S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : la technologie ne doit pas nous asservir

Il sera une fois

Depuis plusieurs années, notre dépendance à l’électricité est devenue quasi totale. Une simple coupure de courant pendant quelques minutes, et notre monde est chamboulé. À cette forme d’assujettissement s’est rajoutée l’arrivée d’appareils et d’outils quotidiens devenus indispensables pour certains, comme Internet ou encore le smartphone. Et bien d’autres technologies esclavagistes sont actuellement développées, nous enfonçant un peu plus loin encore dans un asservissement mi-accepté mi-subit. Mais cela ne va-t-il pas trop loin ? N’atteindrait-on pas les limites du déraisonnable ?

Nokia brevet
Nokia veut être au plus près de vous.

Une dépendance toujours plus grande

Aujourd’hui, Google (et d’autres) souhaite que votre voiture vous conduise toute seule au lieu souhaité. Nokia, pour sa part, serait bien tenté de vous faire tatouer afin de communiquer avec votre téléphone. Certaines sociétés voire des États pourraient même pousser leurs clients/citoyens à implanter sous leur peau une puce RFID, que ce soit pour des questions pratiques pour les premiers ou de sécurité pour les seconds. Et bien d’autres exemples pourraient être cités.

La philosophie globale, qui n’est pas nouvelle, reste une volonté de tendre vers plus de confort, de rapidité d’exécution, de simplicité, d’une multiplication des usages, voire, plus d’assistanat. Le smartphone en est actuellement le meilleur représentant : toujours plus léger, plus puissant, plus rapide, plus « polytâches » (multi-usages), et plus facile d'utilisation.

Au fur et à mesure que ces produits s’améliorent, nous en devenons logiquement plus tributaires. Il est bien sûr possible de ne pas utiliser d’électricité, ni de regarder la télévision, de jouer aux jeux vidéo, d’utiliser internet et de téléphoner, mais aujourd’hui, réaliser pareil renoncement donne l’impression d’une régression plus qu’autre chose.

À quelques exceptions près, nous tendons par conséquent tous à renforcer, chaque jour un peu plus, nos chaînes reliées à nos boulets technologiques. Cette soumission n’est cependant pas un problème si elle reste consciente. Avoir le recul nécessaire sur cette subordination peut permettre ainsi de réfléchir à une maximisation des outils, et à des moyens de réduire cette dépendance. Cela peut aussi et surtout servir à imaginer des alternatives non technologiques crédibles, capables de contenter notre soif d’information, de « tout tout de suite » et de procrastination caractérisée.

En somme, face à notre fuite en avant vers toujours plus de technologie, peut-être pourrions-nous remettre en cause notre paradigme actuel, celui où la technologie peut avoir réponse à tout, de l’éducation à la lutte contre le terrorisme, en passant par la communication, la santé et bien d’autres thématiques.

Rajoutons à tout ceci l’importance de la différenciation entre la technologie qui permet l’aide au travail, à l’épanouissement personnel, ou tout simplement au divertissement, et la technologie qui attise l’assistanat, la régression intellectuelle comme physique, et par corollaire, une dépendance qui dépasse le cadre du technique et du pratique.

Une auto-soumission dangereuse

Aujourd’hui, ne plus savoir bien écrire au stylo à force de taper au clavier n’est pas dramatique en soi même si très regrettable, tout comme ne plus connaître la façon de plier convenablement un journal papier classique, ne plus savoir comment utiliser une carte routière ou encore se rappeler des numéros de téléphone de nos proches. La technologie, pour des questions de facilité principalement, pourrait cependant avoir des effets pervers, invisibles et indolores de prime abord.

Demain, certains ne sauront peut-être plus conduire par eux-mêmes (pour réduire le nombre d’accidents). Peut-être ne choisiront-ils plus leur nourriture, mais seront fortement « conseillés » par une technologie (pour améliorer leur santé). Peut-être qu’il ne marcheront plus par eux-mêmes, même pour se rendre du foyer à la voiture ou au transport en commun (parce que c’est moins fatiguant). Peut-être devront-ils obligatoirement utiliser leur puce RFID sous-cutanée pour n’importe quelle action, même passer une simple porte (pour leur sécurité).

