S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le lancement mondial de l'IPv6 commencera le 6 juin 2012

Il faut lancer, mais surtout continuer

ipv6L’IPv6 est un protocole dont on parle depuis de nombreuses années. Sa grande mission est de prendre la relève de l’actuelle IPv4 qui ne permet qu’un nombre limité d’adresses IP uniques. On prédit son arrivée depuis longtemps mais c'est bien cette année que le grand chambardement va commencer, le 6 juin plus exactement.

On se souvient que l’année dernière, le World IPv6 Day a permis à de nombreuses sociétés de tester leurs infrastructures. L’expérience s’était globalement bien passée tout en mettant en lumière les éventuelles faiblesses et soucis rencontrés. Car il faut dire que si l’IPv6 a un peu plus de 13 ans, la difficulté de sa mise en place vient des équipements qui ne sont pas forcément à jour. Or, IPv6 n’est pas rétro-compatible, ce qui demande un luxe de précautions.

Le World IPv6 Launch Day

Aussi l’annonce par de grandes sociétés d’une date officielle pour le déploiement d’IPv6 est une étape historique. Le 6 juin 2012 marquera donc le World IPv6 Launch Day qui se veut un mouvement réunissant des entreprises ayant un rôle très actif sur Internet. Il peut s’agir d’équipementiers comme de sociétés éditant du logiciel. On trouve ainsi Comcast, Google, Microsoft, Yahoo, Cisco, D-Link, Facebook, Time Warner Cable, AT&T, Internode et un français dont on parle beaucoup actuellement : Free, représentant unique des opérateurs/FAI de l’Hexagone.

Mais que va-t-il se passer au juste le 6 juin ? Les entreprises participant au World IPv6 Launch vont activer le protocole IPv6 sur leurs infrastructures. Cela signifie pour les fournisseurs de services que toutes les adresses deviendront compatibles, et pour les équipementiers que matériels seront prêts. Cela signifie également pour des sociétés comme Cisco et D-Link une préparation du terrain via notamment des mises à jour des routeurs et autres.

Une transition en théorie transparente

Et pour les utilisateurs ? Dans la très grande majorité des cas, il ne se passera rien de particulier. Ils continueront à se rendre sur les sites web de manière transparente. Les serveurs DNS feront simplement la traduction et la connexion IPv6 sera exploitée lorsqu’elle sera disponible. Autrement dit, pour exploiter un site émettant en IPv6, il faudra que sa connexion le gère. C’est le cas par exemple chez Free, SFR et Orange (uniquement Business par contre), mais pas chez Bouygues ou Numericable.

Les avantages de l’IPv6 ne seront également pas très clairs pour les usagers. La plupart du temps, ils ne noteront aucun bénéfice. Pour les développeurs et concepteurs de services, la situation sera très différente. Chaque appareil peut être accompagné d’une adresse unique puisque l’IPv6 peut attribuer en théorie plus de 667 777 adresses uniques par millimètre carré de surface terrestre. Les perspectives principales sont donc une hyper-connectivité des équipements, une plus grande sécurité (IPSec) et l’obsolescence des solutions tentant de gérer au mieux les adresses IPv4 restantes.

Il ne s’agira en revanche que d’un début, et il faudra que cette date, même si elle sera cruciale, soit suivie d’un prolongement du mouvement.
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 18/01/2012 à 15:44

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 85 commentaires

Avatar de Zius INpactien
Zius Le mercredi 18 janvier 2012 à 22:55:40
Inscrit le lundi 30 mars 09 - 201 commentaires


PS: contrepétrie proof.


dix.gif
Avatar de Commentaire_supprime INpactien
Commentaire_supprime Le mercredi 18 janvier 2012 à 23:59:29
Inscrit le vendredi 31 octobre 08 - 27163 commentaires

Ils couperont tout le bloc IP v6 de l'abonné, stoo.



Si tout le monde fait ça avec un beau IP = random (plage), ça leur fera quel volume de données à vérifier ?

C'est là-dessus qu'il faut jouer, rendre leur méthode inutilisable par flood. s'il leur faut 5 ans pour trouver une plage d'IPv6 au lieu de 5 minutes pour identifier une IPv4, j'ai quelques doutes sur la pérennité de leur business model...
Avatar de Bashy INpactien
Bashy Le jeudi 19 janvier 2012 à 00:08:03
Inscrit le dimanche 11 décembre 05 - 71 commentaires
Ce n'est pas un hasard, c'est 6 ans après la fin du 6bone.
Avatar de snowers INpactien
snowers Le jeudi 19 janvier 2012 à 01:22:11
Inscrit le vendredi 14 septembre 07 - 767 commentaires

Les recommandations officielles c'est au moins un /56 pour les utilisateurs finaux, avant on recommandais même un /48 !

