S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

La riposte de SOS-Hadopi à la réponse graduée d'Hadopi

The Empire Strikes Back

Interrogé en 2008 aux balbutiements d’Hadopi, Olivier Henrard, conseiller juridique de Christine Albanel, anticipait un avenir radieux pour la sécurisation de l’accès : « à partir du moment où les internautes vont avoir intérêt à installer [un logiciel de sécurisation], où il existera donc une demande solvable, les FAI vont alors développer une offre dans ce domaine. » Dans le même temps, l’économiste Olivier Bomsel faisait son petit pari : les FAI seront plus enclins à accepter le filtrage s’ils doivent supporter les autres frais de mise en place du fardeau Hadopi. Joli plan.

Deux ans plus tard, le chantier Hadopi est un petit Vietnam : la loi est votée, Hadopi installée, les mails seraient parés, mais… l’offre légale vient de perdre Jiwa.fr, le filtrage est toujours un fantasme tout comme le mythe du logiciel de sécurisation. On fera volontairement l’impasse sur les trop nombreuses casseroles qui ont accentué ce bourbier.

Qu’on le veuille ou non, la loi est là. La brèche est donc ouverte et il n’est pas étonnant que certains s’y engouffrent pour répondre à la fameuse « demande solvable » si chère à Olivier Henrard. SOS-Hadopi a donc été annoncée hier à la Cantine, à Paris. Le site ouvrira ses portes demain, et en voici déjà un premier aperçu :

sos-hadopi.fr

Une partie gratuite, une partie payante

Éditée par APIADOPI Groupe SAS, SOS-Hadopi est une initiative commerciale qui a pour architectes Renaud Veeckman, Jérôme Bourreau-Guggenheim et Christophe Berhault. Ce dernier est PDG du site de partage de musique Yoosmedia. Renaud est connu pour avoir déposé la marque « Hadopi », avant le ministère de la Culture et l’autorité de la Rue du Texel (le conflit est en cours). Quant à Jérôme Bourreau-Guggenheim, il était ce responsable du pôle innovation web de TF1 sèchement viré de la chaîne Bouygues. Dans un courrier adressé à la députée UMP Françoise de Panafieu, ce citoyen avait eu l’insolence de critiquer le projet de loi… la députée transmettra la missive au ministère de la Culture qui le dénonça fissa à son employeur.

Renaud Veeckman Jérôme Bourreau-Guggenheim

SOS-hadopi se présente donc sous les traits d’un service d’assistance juridique et technique pour les internautes. L’objectif ? Créer une main tendue pour aider l’internaute pris dans les mâchoires du dispositif Hadopi. « L’offre SOS-hadopi se scinde en deux parties. L’une gratuite, avec de l’information générale, via une lettre d’information. Et l’autre payante, dans laquelle nous proposerons un suivi personnalisé » annoncent ses concepteurs.

Plutôt qu’inciter les abonnés à installer le « logiciel de sécurisation », qualifié de « spyware », SOS-Hadopi estime qu’il est possible d’aider l’internaute à se défendre sans ce verrou technique. Comme exposé voilà peu, ce verrou pourrait même se retourner contre l’abonné via la journalisation des évènements qu’il implique - « à telle heure, l’abonné X a activé tel logiciel P2P et fait ceci ou cela» - (voir p.27 du document de la Hadopi sur la sécurisation et le filtrage).

Un avocat pour se défendre devant Hadopi contre 1,5 euro par mois

Le site lancé demain s’articulera autour de trois branches : « des conseils et des informations pour surfer en toute tranquillité, l’assistance de Sos-hadopi.fr (elle-même conseillée en permanence par un réseau d’avocats spécialisés) et la garantie d’être accompagné par un avocat du réseau SOS-hadopi en cas de convocation par la Commission de Protection des Droits ». Chaque internaute aura en effet la possibilité de se faire entendre par cette commission, organe central de la Hadopi, accompagné s’il le veut d’un défenseur (voir des modèles de lettre gratuits offerts par l'association E-Litige.com et l'un des gros bugs de la loi Hadopi).

