S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : l’informatique et Internet laissent-ils une place aux convictions ?

Tout est une question de volonté

Certains boycottent des marques de vêtements pour leur façon de les produire. D’autres choisissent soigneusement leur nourriture en fonction de leur provenance. Plus ou moins développé dans certains secteurs, le choix de conviction est quasi nul en informatique et sur Internet. Est-ce un simple problème de choix, de méconnaissance ou de volonté ?

libre et open source

Militer, c'est possible, même si parfois complexe

Aujourd’hui, éviter une marque informatique pour son matériel vis-à-vis du lieu de production ou n'importe quelle autre raison est bien complexe. Il existe certes des irréductibles qui bidouillent leur propre matériel, néanmoins, à ce jour, acheter du matériel informatique made in China, Taiwan ou Thaïlande est quasi incontournable. Il reste alors deux façons de « militer » (peu importe les raisons et les causes) : en choisissant ses logiciels/OS et ses services sur Internet.

Par exemple, certains évitent soigneusement certains éditeurs d'OS bien connus ou même des marques dans leur ensemble, tandis que d’autres n’hésitent pas à contacter le constructeur du PC qu’ils viennent d’acheter afin de se faire rembourser les diverses licences imposées. Les « convictions » en un certain idéal existent bel et bien en informatique, et ses représentants les plus importants sont souvent visibles dans le monde du libre et de l’open-source.

Néanmoins, ce type de comportement demeure rare et est bien peu suivi, d'autant qu'il n'est pas facilité par les géants du marché qui multiplient les barrières pour geler les initiatives. Qui plus est, outre le manque d’information de la population, boycotter sciemment les grands OS (par exemple) nécessite un minimum d’implication et de temps. Rajoutons que la quasi absence d’offres de PC déjà dotés d’une suite Linux (entre autres) est une sacrée épine dans le pied de l’OS. Et aussitôt tel OS aurait l’idée incroyable d’avoir du succès, Microsoft n’hésiterait pas à employer les grands moyens afin d’annihiler "l’ennemi". L’exemple des Eee PC d’ASUS, d’abord vendus exclusivement sous Gnu/Linux puis rapidement remplacé par Windows XP, est symptomatique…

Rompre le train-train quotidien

Outre les logiciels, nous avons donc aussi les services Internet. À l’instar des applications et des systèmes d’exploitation, boycotter certains sites et services internet est parfois complexe et demande un minimum d'efforts voire de sacrifices, notamment afin de changer ses habitudes. Il n’est en effet pas simple d’éviter du jour au lendemain Google par exemple, même si des alternatives plus ou moins performantes existent.

La pire des situations se situe néanmoins au niveau des moyens de communication et des réseaux sociaux. Comment quitter Skype, Windows Live Messenger ou Facebook quand tous nos contacts y sont présents ? Cela demanderait une migration collective bien hypothétique, ou tout simplement de sacrifier ses contacts en espérant une migration future de leur part, qui pourrait ne jamais arriver.

Le choix facilite le boycott

Il existe néanmoins des cas moins complexes et plus personnels, comme le choix du navigateur ou encore du service de courriel. La problématique du choix est d’ailleurs évidente : que ce soit pour les navigateurs ou les services de messagerie, il existe une certaine concurrence chez les acteurs importants ou les alternatives méconnues. Une concurrence nettement plus touffue que dans d’autres secteurs où elle est bien moins accessible.

Pourtant, si dans certains marchés, le choix existe réellement, l’acte militant semble loin d’être important. Mais allons plus loin : même si le choix était absent ou particulièrement complexe, faire des sacrifices pour ses convictions est-il si difficile ? Afin de montrer sa désapprobation à un système ou à des actions jugées anormales, boycotter un moteur de recherche, un service de paiement en ligne ou un réseau social est tout à fait possible. Mais qui le fait ? Se pose-t-on même déjà la question ?

