S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Édito : vols au-dessus d’un nid de pigeons (2)

S'il n'y avait que les forfaits mobiles...

Le marché mobile n’a pas été le seul à connaître des problèmes de concurrence et de marges anormalement élevées ces dernières années. Certains secteurs, ceux des téléviseurs LCD et de la DRAM par exemple ont notamment déjà été épinglés par les autorités de concurrence du monde entier. Mais sans pour autant aller jusqu’à parler de collusion ou d’abus de position dominante, nous avons souhaité profiter de la publication des derniers bilans financiers des grandes entreprises high-tech pour faire un point sur leurs marges nettes. Et il y a de quoi être surpris.

word office 2010
La marge nette sur la suite Office de Microsoft doit faire rêver plus d'une entreprise.

Quelques rappels : nous calculons ici la marge nette de façon très simple, en divisant le bénéfice net par le chiffre d’affaires. Le bénéfice net est l’argent restant à l’entreprise après avoir couvert tous ses différents frais : matières premières, salaires, infrastructures, fournisseurs, distributeurs, partenaires, recherche et développement, etc. Un reliquat qu’elle peut soit mettre de côté (ce que fait Apple) ou partager parmi ses actionnaires. En somme, la marge nette permet de connaître la somme que l’entreprise pourrait facilement retrancher aux prix de ses produits en cas de mauvaises ventes ou d’une concurrence trop forte, sans impacter ses activités et ses autres dépenses. Une somme qui pourrait aussi aller dans les salaires, dans le budget de R&D ou n’importe où ailleurs.

Nous avons calculé la marge nette sur une base de 500 € hors taxe (près de 600 € TTC en France) pour les entreprises suivantes : Microsoft, Apple, Intel, IBM, Hewlett-Packard, Google, Yahoo!, Seagate, Western Digital, Facebook et Amazon.

Cinq petites notes avant de commencer :
  • Le fait que Google, Yahoo! et Facebook ne vendent aucun produit matériel n’est pas un problème en soi. Cela montre aussi quelle est la différence entre leurs rentrées d’argent et leurs différents frais (serveurs, salaires, etc.).
  • Il s’agit ici d’une moyenne, cela ne signifie donc pas que ces marges valent pour tous les produits des sociétés. Pour HP par exemple, ses marges dans le secteur des cartouches d’encre sont différentes des ordinateurs. Vous pouvez aisément deviner quel est le secteur le plus lucratif entre les deux…
  • Les entreprises réalisant des pertes ont été exclues de ce classement. Cela explique l’absence d’AMD par exemple.
  • La présence de Western Digital et Seagate, malgré la crise en Thaïlande, est volontaire. Cela permet de mesurer que le problème de stock n’est justement pas un problème pour tout le monde.
  • Enfin, les marges ci-dessous sont toutes calculées sur le dernier trimestre 2011 des entreprises, sauf pour Hewlett-Packard dont le dernier trimestre fiscal s’est clos le 31 octobre, et Facebook, dont le calcul a été réalisé sur toute l’année 2011.
Marges nettes en % / somme sur 500 € HT (soit 598 € TTC en France hors taxes supplémentaires de type redevance copie privée)
  1. Microsoft : 31,71 % / 188 €
  2. Apple : 28,19 % / 141 €
  3. Facebook : 26,94 % / 134,7 €
  4. Google : 25,6 % / 128 €
  5. Intel : 24,16 % / 122 €
  6. Yahoo! : 22,3 % / 111,5 €
  7. IBM : 18,6 % / 93 €
  8. Seagate : 17,6 % / 88 €
  9. Western Digital : 7,26 % / 36,3 €
  10. Amazon : 1 % / 5 €
  11. HP : 0,62 % / 3,1 €
iphone 4S
Les marges nettes sur l'iPhone 4S ne sont certainement pas faibles.

Quelques remarques ciblées tout d’abord :

Disques durs : si vous vous demandiez qui entre Seagate et Western Digital a le plus souffert des inondations en Thaïlande et a le plus profité de l’inflation de ces derniers mois, vous avez votre réponse.

HP : les coûts liés à l’abandon des produits sous webOS sont ici évidents. En temps normal, les marges d'HP sont en effet largement supérieures, notamment grâce à ses divisions Services, Serveurs et Impressions.

Yahoo! : la firme a beau voir son chiffre d’affaires stagner, il ne demeure pas moins qu’elle réalise des marges loin d’être catastrophiques. Le partenariat avec Microsoft a probablement été réalisé en ce sens, profitant ainsi aux actionnaires. Reste à voir ce que cela donnera à long terme.

Microsoft : la firme de Redmond cache bien son jeu. Elle aussi vivement critiquée pour avoir manqué le marché des tablettes, pour son échec du côté des smartphones et encore pour l’effritement de sa division Windows, la société réalise tout de même des marges nettes moyennes proches des 190 € pour un produit ou un logiciel acheté 600 € TTC… Les marges sur une suite Office ou une licence Windows doivent être non négligeables.

Apple : la retrouver en seconde position de ce classement n’est guère étonnant. Si sa marge nette moyenne était transposée à l’iPhone 4S, vendu sur son site à 629 € TTC, soit 523 € HT, nous obtenons une marge nette de 147,4 €. Sans cette marge, donc sans pour autant qu’Apple ne soit perdant, ce dernier pourrait ainsi vendre son iPhone 4S à 375 € HT, soit 448,5 € TTC. Mais cette logique ne vaut qu’en cas d’application de la marge nette moyenne d’Apple. Elle peut tout aussi bien être supérieure qu’inférieure pour l’iPhone 4S.

