S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : l’informatique et Internet laissent-ils une place aux convictions ?

Tout est une question de volonté

Certains boycottent des marques de vêtements pour leur façon de les produire. D’autres choisissent soigneusement leur nourriture en fonction de leur provenance. Plus ou moins développé dans certains secteurs, le choix de conviction est quasi nul en informatique et sur Internet. Est-ce un simple problème de choix, de méconnaissance ou de volonté ?

libre et open source

Militer, c'est possible, même si parfois complexe

Aujourd’hui, éviter une marque informatique pour son matériel vis-à-vis du lieu de production ou n'importe quelle autre raison est bien complexe. Il existe certes des irréductibles qui bidouillent leur propre matériel, néanmoins, à ce jour, acheter du matériel informatique made in China, Taiwan ou Thaïlande est quasi incontournable. Il reste alors deux façons de « militer » (peu importe les raisons et les causes) : en choisissant ses logiciels/OS et ses services sur Internet.

Par exemple, certains évitent soigneusement certains éditeurs d'OS bien connus ou même des marques dans leur ensemble, tandis que d’autres n’hésitent pas à contacter le constructeur du PC qu’ils viennent d’acheter afin de se faire rembourser les diverses licences imposées. Les « convictions » en un certain idéal existent bel et bien en informatique, et ses représentants les plus importants sont souvent visibles dans le monde du libre et de l’open-source.

Néanmoins, ce type de comportement demeure rare et est bien peu suivi, d'autant qu'il n'est pas facilité par les géants du marché qui multiplient les barrières pour geler les initiatives. Qui plus est, outre le manque d’information de la population, boycotter sciemment les grands OS (par exemple) nécessite un minimum d’implication et de temps. Rajoutons que la quasi absence d’offres de PC déjà dotés d’une suite Linux (entre autres) est une sacrée épine dans le pied de l’OS. Et aussitôt tel OS aurait l’idée incroyable d’avoir du succès, Microsoft n’hésiterait pas à employer les grands moyens afin d’annihiler "l’ennemi". L’exemple des Eee PC d’ASUS, d’abord vendus exclusivement sous Gnu/Linux puis rapidement remplacé par Windows XP, est symptomatique…

Rompre le train-train quotidien

Outre les logiciels, nous avons donc aussi les services Internet. À l’instar des applications et des systèmes d’exploitation, boycotter certains sites et services internet est parfois complexe et demande un minimum d'efforts voire de sacrifices, notamment afin de changer ses habitudes. Il n’est en effet pas simple d’éviter du jour au lendemain Google par exemple, même si des alternatives plus ou moins performantes existent.

La pire des situations se situe néanmoins au niveau des moyens de communication et des réseaux sociaux. Comment quitter Skype, Windows Live Messenger ou Facebook quand tous nos contacts y sont présents ? Cela demanderait une migration collective bien hypothétique, ou tout simplement de sacrifier ses contacts en espérant une migration future de leur part, qui pourrait ne jamais arriver.

Le choix facilite le boycott

Il existe néanmoins des cas moins complexes et plus personnels, comme le choix du navigateur ou encore du service de courriel. La problématique du choix est d’ailleurs évidente : que ce soit pour les navigateurs ou les services de messagerie, il existe une certaine concurrence chez les acteurs importants ou les alternatives méconnues. Une concurrence nettement plus touffue que dans d’autres secteurs où elle est bien moins accessible.

Pourtant, si dans certains marchés, le choix existe réellement, l’acte militant semble loin d’être important. Mais allons plus loin : même si le choix était absent ou particulièrement complexe, faire des sacrifices pour ses convictions est-il si difficile ? Afin de montrer sa désapprobation à un système ou à des actions jugées anormales, boycotter un moteur de recherche, un service de paiement en ligne ou un réseau social est tout à fait possible. Mais qui le fait ? Se pose-t-on même déjà la question ?

De nombreux boulets au pied

Ce débat rejoint en partie celui lié à la dépendance. À force d’utiliser un moteur de recherche, un système d’exploitation, un service de messagerie ou un réseau social, nous en devenons leurs esclaves, incapables d’arracher des chaines au départ invisibles ou indolores, mais qui au fur et à mesure prennent du poids et deviennent embarrassantes.

Aujourd’hui, même une personne bien renseignée des abus et des politiques d’une société évoluant dans l’informatique ou internet hésite malgré tout à passer le pas. De nombreux boulets l’y retiennent, les contraintes sont importantes, et seule une forte volonté et une réelle détermination peuvent permettre d’abandonner sciemment un logiciel ou un service.

N’hésitez pas à réagir et à publier vos différentes alternatives.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 21/04/2012 à 09:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 125 commentaires

Avatar de sr17 INpactien
sr17 Le samedi 21 avril 2012 à 22:42:02
Inscrit le lundi 26 décembre 05 - 12073 commentaires
@ sr17:

Tes arguments commencent là déjà à être issu de tes convictions.

