S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Australie : licencié pour avoir insulté une collègue sur Facebook

De chez lui, en dehors des heures de bureau

Peut-on licencier un salarié pour des insultes proférées sur Facebook en dehors des heures de travail ? Oui a estimé la justice australienne. En mai 2010, Damian O'Keefe, salarié de The Good Guys à Townsville, avait posté un message où il traitait sa manager d'incapable suite à une erreur de paye, promettant de s'occuper d'elle dès le lendemain, en des termes fleuris. ("wonders how the fucking work can be so fucking useless and mess up my pay again. C…ts are going down tomorrow.")

salarié facebook licenciement

Il fut ainsi licencié par son employeur, sourd des arguments de ce salarié : le message fut posté depuis son domicile et ses paramètres de confidentialité Facebook étaient réglés au maximum. Insuffisant pour l'employeur : le lien existant entre ce salarié et sa manager justifie la mesure. Autre chose, sur les 70 personnes de son réseau Facebook, le salarié avait 11 collègues de travail.

Le vice-président du tribunal a lui aussi estimé qu'il y avait une faute grave, rejetant la plainte du salarié pour licenciement abusif. "Le fait que les commentaires aient été faits depuis le domicile du salarié en dehors des heures de travail ne fait aucune différence. Les commentaires ont été lus par les collègues de travail et il n'a pas fallu attendre longtemps pour que [la manager] soit informée de ce qui s'était passé. La séparation entre le domicile et le travail est aujourd'hui moins prononcée que dans le passé" (#43 dans la décision disponible en intégralité)

En France, le tribunal des Prud'hommes de Boulogne-Billancourt avait validé le licenciement de salariés qui avaient critiqué leur hiérarchie sur le réseau social, un samedi soir, depuis leur domicile. L'affaire a cependant été frappée d'appel. On pourra relire encore dans nos colonnes, la tribune signée de Me Diane Mullenex et Me Annabelle Richard ou encore cet interview de Nicolas Poirier, juriste d'Overblog.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 18/08/2011 à 16:29

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 119 commentaires

Avatar de Proutie66 INpactien
Proutie66 Le jeudi 18 août 2011 à 16:31:57
Inscrit le mardi 15 mars 05 - 1297 commentaires
Bha pour le coup, oui, il a fait une bêtise. ( l'ancien salarié ).

Facebook = Pas anonyme.
Facebook = sur le net donc trace visible à "vie" ( tant que ça existe quoi ).
Donc en gros, tu balance pas que ton chef est un débile sur facebook. A la limite en privé mais c'est tout.

Bon par contre c'est léger comme motif aussi..
Avatar de Amethyste INpactien
Amethyste Le jeudi 18 août 2011 à 16:32:17
Inscrit le mardi 20 novembre 07 - 4191 commentaires
70 personnes de son réseau Facebook


Moins de 300 amis? Quelle honte!! Rien que pour ca il mérite le double de la peine
Avatar de bord INpactien
bord Le jeudi 18 août 2011 à 16:32:57
Inscrit le mercredi 19 mai 10 - 477 commentaires
Il avait qu'a le dire sous G+!!
Avatar de MarcRees Equipe
MarcRees Le jeudi 18 août 2011 à 16:33:27
Inscrit le lundi 20 décembre 04 - 4459 commentaires
Avatar de INknown INpactien
INknown Le jeudi 18 août 2011 à 16:34:10
Inscrit le mardi 8 août 06 - 563 commentaires
Autre chose, sur les 70 personnes de son réseau Facebook, le salarié avait 11 collègues de travail.

Ah la la, mais quelle erreur...

Il y a 119 commentaires

;