S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le kiosque numérique Relay ne veut plus payer la dîme Apple

30% d'économie

Changement de direction pour l’application Relay, le kiosque numérique qui permet d’acheter en ligne journaux et magazines. Avec la nouvelle version du client sur iPad en V3, le lecteur n’a cependant plus aujourd’hui la possibilité de commander ces contenus dans l’application. Il doit désormais se rendre sur le site relay.com pour passer commande.

apple relay.com kiosque numérique

Cette stratégie permet du coup à l’intermédiaire de sauvegarder ses marges, en évitant la dîme Apple. « Cette contrainte nous permet de maintenir la commercialisation de nos deux forfaits sans intermédiaire supplémentaire et donc sans modification de tarifs » explique Relay dans un mail adressé à ses clients.

La plateforme Apple ponctionne en principe un prélèvement de 30 % des revenus générés sur iTunes (« In App purchase »). Ce prélèvement avait provoqué une levée de boucliers dans la presse qui, en quête de rentabilité, l’estime excessive. En juin 2011, sous la pression, Apple revoyait son appétit : il autorise désormais les éditeurs presse à fixer librement le prix des abonnements et surtout à vendre leur nouveau contenu directement depuis leur application, sans passer par l’App Store. C’est ce que fait aujourd’hui Relay.

Quel intérêt de maintenir le kiosque dans ce contexte ? Simple : Relay assure qu’il reste « une vitrine pratique pour suivre toutes les sorties de magazines et vous permettre de naviguer parmi les couvertures et sommaires ».

Contacté, HDS Digital, qui gère le service de téléchargement de Relay.com, nous explique ce choix : « notre modèle économique ne nous permettait pas de laisser une telle somme à Apple qui n’a pas une valeur ajouté à cette hauteur ». Avec des abonnés redirigés de l’application au site, « on est un peu plus maitre de nos faits et gestes ». D’autres acteurs ont malgré tout accepté de laisser ces 30% à Cupertino. « Ce sont notamment les quotidiens en France, mais avec les modèles se basent souvent à l’achat à l’acte. Or, la problématique de paiement récurent est plus difficile à processer. L’avenir dire s’ils arriveront à tenir la distance entre l’audience web et l’audience appli, pour compenser la perte sur les ventes à l’intérieur de l’appli. Nous, on y croit pas trop ».
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 04/10/2011 à 11:48

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 102 commentaires

Avatar de misterB INpactien
misterB Le mardi 4 octobre 2011 à 15:03:42
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145996 commentaires

Les marges arrières existent, particulièrement avec les petits fournisseurs sur lesquels ils peuvent faire pression.

Mais un fait moins connu, c'est que de nombreux produis sont revendus au prix d'achat, la marge ne provenant que du décalage de payement.

Enfin même Coca paie, les supermarché ont un tres gros pouvoir hélas, surtout pour les petits, j'avoue ne pas plaindre Coca
Avatar de misterB INpactien
misterB Le mardi 4 octobre 2011 à 15:07:55
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145996 commentaires

Comme expliqué plus haut si Apple agissait comme les supermarché il prendrait 2% mais te facturerais la BP, l'affichage sur le site, le trafic, les commentaires et la présence ce qui au final couterait plus cher
Avatar de batoche INpactien
batoche Le mardi 4 octobre 2011 à 15:18:56
Inscrit le lundi 25 décembre 06 - 1996 commentaires
Comme expliqué plus haut si Apple agissait comme les supermarché il prendrait 2% mais te facturerais la BP, l'affichage sur le site, le trafic, les commentaires et la présence ce qui au final couterait plus cher


Du coup, comme ils ne gèrent ni l'hébergement, ni la diffusion des magasines, 30% n'est pas justifié.
Avatar de jb INpactien
jb Le mardi 4 octobre 2011 à 15:19:51
Inscrit le samedi 13 mai 06 - 3717 commentaires
Comme expliqué plus haut si Apple agissait comme les supermarché il prendrait 2% mais te facturerais la BP, l'affichage sur le site, le trafic, les commentaires et la présence ce qui au final couterait plus cher


Arrête. Franchement, tu te fais du mal... Et tu ne convaincs personne. Ce n'est même plus du fanboyisme, ni de la mauvaise foi, à ce niveau là...

Le streaming d'une heure de Vidéo en 3Mbps coûte aux environs de 5¢ sur un CDN... Alors le volume d'une appli ou d'un PDF, c'est négligeable.

30%, c'est inadmissible. 5% à 10% ça pourrait se discuter, à la limite, mais là non.

Edité par jb le mardi 4 octobre 2011 à 15:20
Avatar de atomusk Modérateur
atomusk Le mardi 4 octobre 2011 à 15:23:12
Inscrit le mardi 20 juillet 04 - 21751 commentaires
Comme expliqué plus haut si Apple agissait comme les supermarché il prendrait 2% mais te facturerais la BP, l'affichage sur le site, le trafic, les commentaires et la présence ce qui au final couterait plus cher


Mouais ... la différence étant que pour le coup, ça deviendrait des "frais marketing" qu'une entreprise sera capable "d'intégrer" dans son budget.

Tu veux apparaître dans les featured pendant 24heures ? c'est X% sur ces ventes ...

