S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Australie : licencié pour avoir insulté une collègue sur Facebook

De chez lui, en dehors des heures de bureau

Peut-on licencier un salarié pour des insultes proférées sur Facebook en dehors des heures de travail ? Oui a estimé la justice australienne. En mai 2010, Damian O'Keefe, salarié de The Good Guys à Townsville, avait posté un message où il traitait sa manager d'incapable suite à une erreur de paye, promettant de s'occuper d'elle dès le lendemain, en des termes fleuris. ("wonders how the fucking work can be so fucking useless and mess up my pay again. C…ts are going down tomorrow.")

salarié facebook licenciement

Il fut ainsi licencié par son employeur, sourd des arguments de ce salarié : le message fut posté depuis son domicile et ses paramètres de confidentialité Facebook étaient réglés au maximum. Insuffisant pour l'employeur : le lien existant entre ce salarié et sa manager justifie la mesure. Autre chose, sur les 70 personnes de son réseau Facebook, le salarié avait 11 collègues de travail.

Le vice-président du tribunal a lui aussi estimé qu'il y avait une faute grave, rejetant la plainte du salarié pour licenciement abusif. "Le fait que les commentaires aient été faits depuis le domicile du salarié en dehors des heures de travail ne fait aucune différence. Les commentaires ont été lus par les collègues de travail et il n'a pas fallu attendre longtemps pour que [la manager] soit informée de ce qui s'était passé. La séparation entre le domicile et le travail est aujourd'hui moins prononcée que dans le passé" (#43 dans la décision disponible en intégralité)

En France, le tribunal des Prud'hommes de Boulogne-Billancourt avait validé le licenciement de salariés qui avaient critiqué leur hiérarchie sur le réseau social, un samedi soir, depuis leur domicile. L'affaire a cependant été frappée d'appel. On pourra relire encore dans nos colonnes, la tribune signée de Me Diane Mullenex et Me Annabelle Richard ou encore cet interview de Nicolas Poirier, juriste d'Overblog.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 18/08/2011 à 16:29

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 119 commentaires

Avatar de RisingForce INpactien
RisingForce Le jeudi 18 août 2011 à 22:48:43
Inscrit le jeudi 19 avril 07 - 2629 commentaires
Y s'est fait virer parce qu'il jouait au pendu ?????

-H.

On se retrouve en salle B4 pour déchiffrer les points dans "c...ts", y'a tout le matériel sur place.

Attention, je suis aussi doué que ceux-là (dernière partie: une lettre pour un file)

Et sans Zorglob en 66, je n'aurais jamais deviné la réponse.
merci.gif
Je me coucherai avec un peu plus de vocabulaire anglais ce soir.

Edit: raté

Edité par RisingForce le jeudi 18 août 2011 à 22:49
Avatar de Zorglob INpactien
Zorglob Le jeudi 18 août 2011 à 23:06:25
Inscrit le mardi 6 juin 06 - 8289 commentaires

garage à bite, ça irait?
Hmmmm... disons... pour continuer avec plaisir à faire es insultes , je dirais bon point concernant la retranscription de la vulgarité assumée... Toutefois, il demeure un pb concernant l'ampleur de ce recouvre le terme. Ce que tu dis se cantonne au champ lexical de la trainée aux fesses over accessibles, qu'un "slut" suffirait à désigner
Or dans le cas qui nous concerne, on dénigre également son QI, son aspect, sa façon de penser, tout en même temps. Spour ça que je soulignais la difficulté d'une traduction fidèle en tous points.

J'adore ce job

Avatar de aedorlen INpactien
aedorlen Le jeudi 18 août 2011 à 23:10:54
Inscrit le mardi 20 décembre 05 - 10289 commentaires
Hmmmm... disons... pour continuer avec plaisir à faire es insultes , je dirais bon point concernant la retranscription de la vulgarité assumée... Toutefois, il demeure un pb concernant l'ampleur de ce recouvre le terme. Ce que tu dis se cantonne au champ lexical de la trainée aux fesses over accessibles, qu'un "slut" suffirait à désigner
Or dans le cas qui nous concerne, on dénigre également son QI, son aspect, sa façon de penser, tout en même temps. Spour ça que je soulignais la difficulté d'une traduction fidèle en tous points.

