S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Une étude analysera les blocages et ralentissements des opérateurs mobiles

Résultats d'ici quelques mois

Le gouvernement a publié il y a quelques jours sur sa plateforme de marchés publics des documents de l’ARCEP fort intéressants sur la « réalisation d’une étude portant sur les mesures de blocages ou de ralentissements sur les services mobiles ». Cette étude, réalisée par un tiers, sera néanmoins supervisée par l'ARCEP. Aujourd’hui, en France, aucun opérateur mobile ne propose un forfait internet mobile totalement illimité sans ralentissement à partir d'un certain seuil, et la plupart des forfaits bloquent de nombreux protocoles.

Bouygues Telecom 6 Go
Bouygues Télécom propose l'un des forfaits 3G+ les plus généreux du marché.

Une situation qui s'est améliorée depuis un an

Aujourd’hui, certains forfaits vont jusqu’à 3 voire 6 Go avant de diminuer les débits. Une forte progression de cette limite a d’ailleurs été constatée l’an passé avec les nouveaux forfaits « lowcost » des grands opérateurs, progression confirmée en ce début d’année après l’arrivée de Free Mobile. Ce dernier, en offrant 3 Go et aucun blocage de protocole, a d’ailleurs fortement participé à l’amélioration de la situation. Mais tout n’est pas parfait pour autant.

Selon les documents de l’ARCEP publiés sur le site Marchés Publics du gouvernement français, l’étude durera deux mois. Elle couvrira 10 opérateurs et MVNO, à savoir Orange, SFR, Bouygues Télécom, Free Mobile, Virgin Mobile, NRJ Mobile, Numericable, et les trois secondes marques des opérateurs historiques (Sosh, Red et B&You). Deux forfaits par opérateur seront analysés en moyenne, soit vingt forfaits en tout. Ce nombre pourrait néanmoins monter à 30 forfaits voire plus s’il y a un besoin de complément.

Concernant le web, les 10 sites les plus fréquentés nationalement seront étudiés. « Les 10 sites sélectionnés seront les mêmes pour l’ensemble des opérateurs et seront validés par le comité de pilotage » précise l’ARCEP.

Quelle qualité et quelles limites ?

Les objectifs de l’étude fixés par l’ARCEP sont les suivants :
  • Élaborer et mesurer des indicateurs sur la qualité fournie à l’utilisateur afin d’évaluer l’utilisation de techniques de filtrage ou de bridage (VoIP, P2P, newsgroup, etc.) par les opérateurs mobiles
  • Élaborer et mesurer des indicateurs sur la qualité réduite fournie à l’utilisateur à la suite de dépassement de clauses d’usage raisonnable (réduction des débits)
L’Autorité de régulation note qu’il est « intéressant d’évaluer par l’expérience quelles utilisations (applications, sites web) de l’internet mobile sont filtrées ou bloquées par les opérateurs, et comment ce filtrage ou blocage est mis en place ». L’ARCEP insiste notamment sur la VoIP, le P2P, les newsgroups et l’usage modem. « La qualité de l’accès à certains services phares de streaming peut également être évaluée. »

L’ARCEP rajoute que mesurer la qualité de l’accès au web mobile lorsqu’elle est dégradée « permet de mesurer l’impact d’une diminution du débit sur l’utilisation du service ». L’étude permettra ainsi de savoir concrètement comment les mobinautes s’adaptent quand ils dépassent le seuil offert par leur opérateur.

Une étude externe chapeautée par l'Autorité de régulation

Cette étude ne sera pas réalisée par l’ARCEP elle-même mais par un tiers. L’Autorité de régulation des télécoms explique ainsi aux candidats potentiels qu’ils devront se plier à plusieurs critères, dont certains ont été cités ci-dessus. L’ARCEP note d’ailleurs que « des tests existent également déjà sur le mobile, comme le « Windrider test » appartenant au projet M-Lab. Le candidat pourra s’appuyer sur des outils existants, ou proposer sa propre méthodologie. Quelle que soit l’approche retenue, le consultant justifiera ses choix. »

L’ARCEP supervisera le consultant. Ce dernier devra ainsi remettre des rapports tout le long des deux mois d’étude, et « si le consultant souhaite rencontrer des acteurs du secteur, il proposera la liste des acteurs à l’Autorité ».

Les candidats seront choisis selon trois critères : la compréhension de l’offre (méthodologie, etc.), le tarif et les compétences des candidats.