Difficile de quantifier objectivement le fait qu'un grand nombre de bénévoles vont être plus efficace qu'un petit nombre de gens payés pour le faire. (même si je suis également convaincu que le grand nombre de bénévoles est plus efficace)

De même, les softwares conçus avec des malwares sont des petits projets. Les grand projets ont en effet pignon sur rue et ont tout à perdu à infecter leur client.
Un petit projet libre contient un petit nombre de développeur (parfois juste un seul). Les petits projets (les plus dangereux, donc) sont donc tout aussi contrôlé que dans le système que je propose (sauf que les contrôleur ne sont pas payés).

De même, les malwares qui pullulent sur le web sont anonymes. L'inscription à un store ne l'est pas. Pourquoi prétendre que qlq'un inscrit dans un projet libre est forcément moins anonyme que qlq'un inscrit sur un store qui peut éventuellement demander des identifications légales ?

Mais le point important de mon discours (car défendre un modèle proprio n'est pas dans mes habitudes) est qu'au final, la distinction entre "argument du aux convenctions" et "argument pratique" est floue, et qu'à un certain point, quand on creuse, on retombe sur des arguments basés sur les convictions (genre: un développement communautaire est plus honnête et forcément plus transparent au niveau de l'identité des participants, ...)


Je ne fait que constater le très faible nombre de malwares dans le monde libre.

Après, on peut trouver toutes les explications qu'on veut. Mais je ne pense pas que l'idéologie suffise à tout expliquer.

Il est aussi concrètement évident qu'un malware sera beaucoup plus difficile à planquer dans un code ouvert dont la lecture sera exposée au vu de tous.

Avatar de j-c_32 INpactien
j-c_32 Le samedi 21 avril 2012 à 23:10:38
Inscrit le jeudi 11 juin 09 - 2282 commentaires

Je ne fait que constater le très faible nombre de malwares dans le monde libre.

Après, on peut trouver toutes les explications qu'on veut. Mais je ne pense pas que l'idéologie suffise à tout expliquer.

Mais on constate aussi le très faible nombre de malwares dans certains stores, pourtant largement utilisés par des personnes particulièrement propices à être la proie des malwares (contrairement, il faut bien l'avouer, aux utilisateurs de linux).

Tout ce que je dis, c'est que l'objectif: peu de malwares est accessible via différente stratégie, et que si le choix de qlq'un se restreint à une approche pragmatique, rien ne dit que cet argument en faveur aujourd'hui des logiciels libres ne se transformera pas demain en argument neutre (voire en faveur des stores privateurs).

Il est aussi concrètement évident qu'un malware sera beaucoup plus difficile à planquer dans un code ouvert dont la lecture sera exposée au vu de tous.

Tout comme il est évident qu'il est bcp plus difficile de planquer un malware dans un code qui est révisé par des gens payés pour ça.
Comme je l'ai dit, les malwares se trouvent dans des petits projets, et le code de ceux-ci sont particulièrement peu lus par les contributeurs bénévoles (comme tu dis, ce n'est pas toujours facile de trouver un malware planqué dans le code).


Edité par j-c_32 le samedi 21 avril 2012 à 23:11
Avatar de 127.0.0.1 INpactien
127.0.0.1 Le dimanche 22 avril 2012 à 02:19:37
Inscrit le mercredi 29 avril 09 - 13213 commentaires
Édito : l’informatique et Internet laissent-ils une place aux convictions ?


C'est moi ou l'edito confond "conviction" et "militantisme" ?

J'ai l'impression que ce qui est sous-jacent dans l'édito, c'est la convergence de l'informatique/internet vers un modèle stable, structuré... bref mature. Et que cette convergence semble s'orienter vers une professionnalisation du métier, une uniformisation des offres et une industrialisation des procédés.

En cette période électorale, propice aux luttes révolutionnaires, je vois comme un parallèle avec cet édito qui brosse le portrait d'une informatique/internet devenant une sorte d' "establishment"... ce qui est forcément mauvais.
Avatar de Sylvain_Blandel INpactien
Sylvain_Blandel Le dimanche 22 avril 2012 à 08:57:26
Inscrit le jeudi 18 octobre 07 - 132 commentaires
Pour se libérer de Gmail, de Yahoo Mail et d'Hotmail.

Vous avez besoin d'adresses mail, mais vous ne souhaitez pas confier vos données personnelles à une entreprise (Google, Yahoo, Microsoft, votre FAI, …) ? La solution idéale est de monter vous-même votre serveur de mail, mais cela demande trop de temps et de connaissances techniques. Lisez la suite.


L'association Sud-ouest.org propose une plate-forme d'hébergement à prix libre d'adresses mail et de noms de domaines. C'est une association, pas une entreprise.