De nombreux boulets au pied

Ce débat rejoint en partie celui lié à la dépendance. À force d’utiliser un moteur de recherche, un système d’exploitation, un service de messagerie ou un réseau social, nous en devenons leurs esclaves, incapables d’arracher des chaines au départ invisibles ou indolores, mais qui au fur et à mesure prennent du poids et deviennent embarrassantes.

Aujourd’hui, même une personne bien renseignée des abus et des politiques d’une société évoluant dans l’informatique ou internet hésite malgré tout à passer le pas. De nombreux boulets l’y retiennent, les contraintes sont importantes, et seule une forte volonté et une réelle détermination peuvent permettre d’abandonner sciemment un logiciel ou un service.

N’hésitez pas à réagir et à publier vos différentes alternatives.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 21/04/2012 à 09:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 125 commentaires

Avatar de Qui_Gon_Jin INpactien
Qui_Gon_Jin Le samedi 21 avril 2012 à 09:23:41
Inscrit le vendredi 8 mai 09 - 25 commentaires
J'ai essayé d'abandonner Google qui me dérange légèrement, pour plusieurs raisons je boycotte un maximum leurs services mais voilà, après avoir testé les autres moteurs de recherche (un passage par Exalead il y a quelques années, ou plus récement Bing), j'y reviens toujours car les résultats sont bien plus pertinents.
J'ai découvert Startpage qui utilise les résultats de Google mais permet de garder ça un peu privé ; en attendant mieux...
De même pour Facebook, j'y suis parce que c'est maintenant le seul moyen de rester en contact avec certaines personnes, c'est dommage.
Je ne comprend pas que ça ne dérange pas plus de s'inscrire sur Google avec ses vrais noms/prénoms, d'y être connecté en permanence ce qui lui donne accès à toutes les recherches de cette personne, d'y avoir sa boîte mail etc. Et encore plus pour ceux qui utilisent Chrome.
Avatar de Drepanocytose INpactien
Drepanocytose Le samedi 21 avril 2012 à 09:24:19
Inscrit le jeudi 26 mai 11 - 9656 commentaires
C'est assez vrai dans l'ensemble, mais j'ose espérer qu'on est assez nombreux quand même à appliquer nos convictions dans le choix de nos services.
Après il y a un grand pas entre "se poser la question" et passer à l'acte. AMHA la question est souvent posée, mais rarement traduite dans les faits.

Dans mon cas perso :
- pas de Google : DuckDuckGo, (même si c'est Goggle en arrière plan), certes...
- pas de Paypal
- pas d'Apple pour l'OS du PC (Debian rulez)
- pas d'Apple pour le smart (mais ici la concurrence n'est guère plus reluisante,et le soft est lié au hard, ce qui complique le choix)
- pas de réseaux sociaux du tout, sauf un compte FB vide à mon vrai nom pour éviter les usurpations
- adblockers au taquet, extensions d'anonymisation, Ghostery, etc.etc
- logiciels la plupart du temps libres quand je suis sous MS (j'avoue )

Ce qui serait intéressant je pense, c'est une estimation de cette "résistance" en fonction de l'age ou d'autres critères.
Quel est le profil de celui ou celle qui applique ses convictions ? Sont-ils nombreux chez les plus jeunes d'entre nous ? Cela dépend-il fortement du milieu socioculturel ou pas ? etc.


Edité par Drepanocytose le samedi 21 avril 2012 à 09:28
Avatar de pti_pingu INpactien
pti_pingu Le samedi 21 avril 2012 à 09:41:49
Inscrit le jeudi 15 janvier 09 - 9592 commentaires
En tout cas, ce que j'applaudis bien fort, c'est qu'avec la forme et les lieux de concentrations de la production informatique, cela nous évite les pubs démagogiques au possible vantant le "produit en France par les petits artisants -penser à pleurer- de père en fils". Je pointe entre autres ici les pubs:
-Super U;
-Kriss;
-Intermarché.

