S'identifier / Créer un compte
  • Actualités
  • Dossiers
  • Tests
  • Commentaires
  • INpactiens
Publicité

Le pirate Albert Gonzalez écope finalement de 20 ans de prison

20 ans d'ombre pour des millions de CB

Mise à jour : La sentence est tombée, Albert Gonzalez a été condamné à 20 ans de prison, soit cinq ans de moins que la peine requise par le procureur fédéral américain.



Article du 22 mars 2010.
Titre : 25 ans de prison, plus forte sentence requise contre un pirate

Aux États-Unis le procureur fédéral Stephen Heymann a requis vendredi dernier 25 ans de prison contre le pirate Albert Gonzalez, surnommé « Segvec ». Le jeune homme de 28 ans originaire de Miami est accusé d’avoir pénétré les réseaux wifi mal protégés des chaines américaines TJX, DSW Shoe Warehouse, Office Max, Hannaford Brothers, 7-Eleven, et Heartland Payment Systems. Il a ensuite utilisé un « packet sniffers » pour récupérer des dizaines de millions de numéros de cartes de crédit.

L’acte d’accusation, fourni par Wired, indique ainsi : « sur seulement deux des serveurs de Gonzalez plus de 40 millions de numéros de cartes de crédit et de paiement ont été retrouvés ». Il utilisait ces numéros en les revendant en gros ou en détournant lui-même l’argent des comptes des propriétaires de ces cartes.

A cause de ces vols d’identité, « des entreprises, banques et assurances ont perdu presque 200 millions de dollars – à peu près 5 000 fois le salaire annuel moyen d’un américain ». La gravité de ces actes a conduit le procureur à demander la plus lourde sentence jamais infligée dans une affaire financière aux États-Unis.

Albert Gonzalez avait déjà bénéficié d’une première chance de se racheter, il avait alors aidé les différents services secrets américains à attraper des hackeurs européens.

Source : Wired.com
Publiée le 26/03/2010 à 10:39

Soutenez l'indépendance de Next INpact en devenant Premium

  • Tout le contenu de Next INpact sans pub
  • Et bien plus encore...

Il y a 213 commentaires

Avatar de Ph11 INpactien
Ph11 Le lundi 22 mars 2010 à 16:54:17
Inscrit le mardi 15 mai 07 - 8272 commentaires

L'attachement aux symboles et le refus du blasphème de ces mêmes symboles, pour moi, c'est le début de l'extrémisme.


Autant que l'inverse.
Les régimes communistes ont détruits beaucoup de symboles.
Avatar de Dunaedine INpactien
Dunaedine Le lundi 22 mars 2010 à 16:54:54
Inscrit le samedi 7 janvier 06 - 15989 commentaires

Je suis quasiment convaincu que 90% des "banquiers" n'ont pas la moindre compréhension réelle des produits qu'ils vendent à leurs conseillers. Ils savent qu'ils sont là pour vendre, et pas toujours des produits dont les clients ont réellement besoin, mais ils n'ont pas vraiment idée du "potentiel entubatoire" de leurs produits.

Un peu comme un vendeur à la FNAC, il connait pas grand chose aux produits qu'il vend, mais il va essayer de te vendre le plus cher pour faire du chiffre.


J'ai quand même de gros doutes. Je ne suis pas banquier, je savais ce système extrêmement dangereux et je savais un an avant que ce système aller exploser d'ici peu (là grâce à de vrais financiers qui avaient fait leur boulot). Donc j'ose espérer qu'un professionnel du domaine était au courant. A la limite qu'ils ne connaissent pas la gravité de la situation et les conséquences au niveau mondial, ok. Par contre ignorer que cela pouvait avoir de très graves conséquences pour son client, j'ai de gros doutes.
Avatar de Pochi INpactien
Pochi Le lundi 22 mars 2010 à 16:57:04
Inscrit le dimanche 31 août 08 - 4548 commentaires
Ceux qui n'ont pas compris se sont retrouvés à poil. C'est une petite minorité... Les autres ont fait coup double, d'une part leur système pyramidal, de l'autre le pillage des deniers de l'Etat. Pour info au passage c'est reparti comme si rien ne s'était passé...


Attention, je crois qu'il y a une petite nuance dans le terme de "banquier".

