S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Skype : Microsoft futur acteur majeur de la communication ?

Ne pas toucher à la base existante

Revenons aujourd’hui sur l’un des temps forts de la semaine : l’annonce du rachat de Skype par Microsoft. Un achat important, en fait le plus conséquent de l’éditeur avec 8,5 milliards de dollars cash posés sur la table, qui aura de multiples conséquences. Entre espoirs, peurs, perspectives et limites, il est temps de faire le point sur les projets du géant.

ballmer skype 

Microsoft : un contexte en évolution

Pour avoir la bonne perspective de ce rachat, il faut se rappeler que la manière dont a fonctionné Microsoft jusqu’à présent est en train de changer. Non que la firme ait subitement décidé de revoir ses méthodes, mais une forte somme de contraintes s’est imposée d’elle-même. Procès, mauvaise image, arrivée d’Internet, mauvaise négociation du virage sur les services interconnectés, etc. Depuis, la firme réagit et c’est un grand mouvement de fond qui prend place depuis quelques années, autour de la stratégie « Software + Service ».

win7

L’avancée et les progrès réalisés sont inégaux en fonction des domaines. Certains produits, tels que Windows 7 et Office 2010, peuvent être jugés comme efficaces et fiables, mais d’autres branches de l’industrie n’avancent pas au même rythme. C’est particulièrement le cas dans le domaine du grand public. La branche Windows Live contient ainsi un nombre très conséquent de produits, possédant des interfaces différentes, des noms trop longs, ainsi qu’un champ fonctionnel qui oscille entre le trop riche et le pas assez. La partie jeux vidéo, avec le client Games for Windows Live, manque également du même travail de réflexion.

L’une des forces de Microsoft est aussi l’une de ses plus grandes faiblesses : un nombre important de produits manquant de liens forts. Pourtant, les prémices de courants égalisateurs et/ou unificateurs se font jour actuellement. Exemple : les interfaces de type Metro, nées avec Windows Phone 7, et qui vont très certainement envahir progressivement une grande partie des produits (comme on l’a vu avec Office 15). Et Skype là-dedans ? Le client, le service, et l’intégralité de la plateforme vont devenir l’un de ces courants unificateurs.

outlook 15

Maintenir l’existant

Skype existe en de nombreuses versions : Windows, Mac OS X, Linux, iOS, Android, BlackBerry ou encore Symbian. Cette présence multiple permet au service de cumuler 170 millions d’utilisateurs. Les appels audio, qui sont la fonctionnalité première, sont gratuits entre clients applicatifs. Par contre, dès que l’on appelle vers des fixes et des portables classiques, il faut du crédit temps.

skypeskype iphone

Une bonne partie du succès de Skype vient de cette large base d’utilisateurs et des multiples clients. Durant la conférence présentant le rachat, Steve Ballmer, PDG de Microsoft, a indiqué qu’aucun client logiciel existant ne serait arrêté, ajoutant : « je le dis, et je le pense ». Il expliquait également que Microsoft était une société habituée à développer pour d’autres plateformes. Il citait Office en exemple, mais c’est un domaine dans lequel Microsoft n’avait pas forcément une foule d’éléments à mettre en avant.

L’évolution informatique actuelle casse progressivement l’empire des grosses applications locales et dépote petit à petit les applications et les données vers le web. Moins de produits, plus de services : il faut arriver à se rendre essentiel, devenir un rouage des habitudes des utilisateurs. C’est clairement la carte à jouer de Skype pour Microsoft, et qui devrait permettre à la firme de devenir un acteur de poids sur le marché de la communication.

Intégration et potentiel

On touche ici à la partie inconnue, mais le communiqué de presse de Microsoft donne quelques pistes sur la manière dont l’achat de 8,5 milliards va être rentabilisé :

« Skype supportera les équipements Microsoft tels que la Xbox et le Kinect, les Windows Phones et un large panel d’appareils Windows. De son côté, Microsoft connectera les utilisateurs Skype à Lync, Outlook, au Xbox Live et à d’autres communautés. Microsoft continuera d’investir et de supporter les clients sur les plateformes non-Microsoft ».

