S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

[Vidéo] Quelle politique culturelle dans un espace d'abondance ?

15 précieuses minutes

La Commission Culture du Sénat a organisé le 12 juillet dernier une conférence sur « les effets sociétaux de la révolution numérique ». Nous avons déjà évoqué l’intervention de Michel Boyon. Le Groupe d'Études Médias et nouvelle technologie avait également invité Marc Le Glatin, directeur du théâtre de Chelles, dont on retrouve ci-dessous l'intervention vidéo.

 

 

Durant une table ronde portant sur l'organisation de l’e-société et des institutions à l’épreuve du numérique, Marc le Glatin a évoqué la place de l’art et des politiques culturelles dans un contexte d’abondance.

 

Le directeur du théâtre de Chelles rappelle avant tout une évidence : dans le domaine économique, dès lors qu’il y a extinction de la rareté comme c’est le cas aujourd’hui sur Internet, « le prix n’est plus fixable. On quitte les repères habituels du marché ». Sauf que dans cette société en mutation, l’un des réflexes est de tenter de restaurer cette rareté par des mesures « qui s’en prennent parfois aux libertés fondamentales, à la vie privée, à la libre expression, au droit à un procès équitable comme ça a été évoqué pendant le débat Hadopi ».


Un message est ainsi transmis à ceux qui vont mettre à jour Hadopi au sein de la Mission Lescure et au-delà : tenez compte de ce mouvement, sautez-le pas, voyez ce qu'insufflent les nouvelles technologies sur le monde culturel : la déspécialisation, la déprofessionnalisation et la désacralisation dans le champ artistique.

 

Il pointe les pratiques du mix et du mashup sur Internet où chacun peut devenir producteur de contenu avec peu de moyens. Il considère ainsi qu’« il y a des moments où ce n’est pas aux usages à s’adapter au droit existant, mais au droit à s’adapter aux usages. Et si le droit doit évoluer, il doit prendre en considération le fait que le statut de l’art, le statut de l’artiste, et le statut même de la Culture est en voie d’évolution rapide et profonde. Il faut en tirer des conséquences, qui peuvent être assez radicales. Nous sommes entrés progressivement, mais rapidement dans le champ du bien commun avec la nécessité de faire appel à des circuits de financement des auteurs, des interprètes et des investisseurs, car il y a des investisseurs lourds, je pense au cinéma en particulier, qui doivent être rémunérés. Il faut rémunérer ces personnes-là, mais par des circuits qui relèvent plus de la mutualisation que de l’échange d’une unité d’œuvre contre un prix ».


L'auteur d'Internet, un séisme dans la Culture ? le concède : « ça fait très peur, mais ne vous inquiétez pas. On ne va pas vers la société des écrivains soviétiques. La sécurité sociale n’a jamais empêché qu’il y  ait des médecins libéraux ».

 

(Merci au Sénat pour la vidéo)

Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 26/07/2012 à 18:24

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 58 commentaires

Avatar de bingo.crepuscule INpactien
bingo.crepuscule Le jeudi 26 juillet 2012 à 18:34:35
Inscrit le vendredi 20 juin 08 - 2979 commentaires
Ça sent le retour du débat sur la licence globale tout ça...

Edité par bingo.crepuscule le jeudi 26 juillet 2012 à 18:34
Avatar de Texas Ranger INpactien
Texas Ranger Le jeudi 26 juillet 2012 à 18:35:04
Inscrit le lundi 26 mai 08 - 433 commentaires
/H.S.

c'est sûr qu'il y a des artistes bien plus doué que van gogh ou davinci aujourd'hui et ceux un peu partout dans le monde,

je reste toujours bouche bé devant leur images et/ou "making of"

bien sûr ils ne seront jamais considéré comme tel vu qu'ils n'ont pas vécu au XVIIIè siecle

/H.S


Edité par texas ranger le jeudi 26 juillet 2012 à 18:35
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
127.0.0.1 Le jeudi 26 juillet 2012 à 18:59:12
Inscrit le mercredi 29 avril 09 - 13213 commentaires
"ça fait très peur, mais ne vous inquiétez pas. On ne va pas vers la société des écrivains soviétiques. La sécurité sociale n’a jamais empêché qu’il y ait des médecins libéraux"


La sécurité sociale, c'est pas le truc génial qui plombe le budget du pays tout entier ? Ca m'a l'air une bonne idée de s'inspirer de ce modèle.