La technologie doit être au service de l’Homme, saurons nous dire stop lorsqu'elle tendra à devenir son maître ?
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 31/03/2012 à 14:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 119 commentaires

Avatar de WereWindle INpactien
WereWindle Le samedi 31 mars 2012 à 21:25:55
Inscrit le mercredi 2 avril 08 - 5761 commentaires
@W..W..,

As-tu déjà réussi à un utilisateur d'arrêter FB ?

ah... sous cet angle là oui je comprends mieux.
(cela étant dit, je n'ai jamais essayé... je n'ai pas de Facebook mais je n'ai jamais critiqué ceux qui en ont un - juste critiqué qu'ils pleurent si des infos perso fuient ^_^)
Avatar de 2show7 INpactien
2show7 Le samedi 31 mars 2012 à 21:28:51
Inscrit le vendredi 24 juillet 09 - 9724 commentaires


.....et on parle plus facilement d'un Fanboy iMachin qu'autre chose

(et aussi Orange et Free)

Edité par 2show7 le samedi 31 mars 2012 à 21:31
Avatar de huskie INpactien
huskie Le samedi 31 mars 2012 à 21:48:01
Inscrit le mercredi 20 avril 05 - 29925 commentaires
"Allons cultiver notre jardin". Voltaire avait raison!

Voltaire (et Zadig) parlait au sens figuré. Il faut compter sur sa propre réflexion plutôt qu'opter pour le prêt-à-penser (pensée mainstream).
Candide après avoir suivi l'enseignement de Pangloss, se rend compte que le bonheur se construit au quotidien en tenant compte du réel, pas de l'idéologie.

Edité par huskie le samedi 31 mars 2012 à 21:48
Avatar de 2show7 INpactien
2show7 Le samedi 31 mars 2012 à 22:21:50
Inscrit le vendredi 24 juillet 09 - 9724 commentaires

...., se rend compte que le bonheur se construit au quotidien en tenant compte du réel, pas de l'idéologie.


C'est personnel, mais dans ce contexte, le mot quotidien est vaguement trop large, tandis que "(dans) l'instant voulu" me semble plus judicieux pour ressentir le réel (à moins d'être ascète 16h/24 (nager dans le ....)

(avis tout à fait personnel)
Avatar de SebGF INpactien
SebGF Le samedi 31 mars 2012 à 22:22:08
Inscrit le mercredi 16 septembre 09 - 4364 commentaires


Euhhhh, lors de la panne du Grand-Est américain (Canada + US), le réseau RTC est resté en fonctionnement. Itou lors de blackout en cascade entre l'Italie et la France.
Bien sûr, le RTC ne nécessite pas de courant dans les centraux téléphonique (NRA), mais uniquement du courant dans les noeuds périphériques.

Donc, dans le cas du blackout de 2008, le courant est tombé, mais l'interconnexion entre les systèmes et centre de dispatching régionaux italiens, français et allemand pouvaient communiquer grâce au réseau RTC et aux générateurs diesel.

Le paramètre important ici est le temps. Si effectivement, pour le pékin de base, avec un UPC ou un onduleur, on ne tient pas long, là n'est pas le problème. L'essentiel est que les centres névralgiques soient alimenté et puissent communiquer. Pour l'alimentation, il est essentiel d'avoir des générateurs de secours (si eux disparaissaient sous le prétexte que le taux de disponibilité du courant était de 99,999%, là on aurait un gros problème). Pour la communication, cela est déjà réglé car du fait même qu'Internet au contraire d'autre voie de communication conserve ses vieilles routes, les autoroutes (backbones), les nationales (lien optique régionaux) et les chemins de traverses (RTC). Sans compter les réseaux étatiques. Donc en gros, Internet c'est non seulement une résilience forte pour un réseau, mais une démultiplication des réseaux.

Prenons le cas de la route (behhh comparo voiture). Pour faire du délestage, on ne peut plus créé tellement de grand axe (longueur > 100 km) vu le maillage du territoire, mais on peut agrandir le réseau existant. Or en cas de catastrophe (carambolage monstre, Feyzin qui pète etc.), les autres réseaux restent des réseaux de traverse et la situation d'interblocage et de perte de communication est quasi immédiate et se résorbera très lentement.


Pluzun, tout est question de moyens pour pallier à la panne.