Il y a plusieurs avantages, par exemple celui de la protection des données personnelles. Les serveurs de sud-ouest.org sont localisés sur le territoire de l'Union Européenne, ils sont soumis à la législation européenne de protection des données personnelles (contrairement à Gmail, Yahoo et Hotmail : ces entreprises sont états-uniennes, ce sont donc les lois états-uniennes qui s'appliquent aux données personnelles).

Le service n'est pas gratuit, il est payant à prix libre. Toutefois, l'inscription ouvre droit à une période d'essai gratuite d'un mois.

On en parle sur Linuxfr.

Plus d'infos sur le site officiel : Sud-ouest.org.
Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le dimanche 22 avril 2012 à 10:47:25
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40928 commentaires
Lol, personne n 'a tiqué sur le graph du BSA.
On doit vendre entre 35-45% de soft, le libre doitfaire dans les 22% mais en tout cas on est sur qu'il y a au moins 43% de piratage

Un peu hors sujet mais qui rejoint un autre edito sur la vie privée :
http://internetactu.blog.lemonde.fr/2012/04/20/nous-faudra-t-il-payer-pour-preserver-notre-vie-privee-sur-linternet/

Ben quoi ? T'as jamais piraté de logiciel libre ?
Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le dimanche 22 avril 2012 à 10:57:05
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40928 commentaires

Linux est désormais à peu près partout: d'une majorité de smartphones aux serveurs sur le net, les box adsl, l'immense majorité des appareils 'embarqués' (lecteur multimédia, TV connectée, etc...)

Le seul domaine de l'informatique où linux n'a pas (encore) percé est celui des ordinateurs 'grand public' ; partout ailleurs il est le plus souvent majoritaire.

Pour la simple et bonne raison, c'est qu'il n'y a pas de pub. Canonical ou Red Hat se donneraient un peu les moyens pour une bonne campagne...
Avatar de james_patageul INpactien
james_patageul Le dimanche 22 avril 2012 à 11:12:19
Inscrit le mardi 3 février 04 - 162 commentaires
Perso moi je boycott tout les services de googles, sans problèmes c'est pas très difficile..

quand je vois tout les abus qu'ils font et personne qui s'indigne je reste
Avatar de kane13 INpactien
kane13 Le dimanche 22 avril 2012 à 11:13:01
Inscrit le dimanche 22 août 10 - 154 commentaires
Pour se libérer de Gmail, de Yahoo Mail et d'Hotmail.

Vous avez besoin d'adresses mail, mais vous ne souhaitez pas confier vos données personnelles à une entreprise (Google, Yahoo, Microsoft, votre FAI, …) ? La solution idéale est de monter vous-même votre serveur de mail, mais cela demande trop de temps et de connaissances techniques. Lisez la suite.


L'association Sud-ouest.org propose une plate-forme d'hébergement à prix libre d'adresses mail et de noms de domaines. C'est une association, pas une entreprise.

Il y a plusieurs avantages, par exemple celui de la protection des données personnelles. Les serveurs de sud-ouest.org sont localisés sur le territoire de l'Union Européenne, ils sont soumis à la législation européenne de protection des données personnelles (contrairement à Gmail, Yahoo et Hotmail : ces entreprises sont états-uniennes, ce sont donc les lois états-uniennes qui s'appliquent aux données personnelles).

Le service n'est pas gratuit, il est payant à prix libre. Toutefois, l'inscription ouvre droit à une période d'essai gratuite d'un mois.

On en parle sur Linuxfr.

Plus d'infos sur le site officiel : Sud-ouest.org.


+1.



Tout comme il est évident qu'il est bcp plus difficile de planquer un malware dans un code qui est révisé par des gens payés pour ça.
Comme je l'ai dit, les malwares se trouvent dans des petits projets, et le code de ceux-ci sont particulièrement peu lus par les contributeurs bénévoles (comme tu dis, ce n'est pas toujours facile de trouver un malware planqué dans le code).


Attention, un code "libre" n'est pas forcément fait (de nos jours) par une personne qui n'est pas "payée" pour le faire.

Et une "personne payée" dans ton cas ce serait (je suppose) une entreprise éditrice de logiciel privateurs ? Ce sont généralement eux qui mettent des bouts de codes qui permettent de te surveiller. Et également qui laissent des failles énormes pendant des mois (des années pour MS, la palme d'or lui revient de droit).

Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le dimanche 22 avril 2012 à 11:27:27
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40928 commentaires

Par contre ca a été un maire de Neuilly excellent

Heu, même pas.
C'est facile d'être un bon maire quand on est dans la commune la plus riche de France. Même Maurice Dupont serait un super Maire.
Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le dimanche 22 avril 2012 à 11:55:16
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40928 commentaires
;