Pour quel prix ? « L’accès au service d’assistance technique et juridique de SOS-hadopi.fr est fixé à 18 € TTC par an soit 1,5 € par mois pour les particuliers » indique ce service. « Afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier de nos offres, l’assistance SOS-Hadopi a été imaginée comme une réponse graduée à la Hadopi. Elle permet d’offrir aux internautes un service de qualité à moindre coût. Chaque étape de l’incrimination par la Haute Autorité est traitée de façon spécifique ».

Les entreprises ne sont pas oubliées : SOS-hadopi propose une offre spécifique reposant sur la mise en place d’un « Plan de protection contre le risque de téléchargement illégal » et d’une « Charte d’utilisation d’internet dans l’entreprise ». Le tarif évoluera entre 15 € TTC pour un utilisateur et 165 € TTC pour 50 utilisateurs.

Selon nos informations, les versements ne seront enregistrés qu'une fois les premiers mails envoyés. SOS-Hadopi ne fonctionnera donc pas "à vide" dans l'attente de la mise en route de la machine à avertir.

Les nouveaux modèles économiques

En 2008, nous anticipions une hausse possible des sommes versées pour accéder à Internet compte tenu du risque Hadopi, voilà qui est économiquement fait. Dans le même temps, comme Hadopi, ce 1,5 euro tout légitime soit-il, ne profite en rien à la création, il en est même détourné. Mais on ne peut le blâmer : SOS-Hadopi est la réponse d’agents économiques à une loi qui agresse et qui accentue l’opposition entre le public et l’œuvre.
Marc Rees

Journaliste, rédacteur en chef

Publiée le 14/09/2010 à 10:02

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 48 commentaires

Avatar de TBirdTheYuri INpactien
TBirdTheYuri Le mardi 14 septembre 2010 à 10:11:24
Inscrit le samedi 23 juin 07 - 8656 commentaires
Des trucs payants comme ça, il va y en avoir. Ici ça a l'air d'être quelque chose de solide au vu des personnes qui l'ont créé, mais va y avoir tout un tas de pseudo-protecteurs et logiciels soi-disant hadopi-proof qui vont apparaître dans les mois qui viennent.

Une chose qui m'étonne, c'est que je n'aie encore reçu aucun mail bourré de fautes signé "hadopi" me signifiant des menaces de coupure de net et me proposant un arrangement via un paiement par paypal de XXX €
Avatar de ArKoS INpactien
ArKoS Le mardi 14 septembre 2010 à 10:15:42
Inscrit le lundi 27 janvier 03 - 221 commentaires
Une chose qui m'étonne, c'est que je n'aie encore reçu aucun mail bourré de fautes signé "hadopi" me signifiant des menaces de coupure de net et me proposant un arrangement via un paiement par paypal de XXX €


Patience, ça va arriver bien assez tôt


Edité par ArKoS le mardi 14 septembre 2010 à 10:16
Avatar de yeti62 INpactien
yeti62 Le mardi 14 septembre 2010 à 10:17:55
Inscrit le mercredi 15 juillet 09 - 7438 commentaires

Patience, ça va arriver bien assez tôt

C'est aussi imminent que les vrais mails hadopi
Avatar de printf INpactien
printf Le mardi 14 septembre 2010 à 10:21:37
Inscrit le vendredi 31 juillet 09 - 206 commentaires

Une chose qui m'étonne, c'est que je n'aie encore reçu aucun mail bourré de fautes signé "hadopi" me signifiant des menaces de coupure de net et me proposant un arrangement via un paiement par paypal de XXX €



On nous aurait encore menti à l'étrange personne ne connaît l'existence d'Hadopi!
Avatar de MarcRees Equipe
MarcRees Le mardi 14 septembre 2010 à 10:29:47
Inscrit le lundi 20 décembre 04 - 4459 commentaires
Des trucs payants comme ça, il va y en avoir. Ici ça a l'air d'être quelque chose de solide au vu des personnes qui l'ont créé, mais va y avoir tout un tas de pseudo-protecteurs et logiciels soi-disant hadopi-proof qui vont apparaître dans les mois qui viennent.

Une chose qui m'étonne, c'est que je n'aie encore reçu aucun mail bourré de fautes signé "hadopi" me signifiant des menaces de coupure de net et me proposant un arrangement via un paiement par paypal de XXX €


Ca commence à venir pourtant.

Il y a 48 commentaires

;