S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Décès de Jack Tramiel, père du Commodore 64 et de l'Atari ST

Un monstre de l'informatique et du jeu vidéo nous quitte

Un nouveau fondateur qui a marqué l’histoire de l’informatique auprès du grand public vient de nous quitter. Jack Tramiel, le fondateur de la société Commodore, à l’origine des ordinateurs du même nom, et président d’Atari dans les années 80 et 90, nous a quitté dimanche 8 avril dernier aux États-Unis, à l’âge de 83 ans.

Jack Tramiel Commodore Atari
Source : Wikipédia.

Des machines à écrire aux ordinateurs

Né en Pologne en décembre 1928 sous le nom d’Idek Tramielski, Jack Tramiel a émigré en Amérique en 1945. Il fonda la fameuse entreprise Commodore à l’âge de 25 ans. À l’origine nommée Commodore Portable Typewriter et donc dédiée aux machines à écrire. La société évolue les années suivantes, abandonnant les machines à écrire puis les calculatrices, afin de devenir dans les années 70 ce qui nous intéresse, à savoir une entreprise tournée vers l’informatique.

À la fin des années 70, Commodore dévoile au CES de Chicago le PET (Personal Electronic Transactor), un ordinateur basé sur un microprocesseur 8 bits à bas prix nommé MOS Technology 6502. L’ordinateur connaît un petit succès en Europe, mais est néanmoins très vite dépassé par la concurrence, et notamment celle d’Atari (800) et Apple (II), qui offrent des machines dans des gammes de prix et à la puissance assez proches voire similaires, mais dont l’affichage et le design sont supérieurs.

Le Commodore 64 : un succès sans précédent en Europe

Un peu plus tard, en 1982, le mythique Commodore 64 voit le jour et connaît un immense succès, se vendant par million à travers le monde. Armé de 64 Ko de RAM (d’où son nom), cet ordinateur est surtout vendu à un tarif très agressif par rapport à la concurrence, le but de Commodore étant de démocratiser l’informatique.

Commodore 64
Le Commodore 64. Source.

Son rapide succès pousse les développeurs de jeux vidéo à offrir leurs services pour cette machine, au point que des centaines de jeux seront très vite disponibles pour les détenteurs du Commodore 64. D’Arkanoid à Castlevania en passant par les Ultima, les Turican, Test Drive, SilkWorm, Sim City aux Indiana Jones, des jeux ont été développés pendant une bonne décennie pour cette machine qui a envahi bien des foyers.

Plus tard, dans les années 80 et 90, Commodore a développé d’autres machines comme le Commodore 128 (en 1985), ou encore les fameux Amiga 500, 1000, 2000, 3000, 4000, etc. Eux aussi connurent un immense succès en Europe, alors qu’Apple et IBM dominaient plutôt l’Amérique du Nord.

Néanmoins, ces succès ne concernent pas Jack Tramiel. Ce dernier a en effet quitté sa propre société pour fonder en 1984 Tramel Technology, qui racheta Atari à Warner Communications (aujourd’hui Time Warner). Warner avait lui-même racheté Atari, société dédiée aux jeux vidéo, en 1976. Après divers succès dans les années 70, Atari a subi de plein fouet le « crash du jeu vidéo de 1983 » en Amérique du Nord. Warner se sépare ainsi de sa filiale et la cède à Tramiel.

Atari ST
L'Atari ST. Source.

De l'Atari ST au Jaguar

Atari Corporation, son nouveau nom, renouera rapidement avec le succès avec le fameux Atari ST (1985). Un peu plus tard, la console portable Lynx (1989) et la console de maison Jaguar (1993) furent proposées au public, sans cette fois connaître le succès escompté. L’aventure pour Jack Tramiel avec Atari pris cependant fin en 1996, après avoir tenté de prendre du recul en 1995. Cette année là, Tramiel s’éloigna en effet d’Atari, laissant la direction de la société à son fils Sam. Ce dernier eut néanmoins une attaque au cœur, forçant le paternel à reprendre son poste de président. Un an plus tard, en 1996 donc, Atari fut vendu à JT Storage, une société américaine spécialisée dans les disques durs. Jack Tramiel a alors 67 ans.

