S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : et les entreprises chinoises high-tech se sont éveillées

Et les concurrents vont le sentir

Longtemps confinées exclusivement à la fabrication de produits high-tech, des ordinateurs aux principales pièces informatiques en passant par les smartphones, les entreprises chinoisers ont aujourd’hui un poids important en tant qu’acteur direct (et non indirect) dans certains marchés, même en dehors de leurs frontières. Quasi inexistantes dans les secteurs des PC et des smartphones il y a encore trois ans (hormis en Chine), elles sont désormais de véritables challengers. Dans les années à venir, elles pourraient même dominer plusieurs marchés clés dans le monde entier.

lenovo ideapad Y650 550 450

Des PC...

Historiquement dominé par Hewlett-Packard, Dell et Acer, ceci dans tous les pays du globe ou presque, le marché des ordinateurs a vu arriver en l’espace de deux ans deux fabricants asiatiques : ASUS et Lenovo. Le premier, Taiwanais, a rapidement eu un succès international avec ses netbooks puis le reste de ses ordinateurs.

Le second, Chinois, s’est d’abord attaqué à la Chine et aux autres marchés émergents clés de l’Asie, dont l’Inde. Il a de plus racheté fin 2004 la division PC d’IBM, en déliquescence depuis de nombreuses années. Lenovo a cependant été assez discret jusqu’à l’an passé. Ses ambitions ont en effet passé en fusionnant ses activités PC avec le Japonais NEC et en rachetant Medion, bien implanté en Allemagne.

Les résultats ne se sont pas fait attendre. Lenovo domine le marché chinois, le plus dynamique au monde, et il dispose désormais de fortes parts de marché en Inde, au Japon, en Allemagne, en Russie et une dizaine d’autres pays sur le globe. Au final, Lenovo est devenu l’an passé le n°2 mondial des ventes de PC, et au regard de la stabilité actuelle du n°1 Hewlett-Packard, la place de ce dernier est plus qu’en danger.

...aux téléphones

La même fable peut être contée pour les Chinois ZTE et Huawei dans le secteur de la téléphonie mobile. Eux aussi profitent de leur marché local, mais se contenter de la Chine n’a jamais été dans leurs plans et aujourd’hui, les appareils des deux marques sont disponibles dans le monde entier. Résultats, ZTE et Huawei font désormais partis des meilleurs vendeurs de téléphones du globe, devançant des géants comme RIM, Motorola et HTC. Rajoutez à cela que Lenovo compte aussi capter une partie du lucratif marché des téléphones, et vous comprenez rapidement que le secteur parlera chinois d’ici peu.

En dehors de ces deux marchés, les entreprises chinoises sont assez discrètes. Les Américains, Taiwanais, Japonais et Sud-Coréens dominent encore largement la plupart des autres marchés matériels et logiciels. Il est vrai que pour n’importe quelle société, chinoise ou non, se lancer dans les microprocesseurs, les semi-conducteurs, les disques durs, la mémoire, les cartes graphiques, les cartes mères ou les systèmes d’exploitation est un risque gigantesque.

Bien entendu, sur Internet, principalement sur son propre marché, les entreprises chinoises réalisent des résultats importants, que ce soit le moteur de recherche Baidu, le portail géant Sina, Weibo (équivalent à Twitter), le système de messagerie QQ. Mais ces services dépassent peu les frontières, à quelques exceptions près, et seul Alibaba.com a des ambitions internationales, ce qui nous intéresse ici.

D'autres marchés à conquérir

Où sont donc les entreprises chinoises à l’international dans les autres secteurs ? Nous pourrions parler de ZOTAC, le partenaire de NVIDIA, toutefois, ses ventes sont assez discrètes pour le moment. Même constat pour Nufront, société spécialisée dans les ordinateurs et les cartes mères. Et bien d’autres entreprises chinoises sont implantées dans d’autres secteurs (baladeurs numériques, liseuses, etc.) sans réellement percer.

Néanmoins, les entreprises chinoises ne vont pas se contenter des téléphones et des PC à l’avenir. Lenovo, ZTE et Huawei ont des ambitions dans le secteur des tablettes tactiles depuis quelque temps déjà, et si pour l’instant, cela ne paie guère (hormis en Chine), il ne faudra pas s’étonner de les voir au sommet des ventes d’ici quelques années.

