S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Apple reversera 45 milliards de $ de son trésor de guerre en trois ans

Jackpot pour les gros actionnaires

Apple a enfin officiellement abordé le cas de son trésor de guerre (de 100 milliards de $) et de ses actions, qui ont atteint un plus haut niveau historique il y a quelques jours de 600 $ l’action. Un programme de rachat d’action et des versements de dividendes seront notamment mis en place. Explications.

Apple Morguefile
Source : Morguefile.

Les actionnaires enfin récompensés

Depuis de nombreuses années, Apple réalise des bénéfices colossaux. La plupart des entreprises dans le même cas répartissent ces bénéfices de la façon suivante : une partie pour les actionnaires (sous forme de dividendes), une partie pour les employés, et une partie gardée de côté, ce que l’on appelle le trésor de guerre. Ce dernier a généralement pour but de racheter des entreprises dans le futur, sans avoir besoin de chercher un financement extérieur.

Apple n’est cependant pas dans cette configuration. Ces dernières années, seul le trésor de guerre a été alimenté. Résultat, la Pomme a accumulé au fur et à mesure près de 100 milliards de $ de cash. Une somme astronomique qui lui permettrait de racheter n’importe quelle société high tech, hormis quelques géants comme Microsoft, IBM, Google, ou encore Cisco. Mais même une entreprise comme Hewlett-Packard n’est valorisée aujourd’hui qu’à 48 milliards de $.

Après de longues années sans aucune redistribution, hormis bien sûr aux employés via certains programmes, la Pomme vient à l’instant de s’adresser à ses actionnaires. Et les nouvelles sont importantes. La principale actualité se porte tout d’abord sur les dividendes. Apple versera ainsi 2,65 $ action chaque trimestre aux actionnaires à partir du troisième trimestre 2012. À cela se rajoute un programme de rachat d’actions de 10 milliards de $, qui débutera pour sa part lors du dernier trimestre de l’année. De quoi valoriser un peu plus encore l’action d’Apple (en savoir plus).

Vers des acquisitions importantes ?

Au total, Apple utilisera pas moins de 45 milliards de $ de son trésor de guerre d’ici 2015. Selon la firme américaine, une certaine somme sera aussi allouée à la Recherche & Développement, mais aussi à des acquisitions (non précisées), ou encore à l’ouverture de nouveaux Apple Store physiques.

« Même avec ces investissements, nous pouvons maintenir un trésor de guerre en cas d’opportunités stratégiques et nous avons beaucoup d'argent pour faire fonctionner notre entreprise. Nous allons donc engager un programme de rachat d'actions et de versements de dividendes » a résumé Tim Cook, l’actuel PDG d’Apple.

Rappelons tout de même que lors de ces trois prochaines années, le créateur des Mac, de l’iPod, de l’iPhone et de l’iPad devrait générer encore des dizaines de milliards de cash. Au final, d’ici 2015, il ne serait pas étonnant que son trésor de guerre soit assez proche de celui d’aujourd’hui.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 19/03/2012 à 15:13

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 145 commentaires

Avatar de Tiebor INpactien
Tiebor Le mardi 20 mars 2012 à 08:38:48
Inscrit le vendredi 10 juillet 09 - 975 commentaires

Et pour en finir avec Rawls, celui-ci est un "liberal" au sens américain du terme, ce qui en fait signifie gauchiste, tout comme "conservative" signifie de droite.

Etre liberal aux US signifie être plutôt "de gauche" par rapport à l'échiquier US, mais bien de droit par rapport à l'axe G/D français...
Avatar de spidermoon INpactien
spidermoon Le mardi 20 mars 2012 à 12:06:55
Inscrit le mercredi 17 mai 06 - 1251 commentaires
Et combien pour les ouvriers de foxconn ?


Un bol de riz en plus par semaine, faut pas non plus les habituer au luxe
Avatar de Alucard63 INpactien
Alucard63 Le mardi 20 mars 2012 à 12:38:54
Inscrit le mardi 7 mars 06 - 8313 commentaires

Etre liberal aux US signifie être plutôt "de gauche" par rapport à l'échiquier US, mais bien de droit par rapport à l'axe G/D français...



Etre de libéral( de gauche ) aux états unis ça veut dire être plus à droite( économiquement parlant ) que la droite Française même.

Edité par Alucard63 le mardi 20 mars 2012 à 12:39
Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le mardi 20 mars 2012 à 14:15:44
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8272 commentaires

Etre liberal aux US signifie être plutôt "de gauche" par rapport à l'échiquier US, mais bien de droit par rapport à l'axe G/D français...

Nonon, ça signifie gauchiste, tout court.
Un socialiste américain sera considéré de "liberal". Quant à l'échiquier politique, celui est évolutif.
Les démocrates, par exemple, sont plus à gauche actuellement que durant les années 90, où ils furent plus à droite que durant les années 70…

Maintenant, est-ce la gauche américaine qui est de droite ou la droite française qui est de gauche ?
Vu le caractère marginal de l'échiquier français, on dira que la droite française est de gauche.
Avatar de Tiebor INpactien
Tiebor Le mardi 20 mars 2012 à 17:31:29
Inscrit le vendredi 10 juillet 09 - 975 commentaires
C'est marrant comme tu t'offusques que j'émette, une fois, l'hypothèse que, peut-être, tu pourrais être qualifié d'ultralibéral et qu'en même temps tu t'obstines à qualifier à tout bout de champ les gens plus à gauche que toi de "gauchistes".


Par ailleurs, je me doutais de ces remarques sur droite et gauche, mais faut arrêter d'épiloguer: comme tu le dis ces termes sont très évolutifs, et ne sont pas transposables d'un pays à l'autre. Rien qu'en France, de nombreux thèmes sont passés au cours de l'histoire d'un côté puis de l'autre de l'axe gauche droite (ex: la liberté d'entreprendre, la laïcité...) et beaucoup de thèmes divisent la droite et la gauche en leur propre camp. (Le Pen et Mélenchon sont parfois diamétralement opposés, et parfois très proches). Les politistes eux mêmes dissertent pendant des heures pour savoir si le clivage gauche/droite est encore pertinent.
;