Avatar de Winderly INpactien
Winderly Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:09:46
Inscrit le vendredi 19 mai 06 - 7547 commentaires
dans le domaine économique, dès lors qu’il y a extinction de la rareté comme c’est le cas aujourd’hui sur Internet, « le prix n’est plus fixable. On quitte les repères habituels du marché ».

C'est encore plus simple.
Plus un produit est rare, plus sa valeur augmente.
À l'inverse plus un produit est abondant, plus sa valeur diminue.
Avatar de pchab INpactien
pchab Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:19:07
Inscrit le mardi 4 octobre 11 - 14 commentaires
Très bonne intervention. Merci Mr Le Glatin ! (pourquoi n'est-ce pas quelqu'un comme lui qui est ministre de la culture ???)
Un seul reproche : on sent que le temps qu'il lui est imparti est court et qu'il a beaucoup de choses à dire, ce qui donne un discours très dense et pas forcément évident à suivre; j'ai dû réécouter pour bien en saisir tout le contenu.
Malheureusement, je sens que la volonté de changer de paradigme pour la culture restera lettre morte...
Bref, pour ceux que 15 minutes de vidéo rebuteraient (même si M.Rees la vend bien), regardaient quand même, ça vaut le coup.
Avatar de Bejarid INpactien
Bejarid Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:22:43
Inscrit le lundi 5 mai 08 - 1236 commentaires


La sécurité sociale, c'est pas le truc génial qui plombe le budget du pays tout entier ? Ca m'a l'air une bonne idée de s'inspirer de ce modèle.


C'est surtout une entité de service public (contrairement aux majors et aux société de redistribution des droits) qui dicte de façon totalitaire ses lois aux monde médicale (groupe pharmacetique, médecins, hopitaux...).

Et bizzarement, on entend pas beaucoup de français se plaindre de ce monde médicale, on fait plutot des envieux en faite. Donc je suis d'accord avec ce Mr, le monde musical devrait en prendre de la graine, et le gouvernement devrait arreter de n'écouter que les lobby qui brassent des milliards actuellement...
Avatar de zogG INpactien
zogG Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:22:56
Inscrit le lundi 15 juin 09 - 2390 commentaires

C'est encore plus simple.
Plus un produit est rare, plus sa valeur augmente.
À l'inverse plus un produit est abondant, plus sa valeur diminue.


Oui et non, pour la culture ça ne marche pas comme ça...

Si tu prends le marché de la musique, il pourrait bien y avoir 1 000 000 d'artistes, ou 100 000 000... pourquoi les prix devraient-ils être plus bas dans le deuxième cas ?

Sauf si c'est la course à l'artiste qui gagne le moins... mais bon je crois pas que ça soit dans l'idée de qui que ce soit.

La seule limitation évidement, c'est qu'avec un nombre d'acheteurs et un budget par acheteur identiques, si tu augmentes le nombre d'artistes, certains vont gagner moins... Mais ça ne diminue pas la valeur de chaque oeuvre.


De même, qu'un artiste sorte 1 ou 10 albums, en quoi ça devrait faire baisser le prix ?
Avatar de lemaigre INpactien
lemaigre Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:25:17
Inscrit le samedi 7 juillet 12 - 43 commentaires
Sociétaux est un barbarisme. Le mot correct est sociaux..
http://fr.wiktionary.org/wiki/soci%C3%A9tal

Edité par lemaigre le jeudi 26 juillet 2012 à 19:25
Avatar de Winderly INpactien
Winderly Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:25:38
Inscrit le vendredi 19 mai 06 - 7547 commentaires


Oui et non, pour la culture ça ne marche pas comme ça...

Si tu prends le marché de la musique, il pourrait bien y avoir 1 000 000 d'artistes, ou 100 000 000... pourquoi les prix devraient-ils être plus bas dans le deuxième cas ?

Sauf si c'est la course à l'artiste qui gagne le moins... mais bon je crois pas que ça soit dans l'idée de qui que ce soit.

La seule limitation évidement, c'est qu'avec un nombre d'acheteurs et un budget par acheteur identiques, si tu augmentes le nombre d'artistes, certains vont gagner moins... Mais ça ne diminue pas la valeur de chaque oeuvre.


De même, qu'un artiste sorte 1 ou 10 albums, en quoi ça devrait faire baisser le prix ?

J'ai parlé de produit, pas d'artiste.
Toutefois, + 1 à toute ta démonstration.
Avatar de Zyami INpactien
Zyami Le jeudi 26 juillet 2012 à 19:29:11
Inscrit le samedi 19 novembre 11 - 1458 commentaires
Arrêtez de parlez de culture quand on parle d'amusement (entertainment en anglais), ça pique les yeux.
;