Que sont devenus Commodore et Atari entre temps ? Aujourd’hui, le nom Commodore n’a pas disparu et vit toujours à travers la société Commodore USA. Cette dernière offre certains produits sous le nom de Commodore et d’Amiga, surfant sur le passé mythique de la firme. Quant à Atari, après avoir été vendu par JT Storage à Hasbro en 1998. Ce même Hasbro fut croqué par le Français Infogrames. Ce dernier changea de nom et utilisa Atari à partir de 2003. Aujourd’hui, Atari n’a donc plus aucun rapport avec Jack Tramiel et n’est donc qu’un éditeur et développeur de jeux vidéo, et non un constructeur de machines.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 10/04/2012 à 16:29

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 75 commentaires

Avatar de DarKCallistO INpactien
DarKCallistO Le mardi 10 avril 2012 à 16:57:13
Inscrit le mardi 11 décembre 07 - 14207 commentaires
Avatar de refuznik INpactien
refuznik Le mardi 10 avril 2012 à 16:57:24
Inscrit le samedi 6 janvier 07 - 1678 commentaires
C'est étrange de quitter sa propre société.
I a dû avoir une raison, mais c'est tout de même étrange.

En tous les cas, un Monsieur qui aura bien vécu et révolutionné lui aussi le monde.

Disons que les dirigeants de commodore avait décidés de se séparer de lui.

C'est l'époque qui veut ça, on en verra encore d'autres passer.

Peek & Poke vont rester orphelins, c'est Sugar qui doit se frotter les mains.

Edité par Refuznik le mardi 10 avril 2012 à 16:57
Avatar de Kostadinov INpactien
Kostadinov Le mardi 10 avril 2012 à 16:57:48
Inscrit le samedi 7 novembre 09 - 3198 commentaires
Atari ST (rien à ajouter)
Avatar de John Shaft INpactien
John Shaft Le mardi 10 avril 2012 à 17:00:03
Inscrit le vendredi 14 janvier 11 - 10374 commentaires
Et hop, 2 heures avec un geek d'époque pour tout savoir du C64 et apprendre un peu de BASIC

Edité par tot0che le vendredi 18 janvier 2013 à 19:33
Avatar de misterB INpactien
misterB Le mardi 10 avril 2012 à 17:02:35
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145903 commentaires
Spectrum Rulez
Avatar de Leer Van Keg INpactien
Leer Van Keg Le mardi 10 avril 2012 à 17:02:53
Inscrit le mardi 13 septembre 11 - 62 commentaires
>10 PRINT "Merci Jack"
>20 PRINT "R.I.P."
>30 END

>RUN

Avatar de dimounet INpactien
dimounet Le mardi 10 avril 2012 à 17:04:12
Inscrit le mardi 6 mai 03 - 1773 commentaires
RIP
Avatar de sioowan INpactien
sioowan Le mardi 10 avril 2012 à 17:03:51
Inscrit le jeudi 23 mars 06 - 3190 commentaires

Il y avait eu un désaccord avec d'autres personnes dans l'entreprise (de mémoire, des potes investisseurs, mais je ne suis pas sûr à 100%). Du coup, il a repris les plans de l'Amiga qui était en cours de création chez Commodore sous le coude, pour en faire une version perso : l'Atari ST.
Du coup ils se ressemblaient pas mal, et ils évoluaient presque en même temps.

Enfin presque, c'est parce que Atari produisait un peu plus vite que les premiers Amiga1200 sont arrivés sans même avoir de HDD dedans, pour pouvoir sortir en même temps.


Oui, mais c'est ça qui est drôle, tu es le créateur et une fois que tu l'as fait grandir, tu n'as plus ton mot à dire. Le conseil, les investisseurs, etc... Sont là pour dire au créateur, le chemin à suivre et si c'est pas sa vision, on le fait quitter sa création.
Je sais, on appelle cela le capitalisme. Mais je ne trouve pas ça moral.

Et oui, merci à Jay Minner ancien de Atari, pour avoir su voir en l'Amiga un renouveau.

Bref, Atari et Commodore, les frères ennemis.
Avatar de Olibois INpactien
Olibois Le mardi 10 avril 2012 à 17:05:59
Inscrit le vendredi 25 janvier 08 - 91 commentaires
Triste nouvelle

Je n'oublierai jamais le jour où mon père est revenu à la maison avec un C64 ... Il ne connaissait rien à l'informatique mais sentait que la révolution était inévitable. En peu de temps on maîtrisait mieux la bête que lui.

Que de souvenirs ! Mes premières lignes de code

10 REM *** MON PREMIER PROGRAMME
20 PRINT "BONJOUR LE MONDE"
30 GOTO 20

Les cassettes: "Turbo" au début pour permettre le chargement des jeux dont il fallait noter le numéro et utiliser FFWD sans s'endormir ! Le nombre de manettes de jeux usées dans les épreuves sportives !

Plus tard la "révolution" du lecteur de disquette plus lourd que l'ordinateur lui-même ! Quel gain de temps pour lancer un jeu !

C'était la séquence nostalgie phibee.gif
Avatar de mr.tux INpactien
mr.tux Le mardi 10 avril 2012 à 17:06:38
Inscrit le samedi 29 juillet 06 - 867 commentaires
J'avais comme certains un Atari 520STF, erf R.I.P.
;