S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Intel s'en prend aux tablettes ARM sous Windows RT

La rétrocompatibilité, y'a que ça de vrai

Dans une précédente actualité ce matin, nous avons vu que le couple WinTel est loin d'être mort. Intel a annoncé qu’une vingtaine de tablettes x86 sous Windows 8 était en préparation. Le fondeur sait que pour la première fois, un Windows grand public sera également distribué sur du matériel ARM. Paul Otellini, PDG d’Intel, n’est d’ailleurs pas tendre avec les puces concurrentes.

Intel tablette windows 8

La rétrocompatibilité, argument marketing majeur

Vers la fin de l’année, les premières tablettes Windows 8 seront disponibles. On trouvera d’une part des tablettes équipées de puce Intel ou AMD, et d’autre part des modèles ARM. Les tablettes x86 embarqueront une édition classique ou Pro de Windows 8 et seront utilisables de la même manière que sur PC. Comprendre : le bureau sera accessible et pleinement utilisable à ceux qui le souhaitent. Sur les tablettes ARM en revanche, Windows 8 sera remplacé par Windows RT, spécifique à cette plateforme

Intel s’est toujours enorgueilli d’offrir une rétrocompatibilité parfaite pour l’écosystème logiciel. Après tout, le jeu d’instructions x86 reste le x86, même si des améliorations ont été apportées. Le fondeur ne voit évidemment pas arriver d’un bon oeil les puces ARM dont la réputation d’efficacité dans l’économie d’énergie n’est plus à faire. Mais la rétrocompatibilité devient justement un argument dont Paul Otellini a largement usé.

Le PDG d’Intel a indiqué à la conférence d’hier que les tablettes Windows RT se préparaient une « belle bataille » pour obtenir des parts de marché. Une prédiction qui touche en particulier les utilisateurs professionnels. La rétrocompatibilité fera pour Otellini toute la différence : les utilisateurs pourront faire fonctionner les applications actuelles sans se priver pour autant des nouvelles sur la plateforme WinRT. En clair, le meilleur des deux mondes.

Otellini explique : « Avec un seul bouton, vous obtenez l’ancien mode... Ceci est particulièrement important pour les directeurs informatiques qui veulent préserver leurs investissements dans les logiciels. Nous avons l’avantage de la pérennité, du support de l’actuel. Pas seulement en termes d’applications, mais également en termes d’appareils ».

Mais quid de l’évolution ?

Il est clair que la rétrocompatibilité est importante, mais elle l’est surtout sur les PC classiques. Pas question évidemment que les utilisateurs s’achètent une nouvelle machine sans pouvoir faire fonctionner leurs logiciels habituels. Dans le cadre d’une tablette, il est vrai que les entreprises seront intéressées par la préservation des investissements. Certains utilisateurs connaisseurs pourraient également vouloir un bureau pour « le cas où ».

Mais les tablettes, du moins celles de type ardoise, sont surtout achetées pour l’expérience simplifiée qu’elles proposent. Il est probable que dans la masse des utilisateurs intéressés par une tablette Windows 8, la plupart se contentent de Metro et des applications pensées réellement pour le tactile. Dans le grand public, l’argument de la rétrocompatibilité est moindre. D’ailleurs, iOS a beau avoir les bases de Mac OS X, il ne peut pour autant en reprendre les applications. Ce qui n’empêche pas l’iPad de se vendre à des millions d’exemplaires.

En outre, Windows RT permet à Microsoft de jeter un premier gros pavé dans la marre de Win32. Ces API sont nécessairement condamnées, bien que la transition doive encore durer bien des années. Mais en bloquant l’accès sur les tablettes ARM, Microsoft peut renforcer l’idée des développeurs qu’il vaut mieux se concentrer sur WinRT. Du moins pour tout ce qui touche au tactile.

Dans tous les cas, les puces ARM risquent de jouer un rôle important pour la carrière de Windows 8 sur tablettes. Qualcomm, Texas Instrument et NVIDIA, entre autres, savent qu’ils ont une grande carte à jouer. Microsoft lui-même est très sérieux sur ce créneau : après tout, Office 15 est intégré dans Windows RT.
Source : CNet
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 11/05/2012 à 11:09

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 38 commentaires

Avatar de ffvsdoom INpactien
ffvsdoom Le vendredi 11 mai 2012 à 11:27:30
Inscrit le samedi 21 mai 05 - 819 commentaires
Tiens, ça me rappelle les échanges de ces deux dernières heures sur l'autre news
Avatar de wookie sans fil INpactien
wookie sans fil Le vendredi 11 mai 2012 à 11:29:14
Inscrit le jeudi 10 mars 05 - 1693 commentaires
Tout se jouera dans la consommation et l'autonomie. Les arguments d'Intel sont tout à fait viables, mais ceux pour ARM le sont aussi car l'autonomie est un point fort de ce type d'appareil. Qu'en dit Intel ?

C'est sûr que le grand public et les utilisateur actuels de tablettes sont des "consulteurs", peu produisent où utilisent une tablette en environnement de production comme un outil rivalisant avec un desktop pour créer.

Intel a des parts à prendre chez les utilisateurs qui créent et produisent du contenu. Mais il se pourrait que l'environnement tablette WinRT se développe et que des solutions création mieux adaptées qu'aujourd'hui aux tablettes arrivent. Dans ce cas ces utilisateurs aussi auront le choix.

En gros, soit l'autonomie est équilibrée dans un rapport acceptable ou égale entre les deux plateformes et effectivement pourquoi se priver du plus de la rétrocompatibilité, soit elle est désequilibrée avec un net avantage à ARM/WinRT et dans ce cas il est probable que les tablettes Intel jouent un rôle de transition, vers les tablettes ARM inévitablement.
Avatar de hadoken INpactien
hadoken Le vendredi 11 mai 2012 à 11:33:12
Inscrit le jeudi 28 juillet 11 - 668 commentaires
Ces API sont nécessairement condamnées

Ah bon ? Et pourquoi donc ?
Certes, Microsoft pousse en avant WinRT (l'API, pas l'OS), mais pour autant je ne vois pas de condamnation de Win32. D'autant que WinRT est lui-même basé sur Win32...
Un bon lien pour les développeurs.
Avatar de ffvsdoom INpactien
ffvsdoom Le vendredi 11 mai 2012 à 11:34:57
Inscrit le samedi 21 mai 05 - 819 commentaires

Ah bon ? Et pourquoi donc ?
Certes, Microsoft pousse en avant WinRT (l'API, pas l'OS), mais pour autant je ne vois pas de condamnation de Win32. D'autant que WinRT est lui-même basé sur Win32...
Un bon lien pour les développeurs.


Alors justement, ça serait bien si on pouvait avoir un dossier pour les non-programmeurs / non-développeurs sur les différences entre Win32 et WinRt, et surtout sur leurs implications respectives et sur les répercussions du passage de l'un à l'autre... Parce que là dessus, je suis largué !
Avatar de Vincent_H Equipe
Vincent_H Le vendredi 11 mai 2012 à 11:36:20
Inscrit le jeudi 30 janvier 03 - 15422 commentaires

Ah bon ? Et pourquoi donc ?
Certes, Microsoft pousse en avant WinRT (l'API, pas l'OS), mais pour autant je ne vois pas de condamnation de Win32. D'autant que WinRT est lui-même basé sur Win32...
Un bon lien pour les développeurs.


Oui, mais le minimum vital. Tu verras que WinRT continuera, mais basé sur autre chose plus tard. Win32 finira par disparaître, ils veulent vraiment s'en débarrasser.

Il y a 38 commentaires

;