S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

La France Forte à la France Libre, l'équipe Sarkozy répond à Candidats.fr

Ne pas s’interdire d’étudier

Comme pour 2007, Nicolas Sarkozy aura attendu le dernier moment pour rendre ses réponses aux questionnaires de Candidats.fr. Après Éva Joly, Nicolas Dupont Aignan, Jean-Luc Mélenchon, François Bayrou et Fleur Pellerin (pour François Hollande), c’est cette fois Guillaume Lambert, directeur de campagne du candidat UMP, qui a répondu aux 131 pages du questionnaire 2012.

Candidats.fr nicolas sarkozy

Les quatre pages de sa réponse survolent les points soulevés par l’initiative soucieuse du libre, évitant l’aiguillon des DRM, d’ACTA, d’IPRED ou des brevets logiciels.

« Depuis cinq ans, Nicolas Sarkozy a identifié le logiciel libre comme un axe stratégique du développement du secteur numérique en France » sussurre le représentant de Nicolas Sarkozy aux oreilles de Candidats.fr. Il a « la certitude que, sans le logiciel libre le numérique ne se serait pas développé aussi rapidement » ou encore qu’ « il est essentiel d’encourager les standards ouverts et interopérables. »

La lettre est accompagnée d'une petite liste d’investissement dans le secteur, par exemple dans le cloud, les administrations, ou avec le projet « Open Widget » qui a reçu une enveloppe étatique de 1,2 million d’euros pour cette « solution de télévision interactive compatible avec la TNT et la télévision sur IP ». Un projet libre « va contribuer à l’essor de la télévision interactive en France » anticipe l’équipe de la France Forte.

Sur l’opposition Propriétaire vs Libre, Nicolas Sarkozy préfère entrevoir une belle « complémentarité » entre ces deux univers. Il ne précise cependant pas en quoi les DRM et la loi DADVSI, qui englue notamment le projet libre VLC, ou le déploiement du brevet logiciel vont contribuer à pacifier, fleurir et parfumer ces rapports. « La valorisation et la défense de la propriété intellectuelle ne s’opposent (pas) au logiciel libre » préfère affirmer l'équipe du candidat.

Pour la vente liée, il souligne à raison que l’Europe refuse d’interdire par principe le couplage OS et PC. « On ne peut pas interdire la vente liée, mais on peut proposer le choix pour l’installation du logiciel libre » affirme aujourd’hui l'entourage du président sortant. « C’est une question qu’il ne faut pas s’interdire d’étudier. »
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 20/04/2012 à 14:16

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 43 commentaires

Avatar de dualboot INpactien
dualboot Le vendredi 20 avril 2012 à 14:25:49
Inscrit le lundi 30 novembre 09 - 1046 commentaires
C’est une question qu’il ne faut pas s’interdire d’étudier.

Ouais bah étudier une question d'ordre politique cela se bien avant le scrutin. Toujours pareil, "Voter pour nous et on verra après".
Avatar de yvan INpactien
yvan Le vendredi 20 avril 2012 à 14:30:40
Inscrit le mardi 21 janvier 03 - 8139 commentaires
Ils savent que sur ces points ils sont faibles... passons.

Ce qui est étonnant c'est que ce ne soit pas Nathalie Kosciusko Morisset qui ait répondu sur ce sujet.
Avatar de Beautiful_Loser INpactien
Beautiful_Loser Le vendredi 20 avril 2012 à 14:31:25
Inscrit le vendredi 24 novembre 06 - 180 commentaires
Osef dans 17 jours il est plus là
Avatar de kane13 INpactien
kane13 Le vendredi 20 avril 2012 à 14:36:44
Inscrit le dimanche 22 août 10 - 154 commentaires
Oui bon, ils ont rien fait de concluant sur ce sujet en 5 ans, ils en ont rien eu à foutre et là maintenant qu'on leur pose des questions en fait le logiciel libre c'est génial "mais bon".


Bref, ne pas se faire avoir les gens. C'est plutôt gros quand même.
Avatar de Crysalide INpactien
Crysalide Le vendredi 20 avril 2012 à 14:44:05
Inscrit le mardi 24 mars 09 - 5372 commentaires
La vision de Sarko et sa clique passée et à venir sont nuls sur le sujet. ce que l'on veut pour un futur président, c'est qu'il ait une vision d'avenir sur le sujet: discussion avec l'UE, l'OMC, l'OMPI pour mettre en place la légalisation des échanges non commerciaux de biens culturels sur Internet, licence globale avec droit au public, amélioration des plateformes légales en terme de contenu (catalogue, HD, sous-titrage), encadrement strict des brevets logiciels, encadrement sur l'utilisation des données privées (cas Facebook en Europe), droit à l'oubli numérique etc...

Sarko, pour le moment, c'est 0.

Edité par Crysalide le vendredi 20 avril 2012 à 14:44

Il y a 43 commentaires

;