Microsoft va faire du service Skype la plateforme de communication principale de l’ensemble de ses produits. Le codec Silk sera probablement intégré dans l’ensemble des produits compatibles, installant un socle commun pour les conférences audio et vidéo. Cela signifie un nouveau champ complet d’opportunités dans la manière dont les utilisateurs vont se parler, que ce soit par clavier, au micro ou par vidéo. Le cas du Kinect sera particulièrement intéressant.

Reste qu’il existe des questions auxquelles personne n’a ou ne veut apporter de réponse. Le destin de certaines versions, notamment celle de Linux, n’est pas forcément assuré. Microsoft a tout intérêt à laisser fonctionner le service en l’état pour ne bousculer personne, de manière à ce que le changement soit transparent.

Mais il est difficile de prédire quelles seront exactement les motivations de l’entreprise dans un, deux ou trois ans, quand elle fera le point sur la manière dont est utilisé le service. Une possibilité est également la réduction des fonctionnalités sur les plateformes non-Microsoft pour ne laisser par exemple que la vidéoconférence sur Windows, Windows Phone 7 et la Xbox. Autre question : Skype va-t-il remplacer Live Messenger ? Beaucoup estiment aujourd’hui que ce ne serait pas un mal.

Microsoft a le potentiel de devenir un acteur majeur de la communication, et il y a de fortes chances que des efforts soient faits pour que la base des utilisateurs reste intacte, et donc que les clients restent tous en place. On peut même imaginer que d’autres moutures seront créées pour les plateformes qui ne sont pas encore équipées, afin que la solution de VoIP soit la plus universelle possible.
 
Vincent Hermann

Rédacteur/journaliste spécialisé dans le logiciel et en particulier les systèmes d'exploitation. Ne se déplace jamais sans son épée.

Publiée le 12/05/2011 à 16:56

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 72 commentaires

Avatar de Jarodd INpactien
Jarodd Le jeudi 12 mai 2011 à 17:26:41
Inscrit le mardi 26 octobre 04 - 19553 commentaires

Bon, sous Nux on avait un truc qui marchotait, pratique quand même, mais à présent la donne a changé, et nul ne peut prédire ce qui arrivera.


Oui mais grâce à ce rachat la version Linux sera bientôt meilleure !
Avatar de unixorn INpactien
unixorn Le jeudi 12 mai 2011 à 17:28:40
Inscrit le mercredi 21 janvier 09 - 696 commentaires
Je vois au contraire un intérêt tout particulier de supprimer la version Linux, pas tout de suite, mais dans deux ou trois ans, ne serait-ce que pour bloquer un peu plus l'Open Source et donner un argument supplémentaire à l'utilisation de Windows.


C'est accorder trop d'importance à Linux. Je vois mal Microsoft s'emmerder à faire des coups comme ça pour un concurrent qui n'en est pas vraiment un.
Avatar de paradise INpactien
paradise Le jeudi 12 mai 2011 à 17:30:38
Inscrit le dimanche 10 avril 05 - 14117 commentaires

Oui mais grâce à ce rachat la version Linux sera bientôt meilleure !

Pourquoi ?
unixorn a écrit :
C'est accorder trop d'importance à Linux. Je vois mal Microsoft s'emmerder à faire des coups comme ça pour un concurrent qui n'en est pas vraiment un.

Non, c'est plutôt donner trop d'importance à Linux pour s'emmerder à continuer à développer Skype pour Linux, d'où ma réponse ç Jarodd.
Avatar de SemperFiUnix INpactien
SemperFiUnix Le jeudi 12 mai 2011 à 17:31:25
Inscrit le lundi 14 février 11 - 1656 commentaires

tu veux plutôt dire :
Microsoft Skype Messenger ?

Microsoft Skype Windows Live Messenger Division ?

Avatar de Tolor Modérateur
Tolor Le jeudi 12 mai 2011 à 17:31:46
Inscrit le mercredi 5 août 09 - 12180 commentaires

Mais la vision pessimiste est la plus réaliste, pessimiste pour un utilisateur hors Windows, évidemment.