Là tu semble parler des hauts responsables qui designent les produits financiers. Moi en revanche je parlais plutôt des conseillers clients, ceux à qui tu parles tout les jours. Et y a une grande différence entre les deux. Les deuxièmes ne sont que des petits vendeurs qui refourgent "innocemment" la came des premiers (qui eux sont clairement coupables).
Avatar de Consultant INpactien
Consultant Le lundi 22 mars 2010 à 16:58:13
Inscrit le mardi 13 juin 06 - 18232 commentaires
Tout ça pour ça ?

Mais ça vaut rien comme conseil.

Bon ca va, t'as sue t'en tenir au budget, c'est bien




Avatar de arsgunner INpactien
arsgunner Le lundi 22 mars 2010 à 17:08:00
Inscrit le lundi 8 janvier 07 - 11 commentaires
Mon Dieu !! On a retrouvé un des frères Bogdanoff!!
Avatar de Pochi INpactien
Pochi Le lundi 22 mars 2010 à 17:08:51
Inscrit le dimanche 31 août 08 - 4548 commentaires

J'ai quand même de gros doutes. Je ne suis pas banquier, je savais ce système extrêmement dangereux et je savais un an avant que ce système aller exploser d'ici peu (là grâce à de vrais financiers qui avaient fait leur boulot). Donc j'ose espérer qu'un professionnel du domaine était au courant. A la limite qu'ils ne connaissent pas la gravité de la situation et les conséquences au niveau mondial, ok. Par contre ignorer que cela pouvait avoir de très graves conséquences pour son client, j'ai de gros doutes.


J'ai une proche qui est justement conseiller client avec juste un bac +2. Elle bosse en agence où elle "conseille" les clients. Alors certes, elle doit faire du chiffre et vendre des produits dont le client à pas forcément super besoin (et ça elle en a conscience, mais c'est pas pire que n'importe quel vendeur), mais je la crois incapable
1) de vendre un produit qu'elle saurait nocif pour le client
2) de comprendre la réalité des produits qu'elle vends

Comme tu l'as dis, c'est une commerciale, elle vends les produits créés par sa banque mais elle ignore une très grosse partie des mécanismes de ses produits.

Pareil, tu expliques tes connaissances des risques grâce à des financiers. Et un financier c'est pas la même chose qu'un banquier-conseiller-client qui fait l'interface entre le banque et le client.
Avatar de ndjpoye INpactien
ndjpoye Le lundi 22 mars 2010 à 17:10:23
Inscrit le mardi 31 janvier 06 - 24069 commentaires
Mon Dieu !! On a retrouvé un des frères Bogdanoff!!

Burned

Mais bon amis pour avoir osé toi aussi
Avatar de arsgunner INpactien
arsgunner Le lundi 22 mars 2010 à 17:11:54
Inscrit le lundi 8 janvier 07 - 11 commentaires
J'ai pas eu le courage de tout lire, j'avoue :'(
Avatar de Pochi INpactien
Pochi Le lundi 22 mars 2010 à 17:13:04
Inscrit le dimanche 31 août 08 - 4548 commentaires
Autant que l'inverse.
Les régimes communistes ont détruits beaucoup de symboles.


Euh, les régimes communistes, niveau symboles ils se posent là... C'est juste qu'ils n'aiment pas la concurrence de la religion.

Ah mon avis, un chinois qui sort une satyre du petit livre rouge a intérêt à courir vite...

Enfin bref, je pense de plus en plus que la tolérance au "blasphème" est un signe d'ouverture :)
Avatar de Dunaedine INpactien
Dunaedine Le lundi 22 mars 2010 à 17:13:06
Inscrit le samedi 7 janvier 06 - 15989 commentaires

J'ai une proche qui est justement conseiller client avec juste un bac +2. Elle bosse en agence où elle "conseille" les clients. Alors certes, elle doit faire du chiffre et vendre des produits dont le client à pas forcément super besoin (et ça elle en a conscience, mais c'est pas pire que n'importe quel vendeur), mais je la crois incapable
1) de vendre un produit qu'elle saurait nocif pour le client
2) de comprendre la réalité des produits qu'elle vends

Comme tu l'as dis, c'est une commerciale, elle vends les produits créés par sa banque mais elle ignore une très grosse partie des mécanismes de ses produits.

Pareil, tu expliques tes connaissances des risques grâce à des financiers. Et un financier c'est pas la même chose qu'un banquier-conseiller-client qui fait l'interface entre le banque et le client.


Dans ce cas là, effectivement le problème se situe à un niveau supérieur de la hiérarchie. Les gens comme ton amie n'ont pas les compétence pour conseiller leur client et ne sont donc soit pas à leur place, soit insuffisamment formés à leur poste.
;