La date de réception des offres a été fixée au 30 mai prochain à 12 heures. L’étude ne devrait donc pas être terminée avant cet été, voire cet automne.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 05/05/2012 à 00:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 20 commentaires

Avatar de GMA-info INpactien
GMA-info Le samedi 5 mai 2012 à 01:24:25
Inscrit le dimanche 19 février 12 - 45 commentaires
Merci Nil, article très claire merci.gif
Avatar de MrCal3x INpactien
MrCal3x Le samedi 5 mai 2012 à 02:36:14
Inscrit le vendredi 26 août 11 - 203 commentaires
Quelque chose me dis que les résultats ne seront pas en faveur de Free Mobile...
Avatar de Maywen INpactien
Maywen Le samedi 5 mai 2012 à 02:51:53
Inscrit le mercredi 21 mars 12 - 128 commentaires
Quelque chose me dit que les résultats ne seront pas en faveur de Free Mobile...


Quelque chose me dit que les résultats ne seront pas forcément meilleurs chez les autres opérateurs.

On verra bien. Il faudra déjà établir des indicateurs et là... j'ai peur !
Avatar de eppoxy INpactien
eppoxy Le samedi 5 mai 2012 à 08:55:39
Inscrit le mardi 15 avril 08 - 19 commentaires
A la Réunion, Orange dégrade le débit à partir de 300 Mo !!!! sur TOUS les forfaits internet mobile sauf pour le forfait iPhone qui est à 1 Go !
Et coté concurrence c'est pas mieux...

c'est vraiment abusé ... pour des internet "illimités" !
Avatar de sirius35 INpactien
sirius35 Le samedi 5 mai 2012 à 09:02:30
Inscrit le vendredi 11 juin 04 - 1240 commentaires
et que va apporter cette étude ? Car les conclusions sont déjà connues...

Encore de l'argent jeté par les fenêtres...
Avatar de the_frogkiller INpactien
the_frogkiller Le samedi 5 mai 2012 à 09:07:21
Inscrit le samedi 13 octobre 07 - 1468 commentaires
et que va apporter cette étude ? Car les conclusions sont déjà connues...

Encore de l'argent jeté par les fenêtres...

"connu" veut pas dire prouvé. Si elle est bien faite cette étude donnera des indicateurs objectifs et pas des ressentiments personnels enclins aux fanboyismes et aux tel opérateur est tout pourris car l'arrière tante de l'oncle du voisin de pallier de ma grand mère...
Avatar de bertou INpactien
bertou Le samedi 5 mai 2012 à 09:18:47
Inscrit le dimanche 18 mai 03 - 782 commentaires
Je pense qu'il peut y avoir des surprises
Avatar de Bug INpactien
Bug Le samedi 5 mai 2012 à 09:20:20
Inscrit le samedi 22 mars 08 - 5696 commentaires
Quelque chose me dis que les résultats ne seront pas en faveur de Free Mobile...



"connu" veut pas dire prouvé. Si elle est bien faite cette étude donnera des indicateurs objectifs et pas des ressentiments personnels enclins aux fanboyismes et aux tel opérateur est tout pourris car l'arrière tante de l'oncle du voisin de pallier de ma grand mère...

Avatar de sebtx INpactien
sebtx Le samedi 5 mai 2012 à 10:56:53
Inscrit le mardi 8 janvier 08 - 1793 commentaires
Bah moi je sais de source sûre que les opérateurs appliquent une stratégie différente selon qu'on est abonné directement ou avec un mvno. En clair, sur le réseau, les abonnés directs ont la priorité, les mvno se contentent des "restes", un peu comme le freewifi qui bride le débit. Mais bon ça tout le monde s'en doutait un peu...
Avatar de Bug INpactien
Bug Le samedi 5 mai 2012 à 11:09:19
Inscrit le samedi 22 mars 08 - 5696 commentaires
un peu comme le freewifi qui bride le débit. Mais bon ça tout le monde s'en doutait un peu...

Dans la mesure où c'est indiqué en toute lettres sur le site de Free, les abonnés devraient le savoir et non s'en douter
Rappelez-vous qu'à votre domicile, il vaut mieux utiliser votre réseau WiFi personnel (celui activé depuis votre interface de gestion) plutôt qu'un réseau FreeWiFi, ce dernier offrant des débits inférieurs.

Source
;