Tout dépendra de la part de marché de Skype sous Linux et surtout comment elle évoluera
Avatar de SemperFiUnix INpactien
SemperFiUnix Le jeudi 12 mai 2011 à 17:35:04
Inscrit le lundi 14 février 11 - 1656 commentaires
Pourquoi ?
Non, c'est plutôt donner trop d'importance à Linux pour s'emmerder à continuer à développer Skype pour Linux, d'où ma réponse ç Jarodd.

Parce que si Microsoft veut avoir un poids réel dans les services de télécommunications et d'échanges (de fichiers, visioconférences, etc.), il faut impérativement qu'il puisse interconnecter n'importe quel utilisateur, quelle que soit sa plate-forme !

Donc se priver de Linux ou d'autres ne me semble pas adapté à la situation d'une société offrant des services de télécommunications avancées...

Imaginez qu'Orange vous interdise l'usage d'un téléphone de marque Siemens parce qu'elle refuse de le suppporter !

Obliger d'acheter un modèle chez Philips ou de quitter Orange !

Microsoft n'a pas envie de perdre la base installée de clients sous Skype !

Il faut même les chouchouter, y compris ceux sur Linux.

C'est mon point de vue et je peux tromper !

Avatar de SemperFiUnix INpactien
SemperFiUnix Le jeudi 12 mai 2011 à 17:36:40
Inscrit le lundi 14 février 11 - 1656 commentaires
Tout dépendra de la part de marché de Skype sous Linux et surtout comment elle évoluera



Si l'utilisation de Skype sous Linux est en progression, Microsoft se dira qu'il y a du business à faire sur cette plate-forme !

Ils sont pragmatiques !

Si l'utilisation de Skype sous Linux est en regression, ils ne feront aucun effort, laisseront vivoter le bouzin pour le fermer quand il restera plus que des miettes de pourcentage d'utilisateurs...

Avatar de Le_poilu INpactien
Le_poilu Le jeudi 12 mai 2011 à 17:38:47
Inscrit le mardi 25 mai 10 - 686 commentaires
En théorie MS aurait peut(être intérêt à faire ce que tu décris, mais en pratique je n'y crois pas, les vieux réflexes de proprio fermé reprendront le dessus, et de toute manière le contrôle des softs par MS ne garantit pas un bon fonctionnement, une bonne intéropérabilité, et une transparence suffisantes pour les utilisateurs tiers, y compris en matière de sécurité.


Bah comme dit, soient ils s'implique réellement dans cette stratégie software+service (cf le précédent IBM) et donc considèrent le fait que plus on a de plateforme plus on touche de clients. Soient ils continuent comme aujourd'hui et tôt ou tard finiront par disparaître (ou presque) quand Windows et Office ne rapporteront plus assez d'argent.
Il faut juste espérer pour eux (et donc pour nous) qu'ils ont un minimum de vision à long terme.

Ils ont toutes les cartes pour amorcer un tel virage. Pour le reste il conviendra de mettre au placard les vieux préjugés sur Microsoft, préjugés qui commencent à être un peu lourd à la longue car de moins en moins justifiés.
Avatar de paradise INpactien
paradise Le jeudi 12 mai 2011 à 17:39:23
Inscrit le dimanche 10 avril 05 - 14117 commentaires
Tout dépendra de la part de marché de Skype sous Linux et surtout comment elle évoluera

Elle doit déjà exister, cette part de marché de Linux concernant l'utilisation de Skype, mais à présent ça dépendra de MS, plus de Skype, qui peut avoir des raisons aussi bien tactiques ("Est-il intéressant de garder une version Linux ?"), que stratégiques ("Intéressant de se débarrasser de ce concurrent potentiellement dangereux pour nos affaires même si insignifiant à présenté).
Ne pas perdre de vue que Linux, ce n'est pas que la partie émergée de l'iceberg via les OS pour particuliers.
Avatar de paradise INpactien
paradise Le jeudi 12 mai 2011 à 17:40:54
Inscrit le dimanche 10 avril 05 - 14117 commentaires
(...)
C'est mon point de vue et je peux tromper !


J'entends bien ton point de vue, je le respecte, mais ce n'est pas le mien (je peux me tromper aussi, évidemment).
;