[MàJ] RSF ouvre son « coffre-fort numérique » de documents censurés

Sans-abris 35

Mise à jour : WeFightCensorship, le « coffre fort numérique » annoncé cet été par l’association Reporters Sans Frontières, va ouvrir ses portes au grand public aujourd’hui à 11 heures. Depuis plusieurs semaines, certains internautes préinscrits pouvaient déjà avoir accès à la version « bêta » du site (lire la suite ci-dessous).

Article du 25 juillet 2012 : L’association Reporters Sans Frontières vient d’annoncer qu’elle allait mettre en place d’ici octobre un site Internet spécialement dédié à la lutte contre la censure. L’initiative, baptisée « We Fight Censorship » (pour « nous combattons la censure »), conduira à la publication de documents heurtés par la censure ou interdits de publication. Une aide relative aux moyens de contourner la censure sera également présente, notamment sous forme de wiki collaboratif.

we fight censorship

 

Comme l’indique le site dédié à l’opération, « wefightcensorship.org », le « premier round » est programmé pour le 1er octobre prochain. À partir de cette date, l’organisation explique que « grâce à un « coffre-fort » numérique ultra-sécurisé, les internautes auront la possibilité de faire parvenir à l'organisation, de manière anonyme, des documents frappés par la censure ou interdits de publication ». Le choix des éléments qui seront publiés sera alors soumis à une vérification « scrupuleuse » de la part de l’association fondée par Robert Ménard, qui apportera ensuite une contextualisation de ces documents. L’idée étant que ces articles, photos, vidéos... soient disponibles et compréhensibles par le plus grand nombre, rendant la censure caduque.

 

Lucie Morillon, responsable du bureau nouveaux médias chez RSF, l’a ainsi expliqué au Point : « Nous ne ferons pas de publication d'informations brutes comme WikiLeaks, mais du contenu contextualisé, et nous vérifierons les documents reçus dans notre coffre-fort numérique avant de les publier ». Elle a d’ailleurs précisé que ces documents devront être « liés au mandat de RSF », et que, « par exemple, si un blogueur est emprisonné après avoir publié un article, [RSF reproduira] cet article en ligne, avec sa traduction en anglais et en français, pour qu'il reste accessible ».

 

En plus de cette plateforme de publication de documents, l’organisation entend mettre à disposition du public différents « outils pratiques, des conseils et des éléments techniques pour apprendre aux net-citoyens à contourner la censure, sécuriser leurs communications et à conserver leur anonymat en ligne ». Lucie Morillon a indiqué à cet égard que l’association publierait « des guides et des conseils pour les activistes et dissidents du monde entier, et pas seulement sur Internet ». Un wiki serait ainsi mis en place, dont la consultation sera libre tandis que sa modification sera réservée à « un réseau d’experts ».

 

rsf fight censorship

 

Mise à jour du 27 novembre: Le compte à rebours pour l’ouverture de la plateforme de RSF touche à son terme. Aujourd’hui à 11 heures, WeFightCensorship devrait ainsi ouvrir ses portes au grand public. En attendant, nous avons pu observer que la version « bêta » du site permettait depuis plusieurs semaines d’accéder à différents contenus, répartis notamment en deux grandes rubriques : « Contenus interdits » et « Kit de survie numérique ».

 

En cliquant sur l’onglet relatif à la première rubrique, l’utilisateur est invité à choisir son type de contenu (article ou vidéo), ainsi que différentes catégories (corruption, droits de l’homme, politique et sécurité...) voire même un pays en particulier. Les documents présentés sont pour l’instant contextualisés et traduits si nécessaire par l’association.

 

rsf fight censorship

 

Le « Kit de survie numérique » propose quant à lui différents tutoriels, afin d’expliquer par exemple aux internautes comment créer un réseau virtuel privé ou comment assurer la confidentialité de ses courriels avec Thunderbird.

 

rsf censorship

 

Les utilisateurs sont également invités à contribuer au fonctionnement de la plateforme, que ce soit en envoyant des fichiers censurés, ou bien en hébergeant une ou plusieurs copies du site sur le principe des sites miroirs.

Publiée le 27/11/2012 à 10:28
Publicité


chargement
Chargement des commentaires...