J'adore ce job


Aujourd'hui, j'ai appris que l'insulte suprême pour un Allemand, c'était de se faire traiter de truie.

C'est une sorte d'équivalent, non ?
Avatar de misterB INpactien
misterB Le jeudi 18 août 2011 à 23:13:01
Inscrit le vendredi 22 octobre 04 - 145906 commentaires
http://www.guardian.co.uk/media/2005/nov/21/broadcasting.uknews

Cunt
Most offensive word to majority, and never really acceptable (though some might occasionally use). Very strong word and particularly disliked by women.
Avatar de kail INpactien
kail Le jeudi 18 août 2011 à 23:14:32
Inscrit le jeudi 30 août 07 - 9763 commentaires
http://www.guardian.co.uk/media/2005/nov/21/broadcasting.uknews

Cunt
Most offensive word to majority, and never really acceptable (though some might occasionally use). Very strong word and particularly disliked by women.

tu m'étonnes
Avatar de Linksys WAG54G INpactien
Linksys WAG54G Le jeudi 18 août 2011 à 23:19:26
Inscrit le mardi 9 août 11 - 304 commentaires


non le problème c'est que l'ont a même plus le droit de communiquer
sérieux 70 amis en compte sécurisé c'est comme si il avais balancé son message à l'apéro

bien entendu on ne doit pas insulter sont patron mais si il fallait virer tout les gents qui on insulté leur supérieur l'ont aurais une augmentation de 5000% du taux de chaumage





Je doute qu'il y ait un gros pourcentage de salariés insultant leur patron, et qui ne perdent pas leur boulot dans la foulée.

Après, faut arrêter avec la vie privée deux secondes, il a écrit ça sur son compte Facebook, et dès lors, ce message pouvait être repris et être présenté à l'intéressé.

Comme on dit, les paroles s'envolent, les écrits restent.
Avatar de blob741 INpactien
blob741 Le jeudi 18 août 2011 à 23:28:11
Inscrit le mercredi 6 janvier 10 - 1335 commentaires
http://www.guardian.co.uk/media/2005/nov/21/broadcasting.uknews

Cunt
Most offensive word to majority, and never really acceptable (though some might occasionally use). Very strong word and particularly disliked by women.


Un exemple dans une phrase :

[quote:Stephen Lynch]I would never say "cunt" to an audience.[/quote]
Avatar de QI907 INpactien
QI907 Le jeudi 18 août 2011 à 23:35:03
Inscrit le lundi 4 août 03 - 136 commentaires
Autre chose, sur les 70 personnes de son réseau Facebook, le salarié avait 11 collègues de travail.


Ha ha mais quel boulet.
Enfin il fait ce qu'il veut mais hors de question pour moi de mélanger boulot et perso.

Aujourd'hui encore un collègue m'a cherché mais il ne risquait pas de me trouver puisque j'ai cherché toute mon équipe dès mon embauche et les ai bloqués...
Avatar de youss INpactien
youss Le vendredi 19 août 2011 à 01:05:14
Inscrit le jeudi 17 avril 08 - 232 commentaires
Il y a donc forcément un des 11 collègues qui a balancé le message à la direction pour que ça se sache dans la boite. Ce gars là ne sait pas choisir ses amis, c'est là sa plus grave faute. Mais que la justice valide le licenciement, je trouve ça abusé.


1ère chose qu'on m'a dite en entrant dans le monde du travail: "Tu n'as pas d'amis, juste des collègues".
Avatar de Zorglob INpactien
Zorglob Le vendredi 19 août 2011 à 09:08:07
Inscrit le mardi 6 juin 06 - 8289 commentaires
Aujourd'hui, j'ai appris que l'insulte suprême pour un Allemand, c'était de se faire traiter de truie.

C'est une sorte d'équivalent, non ?

Je ne sais pas, je suis moins easy en allemand... mais effectivement, j'imagine qu'un "dicke Sau !" doit faire son effet
(après, pour la comparaison de l'ampleur du truc, je ne peux pas me prononcer)

Edité par Zorglob le vendredi 19 août 2011 à 09:08
;