Franchement, ce qui est désolant c'est qu'une bonne part de la population sera dupe en pensant "ouais on soutient l'économie française" alors que l'objectif ici est juste que ces marques fasse rentrer un max de pognons. Je n'ai rien contre le capitalisme est ses moyens d'attirer des clients (j'en suis féru hein ), mais là, c'est jouer la carte du "La France doit être forte face à la menace extérieur". Je mixe bien des paroles de campagnes dans cette phrase, car cette approche est également exploité par ceux qui se présentent cette année. Bref, tous ça pour dire que oui dans l'informatique, les principaux vendeurs/producteurs se répartissent entre les USA et l'Asie du sud-est, mais au moins, on se retrouve pas avec la pub:

-Le dernier Apollon (en France on aime bien les noms de dieux pour les projets informatique) équipé en processeur Cyrix est enfin disponible et produit en France.

Aussi bizarre que cela paraissent, j'évite les marques ou enseigne qui font une tel forme de pub (disons une fausse propagande engagée)
Avatar de kane13 INpactien
kane13 Le samedi 21 avril 2012 à 10:00:56
Inscrit le dimanche 22 août 10 - 154 commentaires

J'ai découvert Startpage qui utilise les résultats de Google mais permet de garder ça un peu privé ; …


Merci pour startpage, je connaissais pas. J'utilise duckduckgo en ce moment et c'est pas trop mal au niveau des résultats, mais un sacré plus au niveau de l'anonymat !

J'aimerai vraiment qu'en France on applique un peu plus _notre droit Français_ qui interdit la vente liée. Franchement je commence à être lassé de voir que parce que ça touche quelque-chose d'un peu technique et pas forcément évident pour tous on oublie carrément _d'appliquer la loi_. Et encore, là je suis en mode bisounours qui ne pense pas qu'une grande entreprise puisse influencer premièrement les constructeurs et deuxièmement notre gouvernement (et les autres aussi, pas de discrimination quand il s'agit d'empocher des millions).

J'essai de plus en plus de répandre un peu l'idée qu'on peut utiliser autre chose que ce qui est proposé "à la masse". J'aimerai vraiment un réseau social libre et non marchand pour s'opposer au géant actuel (diaspora un jour?) mais ça donne assez l'impression qu'il faut protéger des gens de leurs dérives sur le net, sans même qu'ils le comprennent.
Autant dire que ceux qui, comme moi, cherchent à ne pas dépendre du bon vouloir d'une entreprise en matière de respect de la vie privée, restent incompris du plus grand nombre.
Avatar de kamui57 INpactienne
kamui57 Le samedi 21 avril 2012 à 10:14:57
Inscrite le vendredi 13 janvier 12 - 209 commentaires
J'essaie de ne plus utiliser google, mais c'est dur. J'ai fermé mon compte youtube, si maintenant je veux publier des vidéos, je les mettrai sur stagevu ou videobin (j'ai cherché des services où on peut télécharger la vidéo sans avoir besoin de plugin)

Concernant le mail, j'ai encore une adresse yahoo mais je passe à mailoo.org quand c'est possible.

Concernant Facebook, j'y suis malheureusement (mais sous pseudo) car ya des *** qui font des évènements facebook au lieu de faire ça sur un site web. Et j'y utilise un navigateur différent (Opéra) (fidèle à Firefox pour le reste)

Concernant Twitter, j'y suis sous pseudo, j'ai un compte identi.ca aussi mais ça fait longtemps que je ne m'y suis pas connectée. Ses positions (à part la vente de twitts) m'ont l'air plus respectueuses que FB.

Concernant M$, j'ai Archlinux (et un W7 en double boot pas démarré depuis… euh… longtemps). Je me renseigne actuellement sur les alternatives à WLM/vidéo (un proche part en Allemagne, et faut pouvoir communiquer entre des PCs avec webcam et chat texte, et éventuellement micro, j'ai trouvé un chat web php basique, Skype c'est du M$, ekiga ? évidemment les gens de mon entourage ne voient pas de pb à utiliser du M$, même si les conversations passent par les serveurs de M$, et j'ai peur de leurs réactions lorsque je vais leur proposer une alternative)

Il y a 125 commentaires

;