De mémoire, lorsque j'étais presta à l'Assedic, l'accueil téléphonique était centralisé au siège de chaque région, même si le service est en lui-même rendu par des agents sur site, le serveur était au siège (je ne me souviens plus si ça a changé depuis la fusion). En cas de panne EDF, le siège était à même de pouvoir faire tourner le serveur et par conséquent continuer de rendre le service pendant 4h grand maximum (soit le temps de mettre en place une procédure d'urgence si EDF ne parvient pas à rétablir à temps).

Par contre un autre client où je suis passé a sous estimé sa capacité de service continu. Des travaux ont sectionné une ligne EDF, y'a eu le défilé d'admins dans les seuls bureaux où des PC étaient sur onduleurs (et non, ceux du personnel ne l'étaient pas ! seul le pilotage était sur onduleur) pour faire des arrêts propres parce qu'au bout d'une heure c'était black out sur les deux salles machines.
Un dizaine de baie de disques, NAS et une vingtaine de serveurs se sont pris la coupure dans la gueule. Ils ont mis deux semaines à rétablir la prod en état nominal.
Avatar de sauterelle_412 INpactien
sauterelle_412 Le samedi 31 mars 2012 à 22:26:43
Inscrit le jeudi 22 juin 06 - 178 commentaires
Nous sommes obligé de manger pour vivre. La nourriture est-elle exclavagiste? La Nature est esclavagiste?
Avatar de pti_pingu INpactien
pti_pingu Le samedi 31 mars 2012 à 22:39:24
Inscrit le jeudi 15 janvier 09 - 9594 commentaires
Nous sommes obligé de manger pour vivre. La nourriture est-elle exclavagiste? La Nature est esclavagiste?


J'sais bien que quand on a faim, on dit que ça creuse, mais pas au point d'avoir recours à une excavatrice mdr2.gif
Avatar de chaton51 INpactien
chaton51 Le samedi 31 mars 2012 à 22:40:05
Inscrit le mercredi 21 juillet 10 - 1587 commentaires

Ôôôôô l'ironie
mais je suis d'accord dans l'ensemble (à cela près que mon point de vu reprend en partie l'article : on subit la techno (côté abrutissant) au lieu de se l'approprier (ce qui violerait d'ailleurs un ou deux brevets, sauf surprise)


d'autant qu'on peut se servir d'une patate ou d'un citron pour alimenter une petit appareil électrique (typiquement une horloge ou un réveil)


j'ai le droit de faire des fautes d'espace, suis sur un portable et dans le noir .... je vais massacrer la touche backspace mdr
Avatar de 2show7 INpactien
2show7 Le samedi 31 mars 2012 à 23:00:17
Inscrit le vendredi 24 juillet 09 - 9724 commentaires
Nous sommes obligé de manger pour vivre. La nourriture est-elle exclavagiste? La Nature est esclavagiste?


Un compromis n'est pas une obligation, mais une routine normale. Tu peux sauter des repas, mais c'est toi qui choisi. On ne t'oblige pas à manger la soupe populaire.
On te paie en liquide, pas en nourriture forcée.

La société te donne plus ou moins gratuitement l'opium du peuple (enregistrement TV, radio, etc) et du jour au lendemain, on vous dit, maintenant, il faut payer tout (enregistrement, vision (streaming), taxe ou redevances supplémentaires).

L'addiction est faite, vous n'avez plus qu'à payer plus

Avec toutes les petites taxes par ci par là, le citoyen n'y verra que du feu

Avatar de denis163 INpactien
denis163 Le dimanche 1 avril 2012 à 00:22:25
Inscrit le mercredi 19 mai 10 - 7 commentaires
Et bien d’autres technologies esclavagistes sont actuellement développées, nous enfonçant un peu plus loin encore dans un asservissement mi-accepté mi-subit.


Que l'asservissement soit subi, peut-être, mais subit certainement pas. icon_mrgreen.gif

Très bon édito, au demeurant.
Pour la petite histoire, la région dans laquelle j'habite a subi (sans T) une panne de courant généralisée à cause d'une tempête de neige, début mars. C'est là qu'on se rend compte à quel point on est dépendant de l'électricité...

Edité par denis163 le dimanche 1 avril 2012 à 00:24
;