Intel : dans le même ordre d’idée, la société Intel n’est guère à plaindre. Toujours avec sa marge nette moyenne de 24,16 %, nous obtenons pour un Xeon X5660 à 1160 € TTC chez Matériel.net, soit 969,9 € HT, une belle marge nette de 234 €. Et il n’est pas impossible que sur ce type de processeur, la marge soit bien supérieure…

Les rois de la pub : Google et Facebook génèrent la quasi-intégralité de leurs revenus avec la publicité. Leurs principaux frais ne sont donc pas de la fabrication de matériel, mais les salaires, les (très nombreux) serveurs et la bande passante qui va avec, les infrastructures, les partenaires, etc. À l’instar des logiciels (i.e. Microsoft), réaliser de belles marges est donc « facile ». Voir de telles marges nettes devrait cependant faire réfléchir les sociétés investissant leur budget marketing chez Google et Facebook.

Amazon : enfin, la célèbre librairie en ligne figure en queue du classement avec HP pour plusieurs bonnes raisons. Tout d’abord, du fait de l’augmentation fulgurante de son nombre d’employés en 2011 (+22 500 en un an, soit +66,7 %) et donc de sa masse salariale. Une hausse importante de ses coûts de livraison et des marges très faibles, voire nulles, sur les derniers Kindle, et notamment sa tablette Android Kindle Fire. Ses marges nettes, en temps normal, sont bien supérieures à ce pauvre pourcent. La firme espère cependant que les utilisateurs du Kindle Fire achèteront du contenu via cette dernière.

Globalement, hors choix stratégique unique (cas HP) ou catastrophe naturelle (cas Western Digital), les marges réalisées par les fabricants de matériels, de logiciels, de services ou spécialistes d'Internet, sont particulièrement confortables. Les actionnaires de ces sociétés peuvent se frotter les mains.

Certaines entreprises, comme Microsoft ou Yahoo!, peuvent avoir des marges surprenantes au regard de leur situation, et pourtant, elles restent solides. Quant à Facebook, ses fortes marges sont à tempérer. En effet, il s'agit de son propre bilan ; or la SEC pourrait bien le réviser. Des modifications sont donc possibles, ce qui pourrait impacter sa marge nette.

Au final, nous pouvons constater que certains secteurs manquent cruellement d'une concurrence saine et de pression sur les prix. Car, rappelons-le de nouveau, nous ne parlons pas ici des marges brutes, mais bien des marges nettes. Ainsi, en aucun cas une réduction de ces dernières ne mettrait ces entreprises en danger. Seuls les actionnaires seraient éventuellement perdants, et le trésor de guerre se gonflerait moins rapidement...
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 04/02/2012 à 08:00

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 106 commentaires

Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le samedi 4 février 2012 à 08:18:03
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19556 commentaires
La firme (Amazon) espère cependant que les utilisateurs du Kindle Fire achèteront du contenu via cette dernière.


C'est une stratégie risquée non ? Si le client se fournit ailleurs.

Pour Microsoft, cela inclut la division jeux vidéo je suppose ?

Est-ce qu'on pourrait avoir les chiffres de Nintendo et Sony ?

Edit :

Nous avons calculé la marge nette sur une base de 500 € hors taxe (près de 600 € TTC en France)

(...)

Marges nettes en % / somme sur 500 € HT (soit 598 € TTC en France hors taxes supplémentaires de type redevance copie privée)


Il est trop fort Nil, il actualise les actus en temps réel avec le cours de l'euro

Edité par jarodd le samedi 4 février 2012 à 08:14
Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le samedi 4 février 2012 à 08:13:36
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19556 commentaires
(doublon)

Edité par jarodd le samedi 4 février 2012 à 08:14
Avatar de abitbool INpactien
abitbool Le samedi 4 février 2012 à 08:20:57
Inscrit le vendredi 17 juillet 09 - 1607 commentaires
Je travaille pour une (très) grosse entreprise qui fait du matériel assez pointu et cher (rien à voir avec l'informatique) et les prix sont multiplié par 3 entre le coût de fabrication (hors r&d, marketing &co) et celui de vente !
Avatar de Seth-Erminatores INpactien
Seth-Erminatores Le samedi 4 février 2012 à 08:23:48
Inscrit le dimanche 13 novembre 05 - 8214 commentaires
Moi ce qui va me faire rire c'est comment ceux qui traitent aujourd'hui les gens de pigeons vont réagir en lisant cette news dd.gif
Avatar de SebGF INpactien
SebGF Le samedi 4 février 2012 à 08:33:12
Inscrit le mercredi 16 septembre 09 - 4364 commentaires
Je travaille pour une (très) grosse entreprise qui fait du matériel assez pointu et cher (rien à voir avec l'informatique) et les prix sont multiplié par 3 entre le coût de fabrication (hors r&d, marketing &co) et celui de vente !


C'est du matériel qui se vend en grand nombre ou bien le potentiel de clients est limité ?
Ca influe aussi dans la balance, comme le matériel médical qui est par exemple très coûteux mais destiné à un panel très spécifique de clients. Le fabricant doit donc vendre cher pour être rentable.

Y'a pas mal d'autres exemples comme ça, genre le matériel audio visuel, le matériel d'usinage, le matériel de fabrication (imprimantes 3D, toussa), les joints d'étanchéité d'aération de climatiseur de morgue...

Il y a 106 commentaires

;