S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

One Pass : Google fait payer son retard à la presse française

One Pass ou on passe pas ?

Afin d’être moins dépendante de la publicité et de s’assurer de nouveaux revenus, une partie de la presse française* s’est alliée avec Google en novembre dernier afin d’exploiter son service One Pass (Pass Média en français). Seul hic, le lancement prévu pour demain a finalement été reporté par Google. Selon L’Express, Google souhaite en effet améliorer son système de paiement. Un retard qui pourrait pousser la presse française, en mal de monétisation, à regarder du côté de la concurrence…


Dévoilé au début de l’année 2011, One Pass est un système de paiement dédié à la presse afin de monétiser leurs articles. Il permet de surcroit à l’acheteur de lire les articles sur diverses plateformes (ordinateur, mobile, etc.).

L'incertitude de Google

Plusieurs organes de presse à travers le monde se sont déjà alliés à Google depuis l’an passé. En France, le groupement d’intérêt économique (GIE) ePresse a pour sa part passé un accord avec le géant du web il y a près de trois mois dans le but de mieux vendre leurs contenus. Mais le top départ, fixé à demain, n’aura finalement pas lieu.

« Nous avons écouté les retours de nos utilisateurs et de nos partenaires et nous avons décidé de modifier One Pass, qui était en version bêta, confiné à quelques éditeurs dans le monde » a ainsi expliqué à l’Express Madhav Chinnappa, le responsable Europe et Moyen-Orient pour Google Actualités. « Mais je ne peux pas vous donner les détails du nouveau projet, ni quand cela surviendra. Il arrive que nous ne tenions pas nos délais. Nous communiquerons en temps utile. »

Remplacer One Pass par AlloPass ou Cleeng ?

Non seulement Google retarde la conférence du 1er février, mais il ne précise de plus pas quand elle pourra être tenue à l’avenir. Une incertitude qui pourrait pousser le GIE ePresse à se tourner vers la concurrence. L’Express cite notamment AlloPass de Hi-Media (récent acheteur de La Tribune) et Cleeng.

S’allier à Apple n’est par contre pas à l’ordre du jour, le partenariat avec Google ayant été mis en place justement pour contrer l’offre de la Pomme et ses conditions parfois gênantes. Google prélève ainsi une commission de 10 % sur les ventes, contre 30 % pour Apple. Une différence non négligeable, d’autant plus qu’Apple impose ses tarifs.

Ce couac de Google pourrait néanmoins tout chambouler. Les membres du GIE ePresse devront prendre une décision rapidement s’ils souhaitent mieux monétiser leurs contenus.

*L'Equipe, Le Figaro, Libération, Les Échos, Le Parisien, L'Express, Le Point et Le Nouvel Obs.
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD, aime les interviews insolites et les tablettes tactiles (malgré leurs défauts). Essentiellement présent sur Google+.

Google+

Publiée le 31/01/2012 à 17:50

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 38 commentaires

Avatar de ngcubeur INpactien
ngcubeur Le mardi 31 janvier 2012 à 17:54:51
Inscrit le lundi 5 mai 03 - 4453 commentaires
En tout cas, c'est pas de la presse que je m'empresserai de lire...
Avatar de atomusk Modérateur
atomusk Le mardi 31 janvier 2012 à 17:57:04
Inscrit le mardi 20 juillet 04 - 21745 commentaires
Pas serieux de la part de Google.

Par contre il semble que le coup des 30% pris par Apple, c'est US only.

CanardPC parlais clairement de 40%

« Apple prend 40% (les 30% c’est juste pour les américains, dans toutes les autres monnaies c’est plus). »


quelqu'un a confirmation ?
Avatar de Malesendou INpactien
Malesendou Le mardi 31 janvier 2012 à 18:11:40
Inscrit le vendredi 21 mai 10 - 6046 commentaires
Pas serieux de la part de Google.

Par contre il semble que le coup des 30% pris par Apple, c'est US only.

CanardPC parlais clairement de 40%



quelqu'un a confirmation ?



Ceci dit, c'est un faux problème.

Au final, les éditeurs veulent vendre cher avec peu de prélèvement alors que Apple veut vendre pas cher en prélevant beaucoup.

La vraie question est, qui possède le plus fort potentiel de vente... Et la, je crois bien qu'il s'agit d'Apple...

Edité par Malesendou le mardi 31 janvier 2012 à 18:16
Avatar de atomusk Modérateur
atomusk Le mardi 31 janvier 2012 à 18:25:55
Inscrit le mardi 20 juillet 04 - 21745 commentaires



Ceci dit, c'est un faux problème.

Au final, les éditeurs veulent vendre cher avec peu de prélèvement alors que Apple veut vendre pas cher en prélevant beaucoup.

La vraie question est, qui possède le plus fort potentiel de vente... Et la, je crois bien qu'il s'agit d'Apple...


Je dis pas le contraire (et c'est clair que c'est aussi la conclusion de l'article), maintenant, il semble clair que le chiffre de 30% des faux, c'est tout ce que je dit

Avatar de wagaf INpactien
wagaf Le mardi 31 janvier 2012 à 19:45:42
Inscrit le lundi 15 mai 06 - 1774 commentaires



Ceci dit, c'est un faux problème.

Au final, les éditeurs veulent vendre cher avec peu de prélèvement alors que Apple veut vendre pas cher en prélevant beaucoup.

La vraie question est, qui possède le plus fort potentiel de vente... Et la, je crois bien qu'il s'agit d'Apple...

Tu mélanges deux paramètres. Pour un même prix de vente ou modèle commercial, les journaux gagnent plus en filant 10% que 30% à un tiers.

Il y a 38 commentaires

;