit le jeudi 16 avril 09 - 516 commentaires
Le site nosdeputes.fr n'est pas seulement un compteur, puisqu'il indique également des interventions et les questions posés, les projets de lois, etc.

Donc ce mec est un troll : le goudron et les plumes !
Avatar de Lamessen INpactien
Lamessen Le mardi 28 août 2012 à 09:15:37
Inscrit le mardi 5 octobre 10 - 83 commentaires
Ca sonne mieux qu'un "pôle de réflexion pour l'opacité"


C'est exactement ce que j'étais en train de me dire. Pour une fois qu'un avis de politicien est dans le sens d'une dialogue constructif pour améliorer ce genre d'initiative plutôt que de vouloir le supprimer !


Par contre, c'est quand même assez triste de constater que certains élus et qui sont sensés représenter ceux qui ont votés pour lui aient face à ce genre d'indicateurs un comportement d'ados face à une évaluation scolaire. ça met bien en évidence la volonté des un et des autres de jouer sur une apparence plutôt que de remplir de façon efficace leur rôle...
Avatar de ZeHiro INpactien
ZeHiro Le mardi 28 août 2012 à 09:17:12
Inscrit le jeudi 18 décembre 08 - 615 commentaires
Le site nosdeputes.fr n'est pas seulement un compteur, puisqu'il indique également des interventions et les questions posés, les projets de lois, etc.

Donc ce mec est un troll : le goudron et les plumes !


Le site propose autre chose certes, mais ce qui est retenu la plupart du temps, c'est le nombre d'intervention, de fois ou le député siège en pleinière, en commission...cf l'histoire de Balkany aux élection législatives.
Faire bouger les indicateurs n'est pas un mauvaise chose, si cela dans le sens de la qualité et de la représentativité. Il ne faut pas pour autant que NosDputés.fr se fasse censurer.
Avatar de Eored INpactien
Eored Le mardi 28 août 2012 à 09:27:36
Inscrit le vendredi 12 janvier 07 - 136 commentaires
J’ai souhaité porter le débat, de manière décidée et volontariste,


Traduction : je cherche à exister parce que ma tirade sur les votes des députés de la majorité non socialo a fait long feu.

Député de longue date et désormais Ministre chargé des Relations avec le Parlement,


Traduction : Moi je sais

Aujourd’hui, on constate une démultiplication du nombre d’intervention lors de ces réunions de commissions.


Se baser sur une session extraordinaire, qui plus est en début de mandature, biaise un peu le pseudodébat.


Bref, ce ministre cherche à exister médiatiquement, étant donné que son domaine le prédestine à une vie dans l'ombre.
Avatar de orklah INpactien
orklah Le mardi 28 août 2012 à 09:40:34
Inscrit le vendredi 2 juillet 10 - 311 commentaires
Je trouve que pas mal de commentaires précédents ont tendance à tackler ce ministre.
Je trouve ça un peu regrettable, pour une fois qu'un politique prends parti pour l'OpenData... Sa démarche m'a l'air plutôt juste, si il estime que ce qui ressort du site ne corresponds pas a la réalité, ca me parait intéressant d'avoir un meilleur tri.
Maintenant, dans la réalisation, tout ce qu'il suffit de faire, c'est de renvoyer plus d'infos a exploiter. Si on peut connaitre la pertinence d'un acte par rapport à un autre, on pourrait pondérer les résultats.

D'autant plus que si on a un système imparfait, ca n'incite pas les autres administrations à ouvrir leurs datas. Si on pouvait avoir un système qui plait à tout le monde (dans la mesure du possible), ca pourrait avoir des conséquences heureuses :)
Avatar de cyrano2 INpactien
cyrano2 Le mardi 28 août 2012 à 09:40:38
Inscrit le lundi 20 juillet 09 - 774 commentaires
Le site web a précisé ne pas avoir vu de modification dans les discours. Alors qui invente dans cette histoire ?

De toute façon, le plus intéressant sur ce site n'est pas de départager les 100 députés qui bossent mais de pointer du doigt les 50 qui ne font rien du tout au frais de la princesse.
Avatar de Arona INpactien
Arona Le mardi 28 août 2012 à 09:43:19
Inscrit le mardi 9 mai 06 - 978 commentaires
Joli discours mais maintenant on veut des résultats!
;