S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Ebooks : TEA joue la carte de l'ouverture open source

Avec déjà le soutien de grands noms français

En termes de livres électroniques, il est difficile de résister à certains rouleaux compresseurs du domaine, tels qu’Amazon et dans une moindre mesure Apple. Le Kindle du premier est un vrai succès même si l'offre française peine à se développer. Mais certains, à l’instar de la FNAC, veulent proposer des alternatives. Une nouvelle vient d’ailleurs de voir le jour : TEA, pour « The Ebook Alternative ».

La TEA est franco-française et est soutenue par les librairies Decitre, Cultura, l’ENS de Lyon, Rueducommerce et Smile, une société de services. Son point le plus distinctif est qu’il s’agit d’une plateforme open source pour les livres électroniques. Pourquoi open source ? Pour bénéficier d’une totale transparence et pour être les premiers à offrir des ebooks à large échelle tout en permettant à l’utilisateur de les utiliser sur tous les supports.

tea

Cette indépendance de la plateforme, aussi bien logicielle que matérielle, est à l’opposée des offres comme celles d’Amazon et Apple. Les éditeurs peuvent y déverser leur catalogue et l’initiative a déjà signé notamment avec La Martinière, Flammarion, Gallimard ou encore Editis. Comme le précise Le Monde, des négociations sont en cours avec Hachette. De grands éditeurs qui devraient garantir, dès le lancement de TEA le 4 avril un catalogue assez étoffé. À noter que le projet est sponsorisé puisque le Centre National du livre a fourni 100 000 euros pour aider à son développement.

Le grand objectif de la TEA est de permettre aux utilisateurs de « lire, manipuler et commenter les livres numériques où il veut, quand il veut et comme il veut, indépendamment du distributeur et du matériel de lecture ». Cette volonté se décompose en deux mouvements distincts. Premièrement, des éditeurs et plateformes indépendants pourront rejoindre l’initiative et ainsi étoffer le catalogue de base.

Deuxièmement, et c’est le plus important, elle doit autoriser les lecteurs à utiliser leurs ebooks sur toutes les plateformes. Dans un premier temps, une application sera disponible pour la liseuse Bookeen du français Cybook, basée sur Android. La plateforme de Google se verra généralisée par la suite. En juin, iOS et Kobo (FNAC) seront à leur tour concernés. Le Monde précise que rien n’empêche techniquement la tablette Kindle Fire, elle-même basée sur Android, de recevoir par la suite une application. Elle n’est cependant pas encore disponible en France.

The Ebook Alternative veut donc jouer la carte de la rupture en étant la première et la seule à s’adresser « à tous les acteurs de la chaîne du livre, et interopérable tant pour les lecteurs que les diffuseurs sur l’ensemble des supports et formats de lecture disponibles ». Une ouverture qui se caractérisera notamment par une remise des libraires au premier plan puisqu’ils pourront vendre des tablettes à leurs clients.

Notez en outre que si tout se passe en France actuellement, l’initiative prévoit déjà une expansion dans le reste de l’Europe, à commencer par l’Espagne et le Portugal.

Ceux qui souhaitent en savoir davantage pourront se rendre sur le site officiel, ou encore sur le site du Figaro qui a réalisé une interview de Guillaume Decitre, PDG de Decitre, fondateur et président de TEA. On lira notamment le Manifeste résumant les grands buts de l'initiative.
Source : TEA
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 13/03/2012 à 19:28

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 13 commentaires

Avatar de Ricard INpactien
Ricard Le mardi 13 mars 2012 à 19:52:08
Inscrit le mercredi 12 avril 06 - 40928 commentaires
Cool. Bien sympa en tout cas.
Avatar de supercolino INpactien
supercolino Le mardi 13 mars 2012 à 20:02:36
Inscrit le mardi 15 août 06 - 252 commentaires
Mais le format epub ne fait pas déjà tout ça ? Sans doute non, sinon ils n'auraient pas lancé cette initiative. Mais du coup je me demande en quoi c'est différent.

Edith on the fly : C'est pas un format, c'est toute une plateforme. Distribution, APIs, tout ça. Rien n'est indiqué sur le format choisi, mais epub serait quand même le choix par défaut.

Edité par supercolino le mardi 13 mars 2012 à 20:03
Avatar de Drepanocytose INpactien
Drepanocytose Le mardi 13 mars 2012 à 20:17:44
Inscrit le jeudi 26 mai 11 - 9656 commentaires
Super cool dans le principe.
Espérons juste que les éditeurs en question n'en profiteront pas pour gonfler les prix sous ce prétexte d'Opensource et d'"utilisable partout".

Ne voir nulle part mention des tarifs (ni sur Le Figaro, ni sur Economie Nouvelle ni sur Le Monde) mais lire ca : "....se présente TEA, qui avec 2 millions d’euros investis dans le projet se rémunérera en louant sa plate-forme et en prenant une petite commission sur les ventes de livres", ca laisse un peu sceptique.
Attendons donc de voir.
Avatar de mathieuI INpactien
mathieuI Le mardi 13 mars 2012 à 20:20:15
Inscrit le lundi 9 mars 09 - 845 commentaires
Edith on the fly : C'est pas un format, c'est toute une plateforme. Distribution, APIs, tout ça. Rien n'est indiqué sur le format choisi, mais epub serait quand même le choix par défaut.
C’est clair que pas partir avec de l'epub serait un peu se tirer une balle dans le pied avant le départ, vu que c'est déjà supporté à peu près partout et que le xhtml dedans est lisible partout aussi. (et développer un nouveau format coûte relativement cher aussi)

M'enfin wait&see, quoi.
Avatar de Crysalide INpactien
Crysalide Le mardi 13 mars 2012 à 20:52:18
Inscrit le mardi 24 mars 09 - 5372 commentaires
Ca sent le projet lyonnais (Decitre, ENS Lyon).

Il y a 13 commentaires

;