Je serait loin de dire que ça serait "mieux" (ça dénaturerai le concept des "featured" qui est une excellente idée en le réduisant à une tête de gondole qui serait reservé aux gros studio qui peuvent se le permettre), mais au moins ça laisserai plus de liberté au developpeur de "gerer son budget" et pourrait "chiffrer" le retour sur investissement de cette opération ... un peu comme les applications ponctuellement gratuites pour "booster l'effet bouche à oreille".

Là c'est 30% pour tout le monde, et tu n'as pas de marge de maneuvre marketing ... du coup c'est mal perçu par le gros de se retrouver au coté des petits developpeurs du dimanche (et donne aussi la richesse au market)

Donc pour le coup ... dur de dire quelle serait la meilleure solution ?
Avatar de misterB INpactien
misterB Le mardi 4 octobre 2011 à 15:26:39
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145996 commentaires

Arrête. Franchement, tu te fais du mal... Et tu ne convaincs personne. Ce n'est même plus du fanboyisme, ni de la mauvaise foi, à ce niveau là...

Le streaming d'une heure de Vidéo en 3Mbps coûte aux environs de 5¢ sur un CDN... Alors le volume d'une appli ou d'un PDF, c'est négligeable.

30%, c'est inadmissible. 5% à 10% ça pourrait se discuter, à la limite, mais là non.

Ok je m'excuse au grand prêtre du cone


Je ne parlerais donc plus de ce sujet que je bosse depuis 1 ans pour bien sortir le mag, je vais vous laissez en experts de la question
Avatar de misterB INpactien
misterB Le mardi 4 octobre 2011 à 15:32:21
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145996 commentaires

Mouais ... la différence étant que pour le coup, ça deviendrait des "frais marketing" qu'une entreprise sera capable "d'intégrer" dans son budget.

Tu veux apparaître dans les featured pendant 24heures ? c'est X% sur ces ventes ...

Je serait loin de dire que ça serait "mieux" (ça dénaturerai le concept des "featured" qui est une excellente idée en le réduisant à une tête de gondole qui serait reservé aux gros studio qui peuvent se le permettre), mais au moins ça laisserai plus de liberté au developpeur de "gerer son budget" et pourrait "chiffrer" le retour sur investissement de cette opération ... un peu comme les applications ponctuellement gratuites pour "booster l'effet bouche à oreille".

Là c'est 30% pour tout le monde, et tu n'as pas de marge de maneuvre marketing ... du coup c'est mal perçu par le gros de se retrouver au coté des petits developpeurs du dimanche (et donne aussi la richesse au market)

Donc pour le coup ... dur de dire quelle serait la meilleure solution ?

Oui mais de là a dire que les supermarché te laissent le choix sur la pluspart de ces coup c'est ne pas connaitre ce milieu

Donc oui ils margent peu en apparence mais bcp en réalité

Sur ce le fanboy vous laisse avec les expert de la question
Avatar de PanozPublishingTeam INpactien
PanozPublishingTeam Le mardi 4 octobre 2011 à 15:45:34
Inscrit le vendredi 27 août 10 - 599 commentaires

Euh, je suis pas un grand défenseur de la presse papier, mais un distributeur qui prend 30%, c'est beaucoup...

Et si, en plus, la distribution est juste virtuelle, c'est juste du foutage de gueule...


Tu veux rire ?

1 ) la plupart des groupes de presse vendent abonnements à perte (parce qu'ils peuvent récupérer fichiers clients), voir explication point 2 ^^

2 ) Une belle majorité passe par des prestataires-tiers qui prennent la gestion des abos en charge. Et c'est là le plus drôle : par le passé, certains acceptaient d'y laisser jusqu'à 90% des bénéfices engendrés par les abonnements… en moyenne haute, on est aujourd'hui sur du 50%…

Alexandre Lenoir (maintenant iCreate) s'est fendu de 3 ou 4 billets où il donne les mêmes chiffres (il l'a vu de ses propres yeux) et s'attèle à contre-balancer la version des éditeurs sans pour autant défendre Apple qu'il critique tout autant dans ce problème-là… mais ça soulève quand même le gros problème de business-plan déficient des abos à la base + l'énorme problème des éditeurs de presse qui ne disent quasiment rien sur la problématique de TVA (20.6% en numérique, 2 et quelques en papier…)

Avatar de Huron INpactien
Huron Le mardi 4 octobre 2011 à 15:48:13
Inscrit le mardi 30 mai 06 - 8812 commentaires
Bref ils n'ont plus de fric.
Avatar de ano_635110013168370034 INpactien
ano_635110013168370034 Le mardi 4 octobre 2011 à 16:00:03
Inscrit le mardi 19 juillet 05 - 8330 commentaires

Je ne parlerais donc plus de ce sujet que je bosse depuis 1 ans pour bien sortir le mag, je vais vous laissez en experts de la question


Pas vraiment besoin d'être expert pour comprendre que de toutes façons, et quel que soit le deal, celui qui paye va tout faire pour payer moins, et celui qui touche va tout faire pour toucher plus. Que les 30% qui vont dans la poche d'Apple soient justifiés ou pas, j'en sait rien, j'ai aucune idée des coûts liés à leur plateforme (et je m'en tape). Mais ça me choque pas que certains essayent de les faire sauter d'une manière ou d'une autre, soit par manque de moyen soit par simple radinisme. C'est le marché comme on dit
;