Ouais enfin, c'est comme en 40, on donne des paquets de XX millions d'adresses "c'est bon, on a de la marge" et après on se retrouve comme des cons en galère

Edité par snowers le jeudi 19 janvier 2012 à 01:22
Avatar de earendil_fr INpactien
earendil_fr Le jeudi 19 janvier 2012 à 08:39:02
Inscrit le jeudi 26 juillet 07 - 197 commentaires
Voilà le nombre de plage suivant le préfixe annoncé à l'utilisateur final :
  • 1,40737488355327 × 1014 (140 737 488 355 327) plages en /48
  • 3,6028797018963967 × 1016 (36 028 797 018 963 967) plages en /56
  • 9,223372036854775807 × 1018 (9 223 372 036 854 775 807) plages en /64


Tu noteras que même avec du /48, on a plus que de la marge sur la population terrestre.

Donc en effet, j'aimerais juste qu'il respect la recommandation officiel et qu'il me refourgue un /56.
En attendant, j'ai mon /56 via mon tunnel chez Hurricane Electric.


Avatar de Edtech INpactien
Edtech Le jeudi 19 janvier 2012 à 09:03:01
Inscrit le mardi 17 octobre 06 - 3725 commentaires
Voilà le nombre de plage suivant le préfixe annoncé à l'utilisateur final :
  • 1,40737488355327 × 1014 (140 737 488 355 327) plages en /48
  • 3,6028797018963967 × 1016 (36 028 797 018 963 967) plages en /56
  • 9,223372036854775807 × 1018 (9 223 372 036 854 775 807) plages en /64


Tu noteras que même avec du /48, on a plus que de la marge sur la population terrestre.

Donc en effet, j'aimerais juste qu'il respect la recommandation officiel et qu'il me refourgue un /56.
En attendant, j'ai mon /56 via mon tunnel chez Hurricane Electric.




Chez OVH, il est toujours indiqué qu'ils donnent en /128, ce qui me parait peu probale
Pour mon serveur, j'ai un /64, ça suffit largement !

Edité par edtech le jeudi 19 janvier 2012 à 09:03
Avatar de patos INpactien
patos Le jeudi 19 janvier 2012 à 10:22:05
Inscrit le mercredi 7 novembre 07 - 7121 commentaires


Si tout le monde fait ça avec un beau IP = random (plage), ça leur fera quel volume de données à vérifier ?

C'est là-dessus qu'il faut jouer, rendre leur méthode inutilisable par flood. s'il leur faut 5 ans pour trouver une plage d'IPv6 au lieu de 5 minutes pour identifier une IPv4, j'ai quelques doutes sur la pérennité de leur business model...

Je ferais parti de ceux-là. Je vais utiliser une IPv6 pour chaque instance d'application différente. Je leur souhaite beaucoup de courage.
Avatar de Zergy INpactien
Zergy Le jeudi 19 janvier 2012 à 10:29:12
Inscrit le jeudi 30 juin 05 - 7821 commentaires
Si tout le monde fait ça avec un beau IP = random (plage), ça leur fera quel volume de données à vérifier ?

Ce n'est pas difficile, il suffit d'ajouter une question au FAI :
- A quel bloc cette adresse appartient ?
- A qui ce bloc était attribué à ce moment ?
- Sanction (Tribunal inquisitorial, amende, coupure du net, une nuit d'amour avec Marie-Françoise Marais)

Ça ne change presque rien pour eux.
Avatar de Grunt- INpactien
Grunt- Le jeudi 19 janvier 2012 à 10:45:16
Inscrit le dimanche 7 septembre 08 - 3553 commentaires
Voilà le nombre de plage suivant le préfixe annoncé à l'utilisateur final :
  • 1,40737488355327 × 1014 (140 737 488 355 327) plages en /48
  • 3,6028797018963967 × 1016 (36 028 797 018 963 967) plages en /56
  • 9,223372036854775807 × 1018 (9 223 372 036 854 775 807) plages en /64


Tu noteras que même avec du /48, on a plus que de la marge sur la population terrestre.

Et le problème avec un /64 c'est qu'il n'y a qu'un sous-réseau par abonné. Ça pose par exemple problème pour chaîner le modem-routeur du FAI avec un autre routeur, tout en profitant du RA.
Avatar de Commentaire_supprime INpactien
Commentaire_supprime Le jeudi 19 janvier 2012 à 10:56:20
Inscrit le vendredi 31 octobre 08 - 27163 commentaires

Ce n'est pas difficile, il suffit d'ajouter une question au FAI :
- A quel bloc cette adresse appartient ?
- A qui ce bloc était attribué à ce moment ?
- Sanction (Tribunal inquisitorial, amende, coupure du net, une nuit d'amour avec Marie-Françoise Marais)




Ce genre d'atrocité est interdit par la convention de Genève.

Ça ne change presque rien pour eux.


Presque, juste plusieurs milliards de données à recueillir, vérifier et compiler au lieu d'une seule IPv4 à fliquer pour retrouver la connexion physique à laquelle l'IP a été attribuée. J'ai comme une vague idée que le coût de traitement n'est pas le même...

Edité par commentaire_supprime le jeudi 19 janvier 2012 à 10:57
;