Outre les tablettes, les télévisions chinoises devraient, elles aussi, envahir le marché. Les fabricants Changhong, TPV Technology et surtout Haier et TLC sont déjà bien présents dans le secteur de l’équipement de la maison, dont les télévisions. S’ils sont très puissants en Chine, ils ont déjà réalisé quelques acquisitions et partenariats au Japon, en Europe et en Amérique du Nord, prouvant leur soif d’envahir le monde. Même Lenovo a récemment lancé une Smart TV en Chine, et en cas de succès, elles arriveront tôt ou tard dans nos contrées.

Ajoutons que dans le secteur audio et notamment des écouteurs et des casques, la Chine compte de nombreux acteurs locaux. Brainwavz a réussi à se faire un petit nom ces dernières années. Sans pour autant atteindre la renommée des grands fabricants américains et européens du marché, Brainwavz fait son petit bonhomme de chemin et pourrait lui aussi surprendre dans un futur proche.

Enfin, notez qu’il existe plusieurs fabricants chinois de claviers, souris et accessoires pour ordinateurs portables, tablettes et smartphones. Mais ces derniers sont encore loin d’opposer une réelle concurrence aux acteurs en place, implantés depuis des années voire des dizaines d’années.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 26/05/2012 à 10:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 62 commentaires

Avatar de Tumeconnais INpactien
Tumeconnais Le samedi 26 mai 2012 à 10:19:39
Inscrit le dimanche 2 novembre 08 - 173 commentaires
l'invasion chinoise!

j'ai l'impression que tout ça est cyclique, avant c’était l’Europe qui dominé le monde, depuis 45 les Etat unis, après ça sera la chine, et pourquoi pas l’Afrique après?


Edité par Tumeconnais le samedi 26 mai 2012 à 10:20
Avatar de Ploomy INpactien
Ploomy Le samedi 26 mai 2012 à 10:40:01
Inscrit le vendredi 6 janvier 12 - 20 commentaires
Cette article ne fait que rappeler que la sous-traitance ne dure qu'un temps. Rappelons aussi, que bien souvent, il y a aussi transfert de compétences lors d'implantation d'usine en Chine. Au bout d'un moment, le disciple dépasse le maître

Et puis, avec un marché intérieur représentant 20% de la population mondiale, un acteur important chinois, quelque soit le secteur d'activité, a déjà un poids énorme dans l'économie mondiale.

Après, la plupart des marques cités visent le marché milieu et bas de gamme. Il reste encore un marché pour les marques occidentales.

Edité par Ploomy le samedi 26 mai 2012 à 10:40
Avatar de GruntZ INpactien
GruntZ Le samedi 26 mai 2012 à 10:40:23
Inscrit le jeudi 7 septembre 06 - 602 commentaires
... après ça sera la chine, et pourquoi pas l’Afrique après?

Et pourquoi pas en même temps ?
Quand le patron de Canonical (Ubuntu, Afrique du sud) commence à faire des aller-retour chez Foxconn, on peut rêver à ce sur quoi ça peut déboucher ...

Avatar de sylware INpactien
sylware Le samedi 26 mai 2012 à 10:46:53
Inscrit le mercredi 27 août 08 - 1456 commentaires
Ça doit arriver un jour au l'autre. Le pb, c'est que ce n'est pas de la high-tech tout ça, mais de la "medium-tech". La high-tech, c'est la fonderie de puces performantes (aka, dernière génération, genre qui a ses blocks qui ne consomment rien quand ils sont en idle...). Ces fonderies seraient essentiellement en Allemagne et aux USAs. Pas que pour des questions de compétences, mais aussi pour avoir plus confiance dans le silicium (défence: car il y aurait eu des "cados bonux" dans les puces chinoise).
Avatar de Samsara INpactien
Samsara Le samedi 26 mai 2012 à 10:59:25
Inscrit le lundi 12 janvier 09 - 327 commentaires
Et bien entendu pas de cados chez les autres

Il y a 62